Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2012

La teurgoule

teurgoule.jpgD'autres diraient du "riz au lait", alors que ce n'est pas du tout, du tout, du tout, la même chose. La preuve, mes enfants mangent parfois du riz au lait, à la cantine, quand ils y sont obligés vu qu'il n'y a pas d'autre dessert en pot tout fait, mais de la teurgoule faite maison, non. Mon fils y a goûté une fois, par compassion, parce que j'avais tellement l'air d'être contente d'en avoir fait, il a eu pitié, je pense. En plus, la teurgoule, c'est drôlement bon, le riz au lait je ne sais pas, je n'en mange pas ...

Ce n'est pas vraiment une recette de saison, mais vu que la saison, on ne sait pas trop laquelle c'est, vous pouvez la tenter dès maintenant, pour quand il fera vraiment plus froid, ou plus pluvieux ...

Vous prenez un plat assez grand pour contenir les quantités qui vont suivre et surtout qui va au four. Vous y versez 75 grs de sucre ( je mets du roux, bien sûr),  100 grs de riz rond (rond, c'est important), du beurre ( quantité indéterminée par ma recette, donc je coupe une tranche de la motte, pas trop, juste bien), on ajoute une pincée de sel et surtout, surtout, de la canelle. Evidemment, ne pas oublier le lait ( c'est cette similitude des deux ingrédients principaux qui fait la confusion avec le riz au lait), en faire bouillir un litre avant de le verser en flots, ou pas, dans le plat sur le riz et tout se mélange tout seul dans le flot déversé.

Y'a plus qu'à mettre au four, deux heures, à feu très très doux, à laisser l'odeur de canelle se répandre à flot aussi dans la maison et c'est cuit quand la légère pellicule qui se forme sur le dessus fait cloque-cloque et que sous son marron foncé se se laisse voir une sorte de brun doux, légèrement pâteux et crémeux. Ce qui prouve bien que l'on n'a pas affaire à un vulgaire riz au lait en pot, le riz au lait en pot ne provoquant aucune extase gourmande de cette ampleur.

Se mange ensuite en quantité non déterminée, vautrée sur son canapé (si possible en tenue d'intérieur Princesse Tam-Tam acquise en soldes), en se délectant du derrier opus de "L'amour est dans le pré", où d'un Rohmer qui se passerait en Normandie ( ce qui doit bien exister), parce que la teurgoule, c'est normand. D'ailleurs, sur la photo de ma recette, la "terrinée" de teurgoule, elle est placée sur une nappe à carreaux rouges et blancs. Pour faire rustique, je suppose.

Athalie

Les commentaires sont fermés.