Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2011

Le plaisir ne saurait attendre Tishani Doshi

bouddha.gifPorte particulièrement bien son titre .... même décor que dans l'Equilibre du monde, même pays, l'Inde, même grande ville, même époque, les années soixante, soixante dix, plus ou moins ... mais cette fois-ci, on est du bon côté, ça repose et ça coule, on a moins peur que tout s'écroule et qu'on perdre nos personnages en route, qu'ils disparaissent dans le trou. Ici, il a des ornières et des cahots, mais on ne bascule pas dans le fossé, haillons par dessus tête.

C'est l'Inde de la bourgeoisie moyenne, tranquillement prospère. Le premier à secouer le cocotier, ce sera Babo, le fils aîné, envoyé, non sans cérémonie photographique très exotique, en Angleterre, la nation moderne, pour y suivre une formation, qui permettra, à son retour programmé, de continuer à faire prospérer l'entreprise de peinture familiale. Sauf que ça va disjoncter grave, et vite, genre électrochoc gallois, blonde, avec un ruban rouge dans les cheveux. Babo est jaïn, ce qui veut dire qu'il ne peut consommer ni viande, ni alcool, ni femme. Et c'est à peu près dans cet ordre là qu'il en faire une consommation gourmande. Sans remords. D'ailleurs, c'est un livre qui laisse peu de place aux remords, ou autres ratages vraiment, vraiment, graves. Enfin, parfois, ça pourrait l'être, mais le parti-pris n'est pas celui là.

On suit donc Babo, de retour (mais je ne dirai pas comment et pourquoi sinon, y'a une A. qui va m'accuser de tout raconter), ses amours, ou plutôt son amour, sans presque une ride, et avec, les couics et couacs des père, mère, frère, soeurs et filles. Il leur arrive des trucs qui coincent et qui cahotent mais y'a toujours une brise quelque part dans le ton : le métissage, c'est possible, l'amours toujours, c'est possible, l'harmonie, c'est possible aussi ...

Le personnage de Ba, l'aïeule, a un air de Terre des oublis, au fond de sa cabane-demeure des souvenirs d'enfance, qui caquette du bruit des voisines, et elle, qui bruisse d'odeurs divinatoires.

Quand il leur arrive des gravités, à ces indiens doux-là, c'est plus du paprika, un léger picotement qui passe, mais qui a du goût quand même.

Athalie

 

Les commentaires sont fermés.