Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2011

Polisse Maïwenn

polisse.jpgJe ne comptais pas faire une note sur ce film, comme A. B. était passée par là avant moi et qu'elle avait dit l'essentiel (sauf que pour Joeystar, je trouvais quand même dommage qu'il s'en sorte aussi bien, cause que vu que que l'on peut savoir du personnage "en vrai", il semble être plutôt un petit peu plus pourri sur les bords que grand sentimental au coeur chaud mais à la main quelque peu leste ...).

Sauf je viens de lire la critique du "Monde" et du haut de ma petite voix, je clame mon désaccord (tout le monde au "Monde" s'en fiche, mais ce n'est pas grave). L'idée générale de l'article est que ce film instrumentalise les enfants pour mettre en valeur les flics, leur névroses, et que c'est du condensé de séries télévisées pour plaire aux stéréotypes du grand public. Ben, si toutes les séries TV étaient comme ça, on pourrait enfin les regarder en toute bonne conscience 'et sans se cacher derrière sa plante verte qu'on a mise devant la télé pour faire croire qu'on faisait autre chose que regarder la télé.

Dès le générique, c'est poignant et drôle. Et puis après, ça embarque, le montage est serré rapide, ça sent le juste.(les gens du "Monde", ils auraient dû regarder "Urgences", du temps où "Urgences" décapait ...) Les enfants sont beaux, respectés, ils ne sont pas montrés avilis, pace que ce n'est pas du vrai, c'est pour cela qu'on peut regarder, sinon, ce serait de l'insoutenable voyeurisme. Déjà qu'il y a des scènes où l'on s'accroche au fauteuil ... l'accouchement de l'enfant mort né d'un viol, la petite fille qui avoue à sa mère que son papa "l'aime trop", la descente dans un camp de roms et les enfants embarqués dans des foyers qui se mettent à danser dans le bus, la maman sans domicile fixe qui vient confier son fils à la brigade, pour qu'il puisse se reposer et dormir au chaud. C'est vrai, il y a des moments qui ne font pas réalistes, mais qui font souffler et rire, ce qui fait que c'est une fiction. Je n'aurais jamais cru rire d'un échange fellation contre portable, d'une définition de la polygamie, d'une policière qui cède le professionnel à l'affectif, tout Coran dehors ... Oui, la réalisatrice aime bien se filmer, oui, il y a des longueurs, parfois décalées (moi, j'ai adoré la scène de danse dans la boite de nuit), oui, Joeystar est (un peu trop) touchant (à mon goût). Mais retour au commentaire de A.B., les acteurs sont vraiment dans une sorte d'humanité, fragile et convaincante, sur un fil qui parfois se casse. Je ne sais "en vrai" comment on rentre chez soi après avoir vu "le vagin d'une fillette de 11 mois explosé". Ce film parle de cette enfance volée sans que l'on ait honte de regarder et d'entendre les horreurs de derrière les portes, sans non plus sauvegarder toute bonne conscience "fleur bleue", épargner désirs névrotiques et stigmatiser les classes sociales plus ou moins "pédophiliques".

Athalie

PS : je mets le lien vers la critique du "Monde", vous me direz si j'ai tout bien compris ...

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/18/polisse-v...

 

 

Commentaires

Comme quoi même au monde, on n'est pas si intelligent que ça...
Maïwenn met toujours son objectif entre elle et ce qu'elle filme ( dans les deux précédents, c'est déjà le cas...) son objectif dans les trois sens du terme ... A méditer.
NB moi aussi j'ai adoré la scène de la boîte , n'ai pas du tout trouvé le temps long, n'ai pas eu l'impression qu'on filmait des cow boys , n'ai pas du tout eu le sentiment que le film tournait autour du devenir de Marina Foïs , ai pris plein d'horreurs dans la gueule mais c'est un FILM et un putain de film sans doute très dérangeant et rempli de fiction mais c'est le propre des films non?

Écrit par : Agnès B | 29/10/2011

Les commentaires sont fermés.