Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2011

Les limons vides (tome 1) du Livre de Dina Wassmo

imagesCA1GCXGY.jpgChose promise, devant être faite, j'ai ressorti de mes étagères, cette très, très ancienne lecture, un peu une lecture fondatrice du blog, en fait, (je crois bien que c'est un des premiers livres que A. B. m'a conseillé. C'était une époque où je datais encore mes lectures sur la première page, ce pourquoi cela semble plausible, il y a écrit aout 2000 ...)

Chose promise, chose devant être faite. Je tente de me souvenir de cette impression délicieuse de découvrir une lecture qui décoiffa sa lectrice. Nouvel exercice. Il faut refeuilleter les pages, se replonger, du coup, j'ai failli le relire en entier.... faut dire que c'est un tourbillon, ce bouquin, court mais long comme une épopée, dense comme une fureur, ça charrie de la passion et de la mort. Bref, Eros et Thanatos, comme d'hab'.

ça commence par un monologue qui annonce le flot poétique sang écarlate : "Je suis Dina, qui regarde le traineau et sa charge dévaler la pente. D'abord, il me semble que c'est moi qui y suis attachée. Parce que la douleur que je ressens est plus forte que tout ce que j'ai ressenti jusqu'à présent", puis une scène de meurtre, aussi glaciale que sanguinolente, puis la folie muette, et ça s'enchaine comme ça, sans s'arrêter, de retour arrière en retour arrière, on comprend que ça saigne tragique depuis le début : la mort de la mère, l'enfance sauvage, la maudite, toute dans l'excès de la crasse et des chevaux. Dina ne connait pas les règles, dérange, on la laisse, asociale plutôt qu'insoumise, pas du tout à sa place dans ce monde policé et régulé par les saisons et la place dans le monde social, les conventions et la norme, puis,  le mariage, le pauvre Jacob, il ne pouvait pas faire le poids ... d'autres personnages apparaissent entre deux bourrasques; Oline, la cuisinière, Mère Karen, Tomas... Une saga, mais qui tranche et qui taille. L'histoire ne tient pas debout, (Zola n'aurait pas aimé), tant pis. (En plus, Zola, il est mort)

Dina, c'est une sorte d'ogre baroque pas à sa place dans le froid et les glaces norvégiennes, ou alors comme un volcan islandais qui aurait percuté une banquise (la banquise n'a aucune chance).

Les deux autres tomes sont à dévorer à la suite, pas de baisse de régime du cyclone.

Athalie

PS : pour une fois, une explication pour le choix de l'illustration de la note, j'ai cherché quelque chose entre "Millénium" et Esclarmonde (  Du domaine des murmures)... et puis y'a banquise dedans ...

Les commentaires sont fermés.