Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2012

Dictionnaire des idées reçues Flaubert

220px-Gustave_flaubert.jpgUne note de Ingannmic sur "A rebours" de Huymans, m'a menée de fils en aiguilles pas logiques à relire le "Dictionnaire des idées reçues" de Flaubert, pas logiques mais presque, ces deux-là, pouvant être reliés par la même détestation de leur époque mesquine et embourgoisée, engoncées dans des certitudes petites bourgeoises haïssables. Huymans en a fait un catalogue des fuites esthétiques possibles, dont le systématisme peut lasser la lecture. Flaubert dans son dictionnaire, qui fait souvent suite à sa mise en oeuvre "romanesque", "Bouvard et Pécuchet" dans les éditions actuelles, liste dans une sorte de "manuel de savoir-vivre" les attitudes et paroles à avoir dans le monde petit bourgeois sur lequel il tire à vue.

Contre le romantisme : "Lac : avoir une femme près de soi quand on se promène dessus"

Pour les voyageurs : " Oasis : auberge dans le désert"

Pour les musiciens : " Fait penser à un tas de choses. Adoucit les moeurs. Ex : La Marseillaise"

Contre les climats : " Indolence : résultat des pays chauds", mais l'humidité est "cause de toutes les maladies ", on ne saurait mieux dire ...

Pour la santé : "Pruneaux : tiennent le ventre libre"

Pour les oreilles des jeunes filles : "Pucelle : ne s'emploie que pour jeanne d'Arc, et avec "d'Orléans". Ces dites jeunes filles qui sont "Toutes pâles et frêles, toujours pures. Eviter pour elles toute espèce de livres, les visites dans les musées, les théâtres et surtout le jardin des plantes, côté singe". Par contre le "Jeune homme" est "Toujours farceur. Il doit l'être. S'étonner quand il ne l'est pas", sans compter que "Introduction : Mot obsène".

Etc, etc, etc ...

Moi, ça me fait rire ...

 

Athalie

 

Commentaires

Moi aussi ça me fait rire mais à petites doses occasionnelles car après le rire s'épuise un peu

Écrit par : Dominique | 21/11/2012

Le rire s'épuise oui, certaines références ne sont plus de notre monde, et puis, à force, la bêtise fait grincer du sourire, on sourit "noir" et triste.

Écrit par : Athalie | 21/11/2012

Coucou,

Suite à ton commentaire sur BOOK'ING, je me suis débrouillée pour me procurer celui-ci ET "Bouvard et Pécuchet"...

Tu en auras des nouvelles dès que je les aurais lus (pas tout de suite, j'ai pas mal de titres en cours).

Bonne soirée.

Écrit par : Ingannmic | 21/11/2012

C'est du qui grince de la plume, comme beaucoup de tes lectures ! A bientôt pour d'autres idées "communes" ...

Écrit par : Athalie | 21/11/2012

Recommandation liée à la votre: le "Dictionnaire des clichés littéraires", de Hervé Laroche. C'est ce qui me mena à ce Balzac-ci, qui m'a bien fait rire aussi.

Écrit par : Camille | 02/01/2013

Je ne connais pas le dictionnaire d'Hervé Laroche, merci donc du conseil. Je ne lis presque que des romans, mais j'aime bien les dictionnaires aussi, à cause de ma frénésie de listes... Par contre, tu parles de Balzac, il a fait aussi un dictionnaire ? je ne connais pas non plus, et un Balzac qui fait rire, je suis preneuse. A bientôt !

Écrit par : Athalie | 05/01/2013

Correction, car je parlais bien de Flaubert.
Je n'aime pas du tout Balzac, que je trouve glauque et prétentieux.
Le dictionnaire de Laroche est un petit livre, se moquant des tournures de phrases pompeuses, fatiguées et kitsch, et dont le quatrième de couv' faisait une référence directe aux 'Dictionnaire des idées reçues'.

Un petit extrait:
contrée : trois types : 1) lointaine ; 2) inhospitalière ; 3) infestée de peuplades hostiles. Encore mieux au pluriel (plus lointaines, plus inhospitalières, plus infestées).
foncer : une seule manière : tête baissée. Une seule destination : dans le piège.
outrecuidance : mot irrésistible : trop de syllabes, trop de diphtongues, vraiment il exagère.

Bonne lecture!

Écrit par : Camille | 07/01/2013

L'extrait que tu présentes me donne bien envie de me procurer ce petit dictionnaire, il me donne des envies de bricoler des notes de lecture à la manière de ... du type : inspecteur dans romans policiers suédois, un seul type 1) dépressif 2) alcoolique 3) dépressif et alcoolique à cause de la société froide dans laquelle il doit résoudre, ou pas, des intrigues froides et sordides vu que la société est froide et sordide ... Non, je blague, ce n'est toujours comme cela que dans les policiers suédois ...
Pour Balzac, j'ai quand même un bémol, je suis tombée amoureuse de Rastignac quand il était tout jeune, ça crée des liens !

Écrit par : Athalie | 07/01/2013

Ahah! Je propose cette excellente lecture de pastiches, "à la manière de", qui te plaira peut-être:
http://www.franceinter.fr/emission-ca-peut-pas-faire-de-mal-saison-2011-2012-rediffusion-les-pastiches

Écrit par : Camille | 07/01/2013

J'adore ! je l'avais entendue, mais à mi-parcours seulement. le pastiche de Proust et Shakespeare m'ont particulièrement ravie et celui de Angot aussi, mais pour des raisons diamétralement différentes ! Merci de m'avoir remis en mémoire ce petit plaisir ...

Écrit par : Athalie | 08/01/2013

Les commentaires sont fermés.