Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2011

Solaire McEwan

9782072445392_1_m.jpg

Pas solaire pour un sous ! plutôt crépusculaire ... mais excellent ! on ne dirait pas du McEwan, même pas obligée de sauter quelques pages de temps en temps ( les opérations du cerveau dans Samedi) ou d'attendre quelque peu que l'action se décide à avoir un sens (Expiation, le tout début). Non, on ne s'arrête pas, pas de trous. On dirait un mélange de David Lodge (du temps où cela se faisait encore de lire David Lodge) et du meilleur Coe.

Comment faire croire que l'on veut sauver le monde en étant uniquement préoccupé de ses propres intérêts ?

Le personnage principal est une ordure totale, sans rachat possible, cynique, lâche, répugnant, profiteur sans conscience ni remords. La narration le suit, en trois parties, trois étapes dans la déchéance, la recherche du profit et du sexe sans amour et sans gloire. Sans jugement, elle fout en l'air le politiquement correct : "sauvez la planète" n'est plus ici qu'une opération commerciale, une aubaine dont il faut profiter, le plus rapidement possible, avant l'explosion finale.

Sexuellement, il est immonde, sentimentalement, il est immonde aussi. Il a parfois la nausée et on le comprend, on l'aurait aussi à sa place, mais pas forcément pour les mêmes raisons ...

On le déteste, le méprise, mais on lit. On plaint les femmes qui le croisent ou qui l'ont croisé, mais que peut-on trouver à un type pareil, escroc de la pensée et du sentiment, uniquement préoccupé par la satisfaction sans encombre de sa libido? De toutes ses envies, sans retenue et sans frein, gaspillage de lui-même, comme nous gaspillons la terre, remettant toujours au lendemain les décisions du changement. Cela en devient une fable, catastrophique et immorale, parabole percutante d'une catastrophe programmée.

Les autres personnages masculins ne valent pas beaucoup mieux : chercheurs ou profiteurs de tous poils, amoureux incompétents. Ce monde là est noir, mais drôle : burlesque (la virée en moto ski ...), farce (le lancer de tomate molle), satire des milieux universitaires scientifiques, imposture (le prix Nobel)  au vitriol !

Athalie

Commentaires

Est ce que ce blog peut à l'occasion faire dans le carnet rose?
Haïku de mai
En mai
Elle a fait
ce qui
me plaît...mais me plaît...

Écrit par : agnes | 08/05/2011

Les commentaires sont fermés.