Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2013

Ma cousine Rachel Daphné du Maurier

imagesCAE4OLDM.jpgEt voilà ! Il m'a fallu attendre la toute fin des vacances ( je sais, ça date un peu, mais d'autres notes sont venues s'intercaler dans mon organisation prévue qui s'en est vue toute chamboulée, par ma propre faute, évidemment, une organisation étant faite pour ne pas être suivie), pour que je trouve MA lecture de l'été à moi, celle qui parle d'amour : dense et limpide, coulant de source et frappadingue. Pour "Ma cousine Rachel", sans recul aucun, je proclame MON coup de coeur.

Soit, ce n'est pas franchement estival, il y a bien une folle histoire d'amour et un peu d'Italie, mais pour l'essentiel, l'histoire se déroule sous la pluie, dans l'ouest de l'Angleterre. C'est là que les passions se déchainent sous couvert de soupapes et de brouillard intime. Enfin, surtout pour le narrateur, Philipp, jeune homme sans grande expérience des femmes, limite goujat, d'ailleurs. Il vit dans un domaine agricole qu'il aime passionemment, comme il aime passionnément Amboise, son oncle, son protecteur, son mentor, son modèle. Il héritera de lui le domaine, les domestiques, les fermages, la tranquille série des jours cossus, la décoration sommaire mais virile du cottage. Philipp a une vie toute tracée qui lui convient parfaitement. Toujours pas de cousine Rachel, ni de tornade amoureuse en vue ... Elle arrive, la belle, tout doucement. C'est Amboise qui va la débusquer ( ou l'inverse ...) au détour d'un de ses séjours d'été en Italie où il séjourne pour soigner ses rhumatismes en laissant les pluies boueuses aux bons soins de son neveu. Une lettre arrive d'Italie, la belle aime les jardins et les fleurs, comme Amboise, puis une autre, puis deux, puis, le ton change, le jardin s'assombrit, l'horizon se complique, puis ...

On ne peut guère en dire plus ... L'histoire d'amour est tendue comme une corde raide, avec des précipices de chaque côté, et un gouffre en dessus. Dès le premier chapitre, on sait que le pauvre Philipp en est sorti tout cassé, mais cassé comment ? On sait que le drame l'a engouffré, justement, a tout emporté, amour d'elle, amour de soi. Mais c'est si bien fait, que même au bord de l'implosion, celui où souffle haletant, on voudrait bien savoir si Philipp a ... ou va ... (l'andouille ! non, il ne va pas ....), si Rachel va ... ou a ..., et que l'on ne veut quand même pas lire la fin, pour ne pas casser la corde, mais que la tentation est si forte que vous relisez le premier chapitre donc, rien à faire, rien ne transpire, sauf vous.

Une histoire d'amour tissée comme une redoutable toile d'araignée, mais qui est la mouche ? Dans l'enchainement aveugle des passions, la Daphné, elle est balèse. A lire en automne, en hiver, au printemps.

Commentaires

Je l'attends avec impatience : il doit arriver par la poste...
J'espère qu'il ne connaîtra pas les tribulations vécues par ton exemplaire de "La poupée" !

Vu ce billet, j'imagine que tu n'en as pas fini avec Daphné Du Maurier!

Écrit par : Ingannmic | 28/09/2013

" La poupée" n'a pas eu une égratignure, finalement, mais je n'ai toujours rien compris à ce qui a bien pu se passer ... j'ai fait un brouillon de billet pour raconter les dessous de notre lecture commune, mais pas sûre de publier ...
Evidemment, je te souhaite une bonne réception de "La cousine", et une bonne lecture. Tu connais mieux cette écrivaine que moi, et tu as donc plus de points de comparaison, on en causera ... Je résiste à la tentation, pour l'instant, de lire tous ses autres romans d'une seule traite. Merci pour cette belle découverte ( je sais, je me répète, mais je suis toute contente ...)

Écrit par : Athalie | 29/09/2013

La Daphné, oui, elle est fortiche! J'ai relu Rébecca, et je veux relise aussi cette cousine Rachel (un jour, en VO, je l'ai dit ^_^)

Écrit par : keisha | 28/09/2013

Elle est balèze la vieille dame anglaise ! J'ai aussi noté la Trollope chez toi. Rien de telles que les vieilles dentelles pour nous nous faire grincer des dents. Enfin, ici, j'en ai eu plutôt la tremblote des mains, elles ne tournaient pas assez vite les pages .... En VO, ce doit être encore mieux, mais j'ai la flemme.

Écrit par : Athalie | 29/09/2013

Direct dans ma pile à lire.....

Écrit par : Valérie | 28/09/2013

J'espère que tu aimeras, moi, je suis tombée dedans. J'ai rajouté toute son oeuvre dans ma liste, rien que cela !

Écrit par : Athalie | 29/09/2013

Je l'ai lu il y a .... je n'ose le dire, dizaine à quatre chiffres ! Je ne m'en souviens plus très bien, mais j'avais aimé, tout comme Rebecca.

Écrit par : Aifelle | 29/09/2013

Une dizaine à quatre chiffres, tu es sûre Aifelle ? Ou le poison insidieux de la Rachel et de la Rebecca aurait des effets mathématiques inconnus ? (mais bon, ça existe peut-être, je suis plus forte en femmes perverses qu'en calcul mental ( et c'est peu de le dire)). En tout cas, j'ai repéré aussi "l'auberge de la Jamaïque" chez Inganmmic ... la tentation est voluptueuse !

Écrit par : Athalie | 29/09/2013

Je ne l'ai pas lu celui-ci, et je ne l'ai pas dans ma PAL, à ne pas éviter alors, tu m'as fait rire !!! ;) Dans le carnet et hop !

Écrit par : Asphodèle | 29/09/2013

Je peux te dire que ça ne rigole pas pour le Philipp, par contre ... (il faut quand même dire qu'il est un peu niaisous, le gars). j'espère qu'il sortira vite de ton carnet et que tu te régaleras autant que moi !

Écrit par : Athalie | 29/09/2013

J'adore Daphnée du Maurier...Ouhhh Rebecca...

Écrit par : Une Comete | 29/09/2013

Toi aussi ! Quelle force de frappe ! Je ne peux que te conseiller les notes d'Ingannmic pour les autres titres de Daphné du Maurier, si le coeur t'en dit , elle a aussi fait un portrait de l'auteure. Pour moi, le film "Rébecca" avait éclipsé le livre, impossible de me souvenir si je l'ai vraiment lu ou si je crois l'avoir lu à force d'avoir vu le film ... Je n'ai plus qu'à le lire (ou le relire).

Écrit par : Athalie | 29/09/2013

Tu as raison je n'avais pas les idées très claires, une dizaine à quatre chiffres !! une dizaine dont le premier chiffre est 4 serait plus juste ;-) J'ai lu aussi "l'auberge de la Jamaïque", tu vois, j'ai eu ma période Daphné du Maurier.

Écrit par : Aifelle | 30/09/2013

Moi aussi j'ai une dizaine à quatre chiffres ... Tu me rassures quant à ma compréhension des trucs qui s'écrivent avec des chiffres (les lettres, ça va encore ...) Pas vu de billets chez toi sur la sulfureuse Daphné, peut-être un temps d'avant blog ? Pour les comme nous, il y en a eu des lectures avant ! A bientôt !

Écrit par : Athalie | 30/09/2013

mes obligations m'écartent de mon ordi et de mes chers blogs amis , mais quel plaisir de vous retrouver et au passage je suis une inconditionnelle de Daphné
je vous lis quand même mais sur un petit téléphone c'est compliqué de mettre des commentaires!
Luocine

Écrit par : luocine | 30/09/2013

Bonsoir Luocine,
Contente d'avoir de tes nouvelles ! Et de savoir que toi aussi tu as succombé au charme de la Daphné (mais bon, pas plus étonnée que cela en même temps, vu tes lectures habituelles). J'ai quand même un peu l'impression d'être la dernière roue de la tentatrice, tout le monde avait lu, sauf moi, je la prenais pour de la littérature harlequin, nouille que je suis !

Écrit par : Athalie | 30/09/2013

Ma pauvre, un billet sur mon blog ! Il va avoir 5 ans ces jours-ci et j'ai lu Daphné du Maurier dans les années 1966-67 .... tu imagines ;-)

Écrit par : Aifelle | 01/10/2013

Tu veux dire que cela sentirait un peu le réchauffé ??? Il y a des lectures que je voudrais bien mettre sur ce blog (comme toi chez toi, j'imagine) mais qui datent trop, c'est dommage. Avant, j'avais bien un carnet de lecture, tenu à la main depuis mes 18 ans, ben oui, ma bonne dame ... je mettais des coeurs devant mes "coups de coeur", c'est'y pas mignon ... mais bon, un peu vieillot aujourd'hui !

Écrit par : Athalie | 02/10/2013

Voilà, emprunté à la bibliothèque ce soir! Ta note est convaincante, je sens que c'est pour moi....

Écrit par : Valérie | 01/10/2013

Je le sens aussi, mais si tu ne dors pas de la nuit, accrochée à ton livre au milieu de cette tempête sentimentale, je me sentirai quand même un peu responsable, mais bien contente quand même. Tu me diras évidemment ...

Écrit par : Athalie | 02/10/2013

Généralement, les histoires d'amour ne m'inspirent pas du tout, mais par D. Du Maurier, tout de suite, j'ai en plus envie...et ton billet me le confirme

Écrit par : sous les galets | 03/10/2013

C'est de l'amour vache, très vache même, et ça j'aime ! En espérant que tu te laisseras tentée à ton tour ...

Écrit par : Athalie | 04/10/2013

Et bien non, je n'y ai pas passé la nuit mais le week-end et ce fut juste délicieux....Ah Daphné ça se fait pas de laisser le lecteur dans un tel état! Merci Athalie !

Écrit par : Valérie | 06/10/2013

J'envie ton week-end avec la Daphné, la Rachel (oh, la méchante Rachel et le Philipp, trop gentil, voire carrément couillon). Contente que tu aies aimé, (bon, j'en doutais peu, mais quand même ...). Et le lecteur, tu as raison, reste sur le flanc, juste avachi et conquis, et troublé et ravi, et ....

Écrit par : Athalie | 06/10/2013

Bon, bon, bon, c'est fort vilain, ce billet! Il donne une envie folle alors que je ne l'ai pas en stock, contrairement à de nombreux romans de cette auteure que j'adore... je pense d'ailleurs l'avoir lu ado... mais je sens que suis due pour une relecture!

Écrit par : Karine:) | 06/10/2013

Tout est fort vilain dans ce livre ... pervers à souhait ... dans un jardin anglais, ou dans un palais de Florence... Je rejoins Valérie (évidemment !), mettre le lecteur dans un tel état est juste vicelarement bien écrit, au scalpel de l'âme ( ben oui, j'ose une pointe de lyrisme !)

Écrit par : Athalie | 07/10/2013

Les commentaires sont fermés.