Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2014

Robe de marié Pierre Lemaitre

Robe de marié, Pierre Lemaitre, romans, romans français, polarsEnchantée par la lecture de « Au revoir là-haut », où, comme le dit Céline dans un des commentaires sur cette note , on en arrive à aimer le cynisme et et la mauvaise foi crapule, je résiste peu à enchaîner les  titres du même auteur ( quand j’étais petite, et que je finissais un livre que j’avais particulièrement aimé, je lisais et relisais la liste « Du même auteur », souvent située à la fin, comme autant de sucettes à l’anis à venir, là c’est un peu pareil ...). Donc, du polar, ce qui tombe bien, j’avais envie de polars bien polars, de ceux qui ne révolutionnent pas le genre et laissent mes neurones peinards dans leurs charentaises, mais suffisamment polar pour vous plomber délicieusement une après-midi pluvieuse, ou une soirée pluvieuse, voire, une matinée ... « Robe de marié » est juste ce qu’il me fallait.

Face A : Sophie est baby sitter, une drôle de baby sitter quand même, toujours disponible, sans affect, mais avec une béance à l’intérieur. Sophie est folle, à lier, c’est ce qu’elle dit. Elle ne maîtrise pas ses pulsions, se laisse submerger, sans savoir par quoi, ni comment, ni quand ... Et Léo commence à exaspérer Sophie. On comprend qu’avant d’être gardienne d’enfant, Sophie a été autre chose, quoi que ce fût, cette vie là lui a échappé, elle est happée par ses oublis. Sophie oublie tout, même le pire de ses actes. Elle est hantée de fantômes qui passent et trépassent.

De baby sitter, Sophie devient rapidement tueuse en série et s’embarque dans une cavale où il vaut mieux ne pas la croiser, même du regard, et pas non plus la contrarier. On est uniquement dans sa tête lors de cette course folle et tendue d’une folle qui cogite, par contre, très lucidement sa cavale et ses conditions de survie. On ne peut être si raisonnablement taré, ce qui fait que rapidement, le lecteur, en bon lecteur de polar bien ficelé, comprend qu’il y a une face B, le revers joué autrement.

Face A et face B jouent donc la même chanson, on retourne en arrière, avec un autre angle de vue, où les clefs sont données. Les deux faces s’imbriquent évidemment parfaitement, et même si les rouages sont trop bien huilés pour être crédibles, je m’en suis moquée totalement, embringuée dans le jeu de Lemaître, un jeu avec les codes, on sait qu’il sait, il sait qu’on sait ( j’aime bien les cache cache ...).

Bon, la face C perd un peu en force, soit, le jeu perd en mystère ce qu’il gagne en construction. On dirait un rubiks cube. Pas grave. Normalement, je ne finis jamais un rubicks cube. Mais, là, j’en redemande un autre.

Commentaires

Je vais chipoter car dans mon souvenir, je ne l'avais pas trouvé aboutie cette héroïne, trop naïve. J'ai de beaucoup préféré "Alex" (ça tombe bien, puisque tu vas continuer avec cet auteur...).

Écrit par : Sandrine | 04/03/2014

Tu as tout à fait raison de chipoter ... l'héroïne est d'une naïveté crasse au départ (face A), et d'une super sagacité à la fin (face C), ce qui ne tient pas la route, je suis d'accord, pas abouti la Sophie !!! J'avais juste envie de ce genre de bouquins, j'en ai donc avalé tous les défauts, comme une gourmandise de plus ! J'ai acheté "Alex" et aussi "Cadres noirs", je vais faire une (petite) pause de Lemaitre, histoire de ne pas saturer, et pourtant, ça me démange ... C'est comme les fraises Tagada, je ne sais pas m'arrêter (avant la fin du paquet !)

Écrit par : Athalie | 04/03/2014

Il me reste à lire tous les polars de l'auteur (mais je n'aime guère les serial killers;..)

Écrit par : keisha | 05/03/2014

Ce n'est pas vraiment une sérial killeuse, la Sophie, (voir confirmation de Virgule en dessous) ... Plutôt un polar ficelé comme un rôti, je te tourne d'un côté, je te retourne de l'autre, un peu comme "Betty" de Indridasson, une sorte de jeu codé, il faut aimer se laisser ficeler ! Je vais suivre chez toi en tout cas, ta découverte des polars de ce maître de la littérature comme on l'aime !

Écrit par : Athalie | 06/03/2014

J'ai un bon souvenir de ce livre, ma première rencontre avec Lemaître.

Écrit par : Praline | 05/03/2014

Bienvenue en mes pages ... je suis en train de devenir fan de cet auteur !!! Si tu ne l'as pas encore lu (pas trouvé de traces chez toi de cet auteur .... mais l'ai peut-être mal cherché ?) vraiment, "Au revoir là-haut" est un coup de maître !!! (facile, j'assume !)

Écrit par : Athalie | 06/03/2014

Pour ma part j'ai trouvé Sophie étonnamment débrouillarde. Pour quelqu'un qui se croit elle-même au bord de la folie, elle organise vraiment bien sa fuite ! Mais tu as raison, on s'en fiche un peu que ce ne soit pas complètement crédible. L'essentiel c'est qu'on ne peut pas poser le livre avant de l'avoir fini. Et je rassure Keisha au passage : pas vraiment de serial killer dans ce roman (même s'il y a plusieurs meurtres).

Écrit par : Virgule | 06/03/2014

Trop débrouillarde pour être vraiment crédible, c'est sûr, et moi non plus je n'ai pas reposé le bouquin avant de savoir, même je savais, mais c'était juste pour le plaisir d'avoir compris et de jouer ! En tout cas, bienvenu à ton tout jeune blog en ces modestes pages !

Écrit par : Athalie | 06/03/2014

Les commentaires sont fermés.