Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2011

Les livres que je ne lirai pas (1)

J'adore faire des listes de rien du tout, parce que ce sont des bouts d'ellipses, jamais finies ...

Je ne lirai jamais La Bible en entier, parce que j'ai lu des extraits et que c'est assez.

Je ne relirai jamais L'éducation sentimentale, je ne comprends pas que le génial Flaubert ai pu pondre un truc aussi soporifique, avec autant de pages sur l'attirance insatisfaite. J'avais tout le temps envie de dire à Frédéric de laisser tomber la mère Arnoux et d'aller voir ailleurs se satisfaire un bon coup, au lieu de rester là comme une andouille de potiche à la regarder manger son pic-nique. Mais je ne suis pas Jasper Fforde.

Je ne lirai jamais un livre de Jean d'Ormesson, parce que j'ai ma dignité. A moins que cela ne devienne du dernier snob, auquel cas, je reverrai ma position. J'en ai un dans ma bibliothèque, au cas où.

Je ne lirai jamais La Comédie humaine en entier, y'a trop de petits bouts qui traînent partout.

Je ne lirai jamais Les Essais de Montaigne, parce que cela fait si lontemps que je fais semblant de l'avoir fait, que j'ai fini par le croire.

Je ne lirai jamais Tom Sayer : à cause d'une gravure vue quand j'étais petite, j'ai toujours pensé que c'était l'histoire d'un gars qui passait son temps à pêcher le saumon, avec une fleur dans la bouche et à trouver la nature belle et verte. Ce qui est faux.

Je ne lirai jamais On the road de Kérouac, trop mythique pour jeunes révoltés d'avant, pas envie de régresser. de même pour Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir.

Je ne lirai jamais La nouvelle Héloïse. Rousseau, j'ai jamais compris l'intérêt du truc. C'est un peu comme les films d'Harrison Ford, j'hermétise toute seule.

Je ne lirai jamais un livre de Musso ou de Levy parce que ce ne sont même pas des livres.

Je ne lirai jamais Histoire de mes assassins de T. Tjepal parce A.L.M. trouve qu'il est trou du cul. Que A. B. l'ai aimé  ne rattrape pas. C'est bête, je l'ai en dédicacé, vous me direz que je peux toujours lire la dédicace. Heureusement, elle est écrite en anglais. En indou, je pourrais pas.

Je ne lirai jamais La plaine de Caïn de S. Zariâb parce que cela fait si longtemps qu'il est sur mon étagère des "pas encore lus" que si il en partait, il y manquerait quelque chose. Si ça se trouve, je le chercherai.

Je ne lirai jamais L'absolue perfection du crime de Tanguy Viel parce que je suis persuadée de l'avoir déjà lu et que j'en garde la quasi certitude d'un profond ennui, en même temps, je n'en ai aucun souvenir. Ce qui n'est pas un critère.

Je ne finirai jamais Tout est illuminé de Safran Foer, ni L'enfant bleu de Bauchau. ça fait trop de fois que j'essaye. Que ce soit des livres mythiques pour certains, n'y change rien. Comme La route, Les corrections, La conjuration des imbéciles ..., je n'accède pas aux mythes, faut croire. 

 

Athalie

 

 

 

Les commentaires sont fermés.