Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2011

Il faut qu'on parle de Kévin Lionel Shiver

Bon, c'était pas vraiment le moment, d'accord. On partait le lendemain en Andalousie pour quinze jours, on était au milieu des sacs, mon homme venait de m'annoncer que le compte courant avait nettement baissé alors que je m'étais acheté une tunique IKKS (en soldes, ouf ! ) quelques bouquins (six ...) en cas de manque "on the road", un chapeau rose pour ma fille (indispensable par contre), un éventail rose aussi à fleurs pour la même puce (totalement inutile, perdu ou cassé dans trois jours). Heureusement, j'ai résisté au peignoir pour le camping de chez "Les filles du mékong" (le magasin était fermé) et au maillot de bain deux pièces pour ma pucinette de chez "Petit bateau" (Y'avait pas le modèle que j'P7120167.JPGavais repéré). Et toc ! 80 euros d'économisé !
Ceci dit, il fallait que je parle de Kévin. Le titre c'est Il faut qu'on parle de Kévin. Rarement lu un bouquin qui me dérange autant, au point de me relever à trois heures du matin pour me calmer avec une cigarette, ce qui n'est pas franchement malin, j'avoue.
C'est la mère d'un tueur qui écrit, un tueur de quinze ans, qui a liquidé à coups de fléches ses "copains" de lycée, pas vraiment au hasard. Elle le décrit comme un être malfaisant, pas depuis la naissance, mais même avant, dans son ventre. Une vie avec lui faite de méfiance, de coups bas de part et d'autre, ses efforts à elle pour communiquer avec un enfant qui la déteste, foncièrement. Le problème, c'est qu'au bout d'un moment, cette mère martyre qui se présente comme coupable, et martyre, "coupable, forcément coupable" n'aurait pas écrit Duras, on se demande ce qu'elle cache, ce qu'elle ment. La fin est pire encore, on découvre que depuis le début, elle cache, effectivement, les deux crimes les plus intimes. Du coup, moi, tourneboulée, je me dis, depuis quand le mensonge a commencé ? Le monstre, c'est la maternité ? l'enfance ? Le bouquin, il me manipule depuis quand ? Comme Kévin a manipulé son entourage ? ou comme elle a manipulé son fils ?
Bref, une cigarette de plus en écrivant cet article ! C'est pas malin !

Athalie

Les commentaires sont fermés.