Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2013

Le dernier lapon Olivier Truc

le dernier lapon,olivier truc,romans,romans policiers,romans français,les tombés à plat.Un polar ethno, ethno du bout du monde, froid, le bout du monde, je n'ai rien contre, le côté, découverte d'une civilisation minoritaire et en danger de disparation pour cause de politique identitaire limite fasciste et de gros méchants loups économiques qui veulent manger la dite civilisation, à priori, je suis pour. Surtout si on me promet tout cela sur rythme trépidant d'une enquête policière menée par un homme et une femme, lui moins jeune et un peu usé par la vie, mais pas trop et surtout pas alcoolique (ouf, ça nous change ...), et elle, jeune émoulue de l'école. Il pourrait y avoir du frottis-frotta sous une tente laponne ....

Sauf que, je ne sais pas ce qui m'est arrivé, j'ai dépassé ma limite de neige autorisée, je me suis vautrée dans les congères de l'intrigue, je me suis gourée d'aurore boréale, j'ai planté le scooter des neiges dans une hutte à lapon, bref, je ne sais pas, mais je me suis bloquée sur un détail à la noix .... la répétition du temps d'ensoleillement, enfin, du temps de jour, au début de chaque chapitre. Bon, faut dire que je m'ennuyais un peu aussi ... A chaque début de chapitre, du coup, je me disais "Bon, ça fait un peu plus, mais c'est pas beaucoup quand même". Reflexion idiote dans un polar, où normalement on recherche le nom de l'assassin. Ben, pas moi. Bloquée sur mon truc idiot. En plus, cela n'a aucune incidence sur le déroulement de l'enquête, à croire que rechercher la vérité avec ou sans jour, c'est pareil. Ce que je veux bien croire, mais alors, pour quoi le temps de jour, il est indiqué ? (j'ai prévenu, c'est complétement idiot comme fixette ...)

Je me suis donc égarée dans le grand nord et attendu que l'expédition, les rennes, les lapons, les explorateurs sans scrupules, les éléveurs à l'ancienne, à la moderne, les tambours, les grands sachem, le méchant enquêteur et le gentil, tout le monde se calme et descendent de scooter pour faire pareil. Par contre ( et c'est toujours aussi idiot), mais si quelqu'un peut me dire à quoi correspond le premier chapitre, je suis preneuse. Pas réussi à resituer cette histoire de lapon poursuivi et de bucher dans l'histoire du tambour, moi ... Ce ne peut pas être Mattis ( il n'a pas été brulé, ou alors je n'ai rien compris), ni le père de Klemmet (? si ? mais pourquoi il n'en dirait rien alors ?) celui d' Aslak, là, je suis sûre de moi. Celui de Mattis alors ... J'ai sûrement loupé un truc, parce que ce n'est pas la faute du bouquin, il se lit même plutôt bien, c'est de l'honnête polar ethno.

Ce n'est pas très grave comme problème ceci dit, le livre peut commencer au deuxième chapitre, finalement, mais alors pourquoi Olivier truc a écrit le premier, l'est pas idiot l'auteur, c'est donc moi ! Je n'aime pas me sentir comme un renne égaré. Même si moi, j'ai gardé mes deux oreilles de chaque côté de ma tête, ce qui est déjà pas mal vu les moeurs locales.

Commentaires

Ton billet me fait rire ... j'ai beaucoup aimé ce livre, je ne me souviens absolument pas d'un problème avec le premier chapitre, et comme je l'avais emprunté, je ne peux même pas le reprendre pour voir de quoi tu parles .. bref une rencontre qui ne s'est pas faite pour toi.

Écrit par : Aifelle | 10/11/2013

Bon, ben au moins si ça fait rire, c'est déjà ça ... Du coup je n'ai même pas fait de résumé, je crois bien que cela fait longtemps que cela ne m'était arrivé, mais je n'arrivais à trouver le début de l'intrigue, c'est couillon quand même les fixettes !

Écrit par : Athalie | 10/11/2013

Le premier chapitre, à mon souvenir, lointain, c'est pour raconter l'histoire (lointain, plusieurs siècles je crois) aussi) du tambour, et rappeler l'histoire lapone souvent cruelle? Bon, je propose ça. Mais c'est sûr qu'on peut sans doute s'en passer, le reste du roman étant assez clair sur ces faits là, et de nos jours encore.

Écrit par : keisha | 10/11/2013

Je pense que tu as raison, c'est un sorte de retour arrière millénaire, un exemple de ce qui arrivait aux chamanes. Va t'en savoir pourquoi, comme le chapitre se termine sur un petit garçon qui regarde le bucher, je ne suis évertuée à faire un lien avec un des pères, et comme aucun père ne collait ( du moins je crois ...), j'ai passé ma lecture à côté. Dommage pour moi, il a souvent été apprécié ce polar ...

Écrit par : Athalie | 10/11/2013

Extra ton billet; moi j'ai marché à fond à la lecture de ce polar, j'ai tout aimé

Écrit par : Dominique | 10/11/2013

Tant mieux si tu aimes bien le billet, je vais aller voir chez toi ce que tu as dit du roman, histoire de regretter un peu plus ma lecture en biseaux ! Mais pourquoi dès fois, on se barre sur des détails ? ( enfin, moi, hein ...)

Écrit par : Athalie | 10/11/2013

Ben moi, je trouve que tu te surpasses lorsque tu te retrouves en situation de "renne égaré" : j'adore ce billet ;-)

Écrit par : Margotte | 13/11/2013

Merci Margotte ... Mais que cela ne te prive pas de la lecture du roman, beaucoup en disent du bien (mais fais gaffe quand même à tes oreilles, mets un bonnet ...)

Écrit par : Athalie | 13/11/2013

Bonsoir Athalie, billet très bien tourné, bravo. Le 1er chapitre par rapport aux autres: je ne me rappelle plus bien mais cela ne m'avait pas perturbée. Mais néanmoins, tu as aimé ce roman, c'est l'essentiel. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | 18/11/2013

Merci Dasola pour le "billet bien tourné", je vais aller voir chez toi ce que tu en disais, parce ce que je ne comprends pas toujours, encore maintenant, l'engouement pour ce roman. Le premier chapitre, finalement, on peut le passer, mais alors pourquoi ? Comme le dit Keisha, cela doit être une sorte de remise en bouche historique. Bonne soirée, laponne, ou pas ..

Écrit par : Athalie | 18/11/2013

Les commentaires sont fermés.