Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2011

Etonnants voyageurs 2011

EtonnantsVoyageurs2011.jpgCela fait un grand trou avec la note sur le même évènement dans les archives, mais avis aux A qui voudraient combler le temps passé, détailler la mise en place progressive de nos petits moments communs, des rencontres et souvenir des dernières éditions, moi j'ai déjà du mal avec celle-là, avec tous les nouveaux noms d'auteurs dont il va falloir se souvenir ... et pas trop mélanger, les noms d'animateurs qui viennent s'en mêler, en plus, et les pseudos des A. au complet, plus ou moins maintenant (mais toute A. nouvelle est la bienvenue), les nouveaux titres à garder dans l'ordre, ça va pas être de la tarte ...

Cette édition fut donc, entre autre, placée sous le signe de l'organisation, mais aussi de la continuation. Quelques nouveautés : on a réservé le resto du samedi, le même que d'hab, mais avec un jour d'avance, et commandé une bouteille de blanc à l'apéro, au lieu de cinq ou six verres, sur la même terrasse que d'hab. Bon, c'est le serveur qui a eu l'idée, mais on l'aurait eu l'année prochaine, donc cela ne compte pas. Il y a toujours les tenantes du menu à 12 et celles du menu à 16, mais un homme de plus à la table. (on ne sait d'ailleurs si il reviendra). Une A s'est presque décidée à réserver à l'hôtel comme tout le monde, mais ce sera (peut-être ...) pour l'année prochaine aussi. L'Atalys ne saura mieux se nommer. (Evidemment, pour la A de Lozère, c'est plus dur à suivre.)

Pour le moment, bref compte rendu, seulement des achats perso : Sukkwan Island de David Van sur recommandation de la A dite "l'érudite" , Jours d'Alexandrie de Dimitris Stéfanakis, Mardochée de Kébir Mustapha Amni, Le plaisir ne saurait attendre de Tishani Doshi, Blues pour Elise de Léonora Miano (qui ne dira plus à Agnès qu'elle adore son prénom parce que c'était celui de sa nourrice, vu qu'elle le dit tout les ans, enfin, c'est ce qu'elle a dit cette année, on verra l'année prochaine, aussi ...), Le dîner de Herman Koch, Istambul était un conte de Mario Levi et Dans la main du diable de Anne Marie Garat. Une jolie rencontre, d'ailleurs, à raconter, un de ces jours ...

Athalie

 

 

Les commentaires sont fermés.