Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2008

Étonnants voyageurs 2008

attrapeur-de-lunecouleur.jpg

C'est une histoire de rituels. J'ai beaucoup de rituels. "Etonnants voyageurs" en est un. Tous les ans, moi et mon homme,on met les enfants chez les grands-parents, la carte bleue dans la poche et on part au festival du livre. Le thème change tous les ans, on s'en fout, nous, on fait toujours pareil. On prend toujours le même hôtel, pour les deux nuits, toujours. On va bientôt avoir toujours la même chambre, génial !
Le principe est simple, on gare la voiture et on fonce : conférences, café littéraire, salon du livre. (pas toujours dans cette ordre-là, quand même ... on doit tenir compte du programme.)
Le tampon sur le poignet, on coche comme des fous, on entoure, on souligne et on se sépare. Toujours. Pas un pli, on ne voit jamais les mêmes choses, et c'est même pas exprès...
Le soir, re-rituel, incontournable, nécessaire, terrasse de l'Univers, apéro. D'année en années, ce rituel-là s'est enrichi des copines ; les miennes d'abord, puis les copines des miennes et les copines des copines des miennes... les livres achetés commencent à circuler, des titres pour demain, les lectures de l'année dernière, le coup où on a vu untel ensemble ... Les mêmes histoires, nos heures de gloire de lectrices, de festivalières un peu snobs (surtout moi...), y a celles qui viennent pour la première fois, les "bleues" à qui les anciennes en jettent plein la vue, en en rajoutant un peu tous les ans "Mais si, tu te souviens quand tu as répondu à Raynal que tu n'étais pas d'accord avec lui ...Tiens, d'ailleurs, regarde, c'est lui qui passe ... (regard admiratif de la bleue "Yaou, elle connait Reynal !!!") D'ailleurs, c'est pas Pouy avec lui? Ces deux zozos, je les vu en .... " Et voilà, c'est parti, on est au festival, celles qui restent pour deux jours, celles qui repartent le soir, mais qui l'année prochaine ... ça partage, c'est bon, c'est chaud, ça se moque, ça recommande un vin blanc, des cacahouètes, ça râle que les livres sont trop chers, que cette année, promis juré craché, on f'ra gaffe ...
Moi, je dis jamais un truc pareil, je suis pas là pour faire gaffe, plus ma pile est haute, plus je peux les sentir lourds dans mon sac, ma caverne d'Ali Baba, ma réserve de rêves futurs, d'où ils sortent, un par un, pour passer de mains en mains, pour revenir dans les miens, plus je me sens exister, à travers eux, sachant que cet été, ils seront liés à des moments. Des après-midi, des soirées douces, des trajets en voiture (parce que j'ai cette chance, de pouvoir lire en voiture sans même être malade !), sachant que je serai déçue, que je serai surprise, que je me forcerai à finir, à ne pas finir ... que je les prêterai, notamment aux A et non A aussi, qu'on en parlera. Que ça recommencera, la vraie vie !
Bref, une lectrice avec sa pile de futurs inachevés .... Le bonheur !