Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2013

Au plaisir de dieu Jean D'Ormesson (1)

9782040162115.jpgJe ne fais pas que des lectures communes avec Eeguab, je lui pique des idées de bouquins aussi, dont celui-ci.

Ceux qui me connaissent dans la vraie vie et qui m'ont vue avec ce livre en main ont eu un sursaut de surprise ... (ils ne sont pas beaucoup, deux, en fait) : "Tu lis du D'Ormesson, toi ?", presque dans un hoquet inquiet, redoutant peut-être que ce soit là le symptôme d'une métamorphose radicale qui me changerait en lectrice assidue du "Figaro" voire de "L'expansion". Je rassure tout le monde, je ne lis pas Jean D'Ormesson, je lis le livre de Jean D'Ormesson qu'Eeguab m'a donné envie de lire, ce qui n'est pas la même chose du tout.

Pourquoi ce sursaut soupçonneux ? J'explique.

Jean D'Ormesson, pour moi, c'est forcément les yeux bleus horizon d'"Apostrophe", ce phraseur lissé dont le verbe faisait le bonheur de Pivot, ces joutes verbales polies de toutes les coutures, l'anti Modiano ( qui, certains s'en souviendront, ne pouvait, lui, articuler une phrase complète, ça me serrait le coeur ...), les rayon UV, les pattes d'oie frisottantes là où il faut, l'écrivain de droite qui l'assume, l'admirateur de Chateaubriand, le garant de toute une littérature moraliste et classique ( comprendre ringarde, pour moi, à l'époque) portée par la tradition scolaire et découpée en tranches dans le Lagarde et Michard. Je conspuais Chateaubriand par principe, ne l'ayant jamais lu, et le Lagarde et Michard par expérience subie sur ma chaise de cours, les fesses et l'esprit ankiilosés par la sainte parole du manuel. (Il faudrait que je retrouve le volume consacré au XVIIème, il y avait un truc sur le Télémaque de Fénelon à se rouler par terre). Inutile de préciser que je conspuais aussi en gros, Télémaque, Fénelon, la morale du siècle dit grand et que mes rêves se portaient bien davantage vers l'autre, celui qui disait qu'on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans. (Mais est-ce bien sérieux de se coltiner Télémaque à dix sept ans ...). Donc, forcément, je conspuais D'Ormesson, logique, je n'en avais pas lu une ligne et j'ai continué depuis cet été, où tout, ou presque, a changé, puisque j'ai lu D'Ormesson. Je possède quand même un livre de lui, son anthologie de la littérature française, qu'un ami farceur m'avais offert et que j'avais vaguement parcourue avant de m'en gausser, je ne l'ai jamais vraiment lue, évidemment, je préfère lire directement Fénelon, à présent ( là, je blague, hein, je peux renier mes ex-ennemis mais sans être maso quand même).

C'est dire si je partais de loin en ouvrant "Au plaisir de dieu", calée dans le transat, sous le regard perplexe de mon homme qui dévorait "La griffe du chien" en me disant : "Mais c'est drôlement bien, ça". "Ben oui, c'est bien, je te l'ai dit, c'est d'ailleurs pour celà que tu le lis, là maintenant".

Quant à ce que j'ai pensé du livre, alors là, c'est encore une autre histoire !

Commentaires

Il vient d'écrire un livre, qui m'a l'air bien agréable à lire (on sait se tenir, quand on écrit, oui Monsieur)
Sinon je confirme pour l'avoir aperçu à un salon, l'homme est absolument à craquer! Oeil bleu qui tue, humour fin...

Écrit par : keisha | 29/08/2013

Je sais que ce n'est pas bien de juger l'oeuvre par l'homme et/ou l'inverse ... Proust l'a bien expliqué et on me l'a bien répété, mais j'avoue que dans ce cas précis, j'ai largement mélangé les deux, et je suis assez fière d' avoir dépassé mes préjugés ( la fierté est modeste, soit, mais je crois que c'est justement D'Ormesson qui a dit "Pour la modestie, je ne crains personne" ...)

Écrit par : Athalie | 30/08/2013

oh là là!
quelle princesse miss Athalie!
moi j'aime bien d'Ormesson et ce qu'il dit sur les grands auteurs c'est très malin , et en plus tu vas me honnir , j'ai adoré le "Lagarde et Michard" surtout celui du 16°;
Et en plus je m'en fiche complètement si on pense que je lis le Figaro (que je lis) ou libération (que je lis aussi).
Ce que je demande aux critiques de livres c'est de lire les livres dont il parle! et ne pas réagir par copinage idéologique.
et alors là tu vas hurler mais le critique de "valeurs actuelles" est souvent très pertinent et c'est un hebdo de droite.
Luocine

Écrit par : luocine | 30/08/2013

C'est plutôt la Athalie de 17 ans que j'ai fait parler, là, mais il faut avouer qu'elle a des points restés communs avec celle qui a grandi, un peu ... Le Largade et Michard, je suis restée allergique, je ne peux pas, trop de passif entre eux et moi ! Par contre, je te rejoins complétement sur les critiques littéraires, je crois que celles qui m'énervent le plus sont celles de "Libération", en terme de parti-pris idéologique et de parisianisme, je crois qu'il n'y a pas pire. Il faut avouer que je suis assez experte en mauvaise foi, puisque je ne les lis plus beaucoup, ce qui fait que je ne connais pas le critique de "Valeurs actuelles", non pas parce que le magazine est de droite, mais parce que je ne lis pas de magasines. T'as raison, une vraie chochotte la Athalie ( et encore, elle dis pas tout ...)

Écrit par : Athalie | 30/08/2013

Athalie, dis-leur. Dis-leur, à tes amis qui s'inquièteraient pour toi. Dis-leur que tu as un collègue de lecture, virtuel qui est très content que son article t'ait donné envie de lire un auteur "infréquentable" selon eux. Dis leur que ce collègue de lecture lit aussi Modiano et beaucoup d'autres. Dis-leur surtout que ce collègue de lecture essaie d'éviter au maximum les préjugés et s'intéresse à pas mal de courants littéraires. Dis-leur qu'un jour, ce collègue de lecture, virtuel mais bien réel, est tombé sur un forum où l'on ne devait lire que des auteurs de gauche, forum que, stupéfait que ça existe, il a évidemment soigneusement évité. Dis-leur qu'il aurait fait la même chose avec un forum où l'on ne devrait lire que des auteurs de droite. Dis-leur que parfois on ne sait même pas si l'auteur est de droite ou de gauche. Mais dis-leur surtout qu'on s'en fout et que quand on a un plaisir de lecture c'est déjà pas mal. Dis-leur que l'intelligence et l'humour n'ont pas de couleur. Dis-leur enfin, comme je l'ai déjà écrit, que la culture dite classique n'a rien de ringard, de moins en moins même vu qu'elle est si rare. Et dis-leur pour terminer, mais ils auront déjà probablement tourné les talons que je hais l"hémiplégie" (là, il y a un peu de déformation professionnelle).
Je te remercie sincèrement de l'intérêt que tu as pris à mon billet sur Jean d'Ormesson que fort heureusement on n'est pas obligé d'aimer mais qui sait être drôle, émouvant, cultivé (ce n'est pas une insulte), impertinent et parfois même un peu insupportable. Bref, un homme. Souvent sûr de lui sur un plateau, beaucoup moins dans ses écrits. A bientôt.

Écrit par : Eeguab | 30/08/2013

Les commentaires sont fermés.