Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2013

Les filles de l'ouragan Joyce Maynard

les filles de l'oragan, Joyce maynard, romans, romans américains, déceptionJe ne sais pas ce qu'il y a en ce moment entre mes livres et moi ... Une sorte de flottement ... Ils ne me tombent pas vraiment des mains mais ils ne font pas beaucoup des pieds non plus pour que je m'acroche à eux. Ils m'annoncent des ouragans et je tombe dans la flaque !

Donc, pas d'emballement dithyranbique pour ces deux filles de l'ouragan qui ne m'ont guère emportée bien loin. Les deux héroïnes ont en commun d'être nées le même jour, dans la même petite bourgade du fin fond des USA, le même jour, soit neuf mois après une nuit d'éléments déchainés (mais pas que), affrontés par le père (mais je ne dirais pas de laquelle des deux. D'ailleurs, je ne suis pas certaine de me souvenir vraiment du mystère des deux conceptions, j'ai dû piquer un petit roupillon neurologique à la fin du truc, moi ...).

De cet ouragan un peu confus, nait d'un côté Dana, dans une famille où seul le père lui lui prête attention et affection, c'est à dire au moins autant qu'à ses fraises. Elle a quatre soeurs, mais berniques pour la communication, à croire qu'elles n'existent pas, et une mère, sèche et revêche, confite en religion et préceptes normatifs. Les deux, la mère et la fille,consentantes, se maintiennent à distance l'une de l'autre. Dana vit dans une ferme, qu'elle adore, grande, belle, blonde, artiste, seule de son espèce dans la famille. Ce qui n'est pas normal. Sauf qu'elle le répète tellement de fois qu'on finit par se dire qu'elle nous prend pour des sourds.

L'autre, Ruth, n'est pas belle, pas grande, pas artiste. Elle aime la ferme de Dana et de son gentil papa et Dana aime son frère, si beau, si mystérieux. Cette deuxième famille n'est pas folichonne non plus, mais un peu comme un miroir quasi inversé, mais pareil. Ruth se sent la seule de son espèce, elle n'aime pas les poupées Barbie, par exemple, alors que Dana en rêverait, mais c'est sa mère à elle qui ne les aime pas. (Vous voyez le truc ...). De projets troubles en rêves grandioses qui finissent pathétiques, le papa, George, n'est jamais là. La si originale maman, Véra, est artiste, si peu mère que les deux enfants ne l'appellent même pas maman ... Toujours fourrée dans ses pinceaux et lui sur les routes, les deux irresponsables brinqueballent leurs enfants d'un foyer précaire à l'autre, sans plus d'affection qu'un bol de céréales pour le diner. Alors que la famille de Dana reste toujours à sa place, ce qui fait que c'est facile de se retrouver, enfin, presque ...

Voilà. Comme dans la ferme du papa, les mauvaises mères produisent les mauvaises filles, comme les fraises produisent les meilleures fraises si elles sont bien greffées avec les bonnes pousses. Sans accuser ce roman, qui aurait pu être agréable par ailleurs, d'eugénisme (mais peut-être quand même d'un certain angélisme ...), l'idée que les enfants soient à ce point déterminés par leur héritage génétique m'a un peu gêné.

J'ai la courte vue, et je sais bien que l'homme descend du singe, puisqu'on ne l'a dit, mais j'aime à me dire aussi que ce n'est peut-être pas besoin de le faire en ligne droite (dans un roman, en tout cas, on a le choix), je veux dire comme une noix de coco tombe d'un arbre à noix de coco ... ( mes connaissances en génétique en général et en noix de coco en particulier, restant particulièrement embryonnaires, si un spécialiste passe par ici, qu'il ne me conspue point) ...

Commentaires

Toi et Ingannmic devez faire exprès de publier vos billets quelques jours jours avant les anniversaires à fêter sur mon blog, c'est pas possible...

Écrit par : Sandrine | 12/10/2013

Non, je te jure, je plaide l'innocence !!! J'ai bien sûr vu ta programmation, mais ne me suis pas inscrite cause que je suis une embrouillée des dates et principalement celle des anniversaires ( surtout le mien en fait), pour cause de sénilité galopante et de refus de l'admettre ... Mais, bien sûr, j'irais voir chez toi ce que tu dis de ce titre et de cette auteure que pour ma part, je lisais pour la première fois ( et pense la dernière, mais bon, on ne sait jamais, tu serais capable de me faire changer d'avis ....)

Écrit par : Athalie | 13/10/2013

J'ai emprunté ce livre à la bilbio, ne l'ai pas ouvert, l'ai rendu depuis et ne le regrette pas ! bises

Écrit par : Philisine Cave | 13/10/2013

Ben moi, il va encombrer mes étagères, qui n'ont pas besoin de cela ! ceci dit, je suis un peu de mauvaise foi ( comme souvent ....), ce n'est pas un mauvais roman, c'est juste le côté secret éventé d'avance qui est quand même gros. Bon, je dis ça, je ne dis rien du secret, mais que celui qui ne l'a pas deviné dès les dix premiers chapitres se voue à la relecture éternelle des dix premiers chapitres. Bonne chance ! A bientôt, ceci dit.

Écrit par : Athalie | 13/10/2013

j adore tes billets et quand tu n'aime spas trop les livres ils me font mourir de rire, et puis ça fait toujours un de moins à noter
à bientôt
Luocine

Écrit par : luocine | 14/10/2013

Ce n'est pas un mauvais bouquin, c'est juste (pour moi, hein !) quelque chose d'anecdotique. Voire même de schématique quant à la transmission des gènes, un truc qui me dérange, perso. Mais bon, je dois peut-être avoir un problème avec l'idée que je descends du singe ? Et tant mieux si mes déceptions te font rire, c'est toujours sympa de te lire. En plus, je t'envie, tu viens de lire "Sauver Mozart" ...

Écrit par : Athalie | 15/10/2013

Entièrement d'accord avec toi... J'en ai pensé la même chose à ceci près que le livre ne m'est pas tombé des mains, malgré le secret qui n'en est pas un et qu'on devine trop rapidement, j'ai pris un certain plaisir à suivre la vie de ces deux soeurs d'anniversaire... sans plus...

Écrit par : krol | 14/10/2013

J'ai lu ta note, on se rejoint en effet. Moi aussi j'ai pris un certain plaisir à lire la trajectoire des deux soeurs, parce que même si le secret est cousu de fil blanc, l'histoire est joliment écrite, et puis mis à part cet eugénisme angélique, les personnges secondaires nourrissent bien le tableau : les scènes de baignades avec le père, les choix de vie de Dana, c'est pas mal, mais bon ...

Écrit par : Athalie | 15/10/2013

Les commentaires sont fermés.