Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2013

Les frères sisters Patrick DeWitt

377.jpgCe fut ma dernière lecture des vacances, et sûrement qu'il en a pâti, le pauvre bouquin ... Commencé sur le transat piscine, poursuivi sur le trajet de retour ( avec des escales, le retour en plus, le genre d'escale qui ne permet pas de lire le soir, pas merci la A. ex lozérienne), terminé ouf ! finalement juste avant de retrouver le train train. ( et courir après ma lecture commune en partance pour ailleurs, mais ceci est une autre histoire).

Balloté dans la voiture entre deux coups d'oeil par dessus les lunettes de soleil à verres progressifs qui ne marchent pas aux gros camions très gros et très méchants qui allaient nous propulser contre la rambarde de sécurité de l'autoroute (lire en voiture avec des verres progressifs qui ne marchent pas, je ne vous dis pas le sport, ils ne grossissent que les camions !).

Mon homme : "pas de panique !", Moi : "je ne panique pas, pas du tout" (ai-je déjà dit que la mauvaise foi est ma qualité première ?) Je rajoute : "Je gère très bien mon stress de la route, je lis tranquillement." - "t'es encore sur tes westerns ?"- (là, c'est lui qui est de mauvaise foi, vu qu'il lit les mêmes que moi, le traitre ...) " Ben, y'a des tueurs, comme dans "Le tireur", mais le même genre vraiment, et puis ils sont deux et ils n'ont pas mal au cul. y'en a bien un, le narrateur, qui a mal tout le temps un peu partout, une histoire d'araignée dans sa botte qui va lui monter aux molaires..." En réponse, un sourire dubitatif, je suis certaine que mon homme pense que j'ai passé la dix-huitème dimension. Ce qui est faux.

" On fait une pause, là?" ... " Ok, non, ce n'est pas grave, c'est juste que Charlie, il est en train de se faire le médecin, alors après ça va m'embrouiller, c'est notre fils qui a envie depuis 1.00 de faire pipi ? d'accord, d'accord, j'avais pas entendu ... Il peut pas faire en ouvrant la fenêtre ? Ben non, t'as raison, je suis bête, y a la clim ..."

Ma périgrination de retour, c'est certain, a nuit à à la leur, celle des deux frères tueurs, les fameux frères sisters, tueurs à gage aux ordre du mystérieux commodore. Ils tuent plus vite que leur ombre, tout ceux qui les gênent, et ils sont nombreux, vu qu'il ne faut pas grand chose pour les gêner. Solitaires et indifférents deux personnages à la tarantino égérès dans un paysage à la John Ford.

Ils sont censés être en mission, ils doivent tuer un certain Kermit Warn, chercheur d'or de son état, entre autre (il se révèlera être bien plus qu'une cible, mais ceci est une autre histoire).Comme Charlie boit beaucoup, il est souvent malade et souvent vomir prend du temps, ses tripes les retardent, sans compter le temps de prendre ses cuites en mauvaise compagnie et de s'en remettre à coups de bains chauds. Charlie, c'est l'ainé, il est le chef, et il est le pire des deux question gachette, je veux dire le meilleur, il tire avant même de le savoir lui même. C'est comme un instinct.

Le narrateur est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus sensible, mêm si il ne faut pas trop le chatouiller le ventre (qu'il a ventripotent semble-t-il) car il peut avoir le coeur qui palpite, pour un chaval éborgné ou une pâle comptable d'un hôtel borgne aussi.

Le périple des deux frères avant Sacramento (la première partie du livre) m'a paru chaotante à souhait, mais un peu sans but, les épisodes et les rencontres se succèdent, burlesques, pince sans rire, humour noir, tout y était pour me plaire, et pourtant ... La seconde partie ( à sacramento, donc), je me suis plus calée dedans, et dans mon fauteil de lecture au fond du jardin retrouvé.

Il faudrait un jour se pencher sur l'influence du confort des fesses sur l'implication du lecteur dans sa lecture. Nul doute qu'elle soit conséquente. Sans parler de celle des lunettes.

Commentaires

habituellement après les billets on li dans les commentaires , je lirai ou je ne lirai pas...
là ce que j'ai envie de dire c'est "est-ce qu'on peut gagner un retour de vacances dans votre voiture ?.. on pourrait discuter bouquins j'ai pas mal lu! et j'ai envie de rire et d'avoir peur avec vous.....
Luocine

Écrit par : luocine | 12/09/2013

Euh ... Moi, je rêve de la téléportation ... avec fauteuil de lecture
intégré et tasse de thé à volonté : ceci dit, ton commentaire me fait bien sourire, merci Luocine ! (d'autant plus que je viens de noter un livre chez toi) A bientôt

Écrit par : Athalie | 13/09/2013

ça compte le confort de lecture. Énormément même. Il me tente ce western. Tiens d'ailleurs je suis en train d'en lire un. Un western français. De la rentrée littéraire. Écrit par une femme. J'adore son titre : "Faillir être flingué." Voila c'est tout. Je suis télégraphique ce soir. Fatigué surtout...

Écrit par : jerome | 12/09/2013

auteur-humour-noir-à-souhait-devrait-te-plaire-grave-pas-se-laisser-prendre-par-la-rentrée-fatigue-assurée-continuer-à-se-croire-en-vacances-prendre-un-thé-et-un-paquet-de-fraises-tagada-et-un-Daphné-du-maurier....

Écrit par : Athalie | 13/09/2013

Ça sent la liste de lecture Étonnants Voyageurs ça M'Dame Athalie ! ;-)

Écrit par : Manou | 16/09/2013

Ben oui, j'arrive presque à la fin de mon tas, m'demoiselle Manou ... il me reste le gros "Congo", tu vois ? Compte y arriver à le lire avant le prochain festival, en espérant que tu sois de la partie !

Écrit par : Athalie | 16/09/2013

Les commentaires sont fermés.