Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2013

La griffe du chien Don Winslow

la griffe du chien,don winslow,romans,romans américains,pavésLe pavé est rude à avaler, 827 pages de réalités socio-politiques sans concession, une plongée en apnée dans les doubles jeux des USA et les narcotrafiquants sud-américains. A priori, pas vraiment pour moi, à la limite du docu-fiction, me disais-je, lestée par le poids du dit-pavé, plombée dès le premier chapitre par un bain de sang hyper réaliste, le coeur presque déjà au bord de l'écoeurement.

Le héros, si tant est qu'il puisse ainsi être dénommé, est Art. Ancien du Vietnam, il a déjà envoyé des hommes à la mort, les mains sales des opérations de nettoyage, il connaît. Métis, moitié américain, moitié mexicain, il pensait être du bon côté en s'engageant dans la lutte contre les narcos. Il pensait avoir un certain pouvoir, il va commencer par se faire rouler dans la farine. Il appartient à la DEA ( une sorte d'administration officielle chargé de s'occuper des méchants mexicains qui inondent les gentils USA de la "boue mexicaine"), et trouve sa hiérarchie bien peu efficace et timorée dans cette guerre larvée. Ce pourquoi il conclut en douce une sorte d'alliance avec Tio Barrera, membre éminent de la police mexicaine en façade, aussi vérolé qu'un canon à poudre en réalité. Croyant mettre fin à la culture du pavot, Art collabore à une gigantesque opération de destruction massive des champs cultivés (et aussi des personnes qui cultivaient, mais bon, là, c'est accessoire pour tout le monde ...) et croyant ainsi berner ses supérieurs qu'il trouve trop lymphatiques et hypocrites ( officiellement, il a été décrété que la "boue mexicaine" n'existe pas, que la police mexicaine s'en occupe de toute façon, et que donc, il n'y a pas de traffic, ni de "narcos"), Art ne fait rien que moins que de contribuer à la naissance d'un cartel, " La fédération", machine à inonder le marché de la drogue, encore plus puissante, efficace et redoutable que la précédente.

Les territoires de production vont être définis, famille Barrera en tête, Tio, El patron, Raul l'exécuteur, Adam, le comptable. Art va devenir seul contre tous, "le seigneur de la frontière" et mener sa propre guerre, sa vengeance, les deux ayant les mêmes visages, visages multiples et identiques du côté du Bien et du côté du Mal, ceux des mécanismes sanglants des pouvoirs politiques aux commandes. Plus rien d'humain là dedans.

La lecture est insoutenable et impossible à lâcher : c'est un roman excessif pour une réalité excessive qui vous saute à la gorge, explose par l'intensité de ce qui est démontré, l'Amérique Centrale comme un vaste terrain pour cynismes sans limites : les narcos vivent dans de vastes demeures, roulent dans les belles voitures, à ciel ouvert, tout est bon pour garder le pouvoir d'un côté, pour se voiler la face de l'autre. C'est un jeu de massacres où le Bien et le Mal ont les mêmes armes, où ils se combinent et s'entrelacent. C'est un jeu de poursuites sans aucune morale et d'intérêts où qui perd est mort et qui a gagné est mort aussi.

Art seul contre tous, cela est un peu gros, soit, d'autres figures passent et tiennent le romanesque : Nora, la call-girl au presque grand coeur, Callan, le tueur au sang froid mais yeux de biche, un prêtre humaniste, des exécuteurs qui avalent des pêches .... mais toujours le fil est sa guerre, sans répits. Et quand vous pensez en avoir assez lu, assez vu, assez compris, assez d'assister à des exécutions, des tirs en rafale qui laissent flotter les corps comme des objets de pacotille, et bien, ça recommence ... pour que la drogue se répande dans les veines rouillées des acros, et l'argent dans les poches de ceux qui se les remplissent.

Ce roman grouillant, pesant, tonitruant, je l'ai avalé, écoeurée, vidée, dégoûtée, révoltée, j'ai avalé jusqu'à la moindre balle tirée, jusqu'au moindre crâne éclaté, la moindre gorge tranchée, corps découpés. Je ne sais pas si je regarderai un reportage sur ce même sujet avec le même oeil écarquillé d'horreur, tant je me suis dit qu'il n'y avait que la littérature pour vous exposer à la figure la vérité avec une telle puissance de frappe.

Un grand merci à Ingannmic, qui a eu l'initiative de cette lecture commune, (et à Jean Marc qui en est à l'origine), lecture d'un indispensable coup de poing à côté de laquelle, du coup, la vision d'Ellory dans Les anonymes ou Vendetta, parait presque angélique ....

Gridou rejoint le choeur des louanges, à qui le tour ?

 

Athalie

Commentaires

Winslow est du genre efficace, j'avais bien aimé l'hiver de Frankie Machine

Écrit par : Dominique | 31/03/2013

Efficace et puissant, si tous les autres sont de cette qualité, me voilà partie pour de nouvelles aventures de lectures trépidantes. Si tu ne l'as pas lu (je n'ai rien vu chez toi ...), je te conseille vivement ce titre.

Écrit par : Athalie | 31/03/2013

wow!C'est incroyable!Continue, Athalie,j'adore!!!!!!!!!!!

Écrit par : malion | 31/03/2013

PS:moi aussi,j'en ai un:Akrolire
http://akrolire.hautetfort.com

Écrit par : malion | 31/03/2013

Tous mes voeux pour ce blog naissant, encore tout neuf et tout mignon déjà ...

Écrit par : Athalie | 31/03/2013

Pas du tout pour moi malgré tout le bien que tu en dis. Déjà c'est un pavé et en plus le sujet, brrrrr, me fait froid dans le dos...

Écrit par : jerome | 31/03/2013

Le sujet ne m'aurait pas emballée à priori, j'aime bien les romans qui mêlent l'histoire à la fiction, mais mes goûts vont plutôt vers l'histoire lointaine, alors qu'ici on est dans l'immédiat, le encore en train de se faire, et le narcotrafic me paraissait peu romanesque .... Comme quoi, quand l'écriture est puissante, elle peut tout embarquer ! Mais il y des sujets, plus doux, qui méritent aussi le détour ...

Écrit par : Athalie | 01/04/2013

La griffe du chien est le chef d'oeuvre de Don Winslow. Même si certains autres de ses bouquins sont vraiment excellents (comme Savages, Cool, La patrouille de l'aube ou la série Neal Carey) aucun n'a la puissance et le souffle de celui-ci.
Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas les lire, ça fait du bien, parfois, de lire des choses un petit peu plus légères !

Écrit par : Jean-Marc | 01/04/2013

Voilà qui me rassure, parce que je regardais "La patrouille de l'aube", que j'avais de côté avant de m'embarquer avec Ingannmic dans cette aventure, et je me disais que si ça secouait tout le temps comme cela Don Winslow, il me faudrait un moment avant de m'y replonger ... En tout cas, merci du conseil indirect pour cette découverte ! Un grand moment de lecture.

Écrit par : Athalie | 01/04/2013

Tout à fait d'accord avec ta conclusion, et la comparaison avec Ellory
Le roman de Winslow est une claque monumentale...
Et une fois de plus, très chouette billet !!
On remet ça quand tu veux !

Écrit par : Ingannmic | 01/04/2013

Et moi, j'admire sincèrement ta capacité à synthétiser les livres, et je me suis dit que comme tu le ferai mieux que moi ... parce que moi, je me force, mais ça part autrement ....
En tout cas, le passage de témoins de blogs en blogs, là, a eu quelque chose qui m'a passionnée, et en souhaitant que nos avis fassent des petits, ce livre et ses vérités dérangeantes, déstabilisantes, le mérite vraiment.
Pendant cette lecture, il était question, dans la vraie vie de ma radio, de la succession de Chavez au Vénézuéla et il y avait des interférences, du coup. La littérature n'apporte sûrement pas une connaissance suffisante, mais juste un doute, le réel n'est pas l'immédiat de l'information, en tout cas ... Même si on le savait déjà !
Et partante pour une autre lecture commune, bien sûr, dès que l'on a une idée !

Écrit par : Athalie | 01/04/2013

Bien sûr, tu as raison : la lecture permet de porter un autre regard sur le monde, exerce l'esprit analytique, et aiguise le sens de la relativité.
Quant à te forcer pour écrire des billets plus structurés ?Par pitié, non !!
Ce que j'apprécie dans tes critiques, c'est justement leur côté spontané, comme si tu écrivais en roue libre. Cela donne un réel aperçu de ce que la lecture a provoqué en toi, et c'est toujours unplaisir de te lire, à la fois drôle et intéressant. Bref, NE CHANGE RIEN !

Écrit par : ingannmic | 01/04/2013

il faut vraiment être motivée pour lire un pareil pavé

Sophie

Écrit par : devis tarif assurance chien | 19/05/2013

Bonjour Sophie,
C'est un pavé, mais aussi un thriller qui se lit à toute vitesse ( enfin ... il faut un peu de temps devant soi quand même !) Toute l'efficacité serait perdue, je crois, si on ne lit que dix pages par dix pages ( ce pourquoi, je ne lis que des romans courts en ce moment), il demande une sorte d'immersion, mais si tu arrives à en trouver le temps, alors tu es happée !

Écrit par : athalie | 20/05/2013

Tu as donc eu le courage de faire un résumé...J'ai préféré ne pas m'y risquer. C'est tellement toufu comme histoire et les personnages sont si nombreux...Ce bouquin est décidément énorme (à tous les sens du terme) et donc difficile à digérer.
(Effectivement le moteur de recherche du blog ne m'a pas indiqué ce que je cherchais...)

Écrit par : gridou | 18/06/2013

C'est un tout petit résumé, tout modeste et très incomplet ... En gros, c'est les deux premiers chapitres ( je dis cela pour ceux qui passeraient par là et ne l'auraient pas lu malgré nos avis tous plus incatatifs les uns que les autres). Je vais rajouter un lien vers ton article, peut-être que le moteur de recherche finira par retrouver son chemin tout seul (mais j'en doute :))

Écrit par : Athalie | 19/06/2013

Les commentaires sont fermés.