Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2009

Y'a des demi teintes

c317.jpg

Ce sont des lectures dont on ne sait quoi dire, d'où l'idée masochiste d'essayer d'écrire sur ces livres là, d'ailleurs.Ces livres qui plaisent pour une idée, un personnage, un souvenir, le lieu où on les a lu, la fin, le début ... Tous ces livres pour lesquels on peut regretter ne pas avoir attendu qu'ils sortent en poche, qui rempliront encore un peu les étagères, sur la tranche desquels on passera le doigt rapidement, lorsqu'une amie demandera "Si par hasard, t'aurais lu quelque chose de pas trop mal c'est temps-ci ?", et le doigt hésitera, une demi seconde "Oui, celui-là, il est pas mal, mais bon ..." On ne sait pas, on a peut-être encore un dernier coup de coeur que l'amie n'aurait pas lu, un de ces coups au coeur qui passera après entre toutes les mains, dont on causera en disant seulement le titre, comme un code secret entre nous "Ah ! Terre des oublis ....", "Ah ! Le prince des marées". Et puis, si on ne trouve rien d'autre, on reviendra vers eux.  
" C'est pas génial, mais ça ce lit bien, pour les vacances, c'est pas mal". Toute lectrice qui se dit grande a sa fierté dans ses prêts.  
Baguettes chinoises Xinran : pour le sourire de l'auteur et le côté fleur bleue exotique.
Contre enquête sur la mort d'Emma Bovary Philippe Doumenc : pour le jeu intellectuel et le goût de Flaubert.
Hamilton Stark Russel Banks ; pour le côté fourre tout, le rappel de Nabokov, ses autres livres même si je n'ai encore lu que De beaux lendemains.
La femme changée en renard David Garnett : pour le côté en dehors du temps et parce que je l'ai vu entre les mains de Chloé, et qu'elle l'avait aimé.

Les commentaires sont fermés.