Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2013

Méfiez vous des enfants sages Cécile Coulon

Araign%E9e%20g%E9ante.jpgD'abord, un livre très très bien écrit, un vrai style, genre ... je ne sais pas en fait ... travaillé ? pas ampoulé mais riche ? stylistiquement artistique ? Un style qu'on lit bien quoi, qu'on reconnait, pas qu'on a déjà lu, je ne veux pas dire cela, mais plutôt le genre dont on se dit qu'on le reconnaitra, quand on lira un autre livre de Cécile Coulon.

L'enfant sage, c'est Lua, qui va avoir une araignée dans la tête à cause de son père qui a fait une fois des heures sup d'étude d'insecte dans son bureau de la maison et qui a oublié de fermer la boite. Mais l'histoire commence par celle de la mère de l'enfant sage, Kérie, enfant sage elle-même, puis étudiante, qui plaque sa petite ville et son pas grand chose d'expériences sages pour aller en trouver d'autres à Saint Frisco, qui se révéleront quasi aussi sages, d'ailleurs.

C'est très bien écrit, c'est écrit pas sage, avec plein de sensations qui affleurent la peau comme des rayons de soleil couchant sage sur un fond de Beach Boy. Très réussi.

Le père de Lua apparaît au coin d'un retour dans la petite ville, au détour de la gare des autobus. Réglé comme un métronome suisse, bien que d'origine suédoise (je ne suis pas sûre que les métronomes suédois soient bien côtés, ce pourquoi, je précise, même si cela n'a aucune importance dans l'histoire) et avec lui, c'est toujours la même musique. Sauf pour le coup de l'araignée dans la tête à laquelle il ne va rien comprendre.

Parce qu'entre temps Kerrie et lui ont eu Lua. Et Lua n'est pas pas vraiment sage ( à mon avis, et sans vouloir psychanalyser à outrance un point romanesque, mais les rideaux rouges accrochés dans la chambre d'enfant et qui font des reflets sanglants sur les murs, ce n'était peut-être pas la meilleure idée qui soit, moi, j'ai mis des roses, mais moi, c'est en vrai, donc ça ne compte pas)

Et puis, en face, dans la maison toute pourrie, il y a Eddy, une sorte de clochard céleste qui joue du rock and roll en faux avec un manche à balai et boit des bières en solitaire. Eddy devient le vrai grand copain de Lua, le complice, voire l'instigateur de ses premières turpidudes, ses arnaques de réglisse qu'elle revend aux ignares paysans lors de tournées dominicales à vélo ( et là, moi, je me dis mais que font les parents de l'enfant sage ? Comme c'est toujours aussi bien écrit, je me sens totalement stupide de me laisser effleurer par ce cartisianisme de mauvais aloi qui n'a pas lieu d'être, et me dis "concentre-toi, Athalie, concentre-toi", le style, rien que le style savoure et ferme ta boite à araignées à toi, d'abord avant de t'occuper de celle des autres)

Sur l'araignée, quand même, il y a des pages scotchantes sur l'irrationnel parfaitement rationnel des terreurs enfantines. et sur l'enfance solitaire qui cache les secrets de sa vraie terreur à des parents trop lisses pour en être vraiment. Le père a lâché l'araignée, et la mère n'a jamais arrêté le chocolat noir, je me répète, ça doit être psychanalytique cette histoire, et c'est très bien écrit pour un truc de psychanalyse romanesque.

 

Athalie

 

Commentaires

J'adore ton article, je l'adore vraiment ! On sent bien le manque de logique dans le récit très bien écrit comme tu le répètes à l'envi. Mais parfois le style sans le contenu ne vaut pas grand chose, non ?

Écrit par : Philisine Cave | 17/04/2013

Merci Philisine, c'est sympa ! Dès fois, je mets du temps à écrire un truc, mais là, c'est venu d'un coup, c'est peut-être pour cela que je suis un peu illogique, le roman ne l'est pas (enfin, il n'est pas logique non plus, mais on voit bien que la logique, ce n'est pas le problème). Comme on est dans la tête d'un enfant "pas sage", la plupart du temps, c'est assez cohérent, en fait, et fichtrement bien écrit ( comment cela, je l'ai déjà dit ....)Je te le conseille, j'ai cru comprendre que tu aimais bien l'écriture de Maylis de Kérangal, et il y a quelque chose de cet ordre dans le style.

Écrit par : Athalie | 17/04/2013

Philisine a raison, c'est un régal de te lire ! Bon, de Cécile Coulon je n'ai lu que Le roi n'a pas sommeil. Très bien, vraiment très bien mais à l'évidence très influencé par certains auteurs américains, Steinbeck en particulier.
Sinon rien à voir mais je constate que la tristesse des anges reste désespérément dans la colonne des titres à venir. ça commence à faire longtemps et je crains le pire. Trop poétique peut-être ? T'as pas aimé, c'est ça ? Ou t'aimes pas, ou t'as abandonné en route ? Que d'interrogations, j'en dors plus la nuit. Je te préviens si tu le descends en flèche ce roman, je boude...

Écrit par : jerome | 17/04/2013

Merci Jérôme, et à toi de même ( quand c'est permis, le mardi, j'adore !)je compte bien lire "Le roi n'a pas sommeil", dès sa parution en poche, je n'ai pas senti Steinbeck dans celui-ci mais si il y en a, le moins qu'on puisse dire c'est que l'influence n'est point honteuse ... et pour " la tristesse des anges", retrouve un sommeil apaisé, il est programmé pour une lecture commune à publier le 30 avril avec eguab, ce qui fait que je suis en train de suivre le facteur dans des frimas poétiques à souhait ...

Écrit par : Athalie | 17/04/2013

merci pour votre article

Écrit par : cecile coulon | 17/04/2013

Merci à vous de votre passage en ces modestes pages, à bientôt à vous relire dans "Le roi n'a pas sommeil".

Écrit par : Athalie | 17/04/2013

j adore l'article , et cela me donne envie de lire qui semble original.....mais je suis débordée en ce moment alors ...
je crois que je vais le laisser dans un coin de ma tête ... non je n'ai pas d’araignée dans ma tête
Luocine

Écrit par : luocine | 19/04/2013

C'est un roman assez original, effectivement, et en même temps, facile à lire et très court ... ce qui fait que même débordée itou, il se lit facilement entre deux percées de soleil dans le jardin, ou sur la plage ... Pour les araignées, se méfier quand même ...

Écrit par : Athalie | 20/04/2013

Les commentaires sont fermés.