Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2014

Sorj Chalandon à "Rue des livres"

rue des livres,sorj chalandon,le quatrième murOn m'a bien expliqué Proust au temps lointain de mes études de lettres : Bergotte est un homme médiocre, mais son oeuvre est admirable, par conséquent, on différencie l'homme et l'auteur. L'homme est négligeable, seule compte sa production. OK, premier point. Deuxième point : l'auteur n'est pas le narrateur, rien à voir, passez votre chemin auteur, laissez la place au texte. Donc, troisième point : le texte, rien que le texte. OK. On dégraisse, on recentre, on conspue le biographisme.

Oui, on peut être une étudiante fanatisée par le structuralisme formaliste russe. J'en suis la preuve virtuelle et vivante. En effet, j'ai longtemps pris pour péché mortel anti-littéraire de rencontrer en auteur en vrai, voire de l'écouter. L'oeuvre, le texte, le texte, l'oeuvre. Evidemment, depuis longtemps aussi maintenant, tout snobisme engendrant son contraire, j'adore aller traîner mes oreilles autour des auteurs qui causent.

Ce qui fait que, à "Rue des livres", je suis allée entendre Sorj Chalandon. ce qui a étonné mon homme, et presque moi-même, d'ailleurs. De cet auteur, je n'ai lu que "Mon traître". Sans passion et même un certain agacement, j'avais suivi cette plume qui me semblait causer beaucoup d'elle même, sur le mode narcissique sans le dire : un jeune homme qui a tout des intérêts de l'auteur, a peine transposé, a été trahi par son modèle d'engagement politique lors de la guerre civile en Irlande, côté IRA. Une sorte de reportage intime où je n'ai retenu que des trémolos personnels. Une brève écoute lors d'un plateau à saint Malo me confirme ce que je voulais entendre, ce monsieur parle beaucoup de lui. Ecoute négative, qui me fait laisser passer les titres suivants, jusqu'au "Quatrième mur", d'abord parce que prix lycéen et ensuite parce que Valérie et AAAAAA me soulève un coin de paupières. Me serais-je fourvoyée ?

Je ne sais, mais je suis ressortie de cette "conférence", moins braquée contre le narcissisme de l'auteur, puisqu'il l'a expliqué, et expliqué aussi la différence qu'il faisait entre son écriture romanesque et son écriture journalistique ( d'ailleurs, souvent ses billets dans "Le canard" sont souvent pertinents, me souffle mon homme à l'oreille, moi, je ne sais pas, je ne lis pas "Le canard" pas assez romanesque, ce qui est contradictoire avec ce qui précède, je le concède). Sorj Chalandon prend l'exemple de son entrée dans le camp de Sabra et Chatila, après le massacre. Il dit que pour le journaliste qu'il était, ce fut l'horreur et la solitude, et que son rôle, alors, dans "Libération" fut d'écrire ce qu'il avait vu. Pas ce qu'il pensait. Il dit ensuite que les mêmes faits dans "Le quatrième mur" sont là pour qu'il retourne dans le camp, mais surtout pour que les lecteurs y entrent avec lui. Sa formule d'ailleurs est très belle, trente ans après, "les lecteurs font alors cohorte avec l'auteur", enfin, je ne sais pas si c'est une formule, mais je la trouve très belle, parce que très ambiguë.

Mais surtout, ce que j'ai trouvé passionnant dans cette première partie de la conférence de Sorj Chalandon, est ce qu'il a dit de son expérience de reporter de guerre, la difficulté (je reprends aussi sa formule) de "rentrer en paix", ou de "retour en paix", la fascination pour ce temps de la guerre où "l'on fait partie de la barbarie", où l'on se sent d'autant plus vivant que la mort est là, qu' il y a une empathie sincère avec les victimes, mais que cette guerre n'est pas votre guerre, que vous, vous pouvez en repartir avec le prochain avion, mais que revenir en paix, c'est aussi accepter qu'une petite fille pleure devant le frigidaire parce qu'il n'y a plus de Coca, alors que là d'où vous revenez, une mère meurt en traversant une place pour aller chercher de l'eau. Et puis, accepter que vos récits qui provoquent la fascination des autres, "Tu en reviens ..." deviennent inaudibles : "Au début, tu interesses, puis tu ennuies, à la fin, tu emmerdes". C'est cru, direct, sincère, ça fait voler le formalisme en éclat, mes préjugés aussi.

Je n'ai pas acheté "Le quatrième mur", d'abord parce qu'il avait la queue pour les dédicaces, et ensuite parce que dans la deuxième partie de sa conférence, Sorj Chalandon donnait, sans doute convaincu d'avoir à faire à un public l'ayant déjà lu, beaucoup d'éléments sur l'intrigue romanesque de son roman. Je vais attendre un peu de les avoir oubliés.

PS : pas de compte rendu de l'intervention de Vélibor Colic d'aujourd'hui, je me suis trompée de salle ... ( et pourtant il n'y en que deux ...) et suis arrivé dix minutes avant la fin ... Seul scoop, son prochain roman sort le 5 mai.

Commentaires

je ne veux pas jouer le rôle de lèche botte ce que je t'écris est sincère (mais quand même très flatteur! et tu sais qu'il faut se méfier des flatteurs ..le renard le fromage et tout ça et tout ça...)
bon voilà j'ai lu avec grand intérêt la façon dont tu racontes l'intervention de Chalandon , bon avoue que tu te ds son intro prend trop de précautions , pour finalement ne me dire que ça..
Attends! en lisant je me disais qu'il avait bien de la chance ce Chalandon d'être chroniqué par toi!
alors là si tu n'as pas les chevilles qui enflent !
bref j'adore tes billets tu le sais et ce billet me permet de mieux comprendre ce que j'avais senti dans son livre
Bravo
Luocine

Écrit par : luocine | 31/03/2014

Sincèrement aussi, merci Luocine. Je trouve toujours que c'est une sorte de chance énorme que quelqu'un qui a autre chose à faire, et aucune obligation d'aucune sorte, vienne passer un moment à lire un truc sur les livres, les auteurs, ces trucs aussi essentiels que de se dorer au soleil.
Donc, oui, je rougis, mais je suis super contente d'avoir réussi à faire passer quelque chose de ce moment qui m'a aussi apporté un éclairage sur le processus de l'écriture, sujet qui me passionne, sans que je n'y comprenne rien ( et peut-être pour cela d'ailleurs) A bientôt, merci encore.

Écrit par : Athalie | 31/03/2014

Ben euh oui moi c'est pareil, je me suis régalée en lisant ton billet... J'aime beaucoup l'œuvre mais ne me suis jamais intéressée à l'auteur à vrai dire. Donc je veux pas te faire rougir à mon tour mais quelle prose!

Écrit par : Valérie | 31/03/2014

Merci Valérie, vraiment, des clins d'oeil en virtuel qui valent ceux de la vraie vie ( tu as vu que je t'avais quand même soupçonnée d'être mon expéditrice mystère ?). Pour la prose, euhhhhh, j'ai beaucoup repris de Chalandon, tu sais. Il cause bien, le bougre. Et puis, comme tu m'a encouragée à lire "Le quatrième mur", j'ai un peu bossé ma "spéciale dédicace" ....

Écrit par : Athalie | 31/03/2014

Non je n'étais pas l'expéditrice anonyme mais j'ai adoré lire ton jeu de pistes... En tout cas, tu m'as donné envie d'écouter la conférence qu'il avait donnée aux Champs Libres à Rennes et qui se trouve sur Soundcloud.

Écrit par : Valérie | 31/03/2014

Comme tu as lu le livre, je pense que tu apprécieras plus que moi la partie de la "conférence" qui porte sur sa propre analyse de son texte, moi, j'aurais bien voulu me boucher les oreilles, il en a trop dit sur le destin des personnages, notamment. Bonne écoute, tu me diras ce que tu en penses ?

Écrit par : Athalie | 01/04/2014

J'ai un petit souci avec l'émotivité exacerbée de Sorj Chalandon. A chaque fois que je l'ai vu défendre l'un de ses livres, il pleure. C'est très émouvant quand il le fait une fois, deux fois et après on finit par s'interroger un peu. Surtout que sur celui-là, il pleure encore.
Je viens un peu compliquer les choses sous ton billet puisque j'ajoute une Valérie à ton échange. ;)
Je ne connaissais pas Velibor Colic avant de lire les deux incipits (qu'il a écrit) du concours de nouvelles du festival Etonnants voyageurs auquel j'ai fait participer mes élèves.

Écrit par : Valérie | 01/04/2014

Ben oui, ce coup-là aussi, il a pleuré !!!! Mince, j'ai comme l'impression de m'être faite avoir, moi ... cette émotivité m'a paru être un gage de sincérité ... si ça se trouve, ma première impression était la bonne (un brin d'artificialité ...). Valérie, merci de compliquer les choses ... c'est plus drôle comme ça. Où est la vérité de Chalandon ?
Pour Colic, je ne sais pas de quel niveau sont tes élèves, mais si tu veux les faire lire des oeuvres de cet auteur ( dont je suis fan, mais ça, je pense que c'est clair, et puis, lui, il ne pleure pas, enfin pas quand il présente ses livres, en tout cas), je pense qu'il vaut que ce soit "Jésus et Tito" (qui a reçu des prix par les lycéens, si je ne m'abuse) que "Les bosniaques", mais sans doute t'es-tu déjà renseignée. Bonne chance à tes élèves en tout cas !

Écrit par : Athalie | 01/04/2014

J'aurais été ravie de participer à cette conférence pour entendre la voix de cet auteur. J'ai bien aimé Le quatrième mur mais je n'ai pas adoré.

Écrit par : Philisine Cave | 01/04/2014

Un commentaire mitigé sur ce titre ... J'ai comme l'impression que je vais finir par ne pas le lire ce bouquin, malgré les encouragements de Valérie et de AAAAAA .... Trop de choses dites autour du livre tue le livre "maxime perso" !

Écrit par : Athalie | 02/04/2014

Et bien dans la conférence aussi, il révèle le destin du projet de Georges qui veut monter Antigone... Donc pour l'assemblée qui n'avait pas lu le bouquin avant...
Je suis moi aussi très sensible aux voix et mes auteurs préférés ont des voix qui me ravissent, mais c'est peut-être un hasard.
Voici le lien si ça vous intéresse:
https://soundcloud.com/leschampslibres/le-quatri-me-mur-rencontre

Écrit par : Valérie | 01/04/2014

Merci pour le lien, Valérie, comme tu l'as compris, je ne vais pas réécouter la "conférence" tout de suite, mais sûrement après la lecture du "Quatrième mur", si j'arrive à le lire un jour, quand j'aurais tout oublié. Mais cela peut être agréable pour les lectrices qui passent par ici et qui ont donc lu le livre, si je comprends bien, on se rejoins là-dessus ? C'est sûrement ton côté "musical" qui te rend si sensible aux voix. tente celle de Léonora Miano, tu m'en diras des nouvelles ....

Écrit par : Athalie | 03/04/2014

Merci pour les titres de Velibor Colic, je les note. Et désolée d'avoir compliqué les choses ;) mais il se trouve que ce sont justement les compte-rendus sur ce festival qui m'ont fait me poser des questions (et je sais que je ne suis pas la seule à me les poser) sans avoir aucune réponse car en effet, quand on l'écoute, on ne peut pas douter de sa sincérité. Je reste donc perplexe.

Écrit par : Valérie | 02/04/2014

Tu n'as pas compliqué les choses, voyons, elles le sont .... Et c'est cela qui est bien, justement. Quid de la sincérité d'un auteur ? est-ce un critère pour aimer l'oeuvre ? Ou ne pas l'aimer ? je ne le pense pas, je pense, toujours en bonne disciple du structuralisme formaliste russe (ben ouiais, il m'en reste des traces même encore maintenant ...) que seul importe le texte. En bonne snobinarde de province, j'adore aller entendre des auteurs.Contradictoire, ben ouais aussi ^-^. Perplexes, resterons-nous sans doute.

Écrit par : Athalie | 03/04/2014

Je suis toujours très impressionnée par la qualité de tes billets, souvent très pointus.

De Chalandon j'ai beaucoup aimé Retour à K, en revanche la Chalandonmania qui sévit sur la blogosphère m'interpelle un peu. Je suis comme Valérie (la mienne), un peu dubitative sur sa capacité à verser sa larme à chaque conférence....mais vu que je ne l'ai jamais entendu, je ne me fie qu'à ce que je lis à droite et à gauche...
Et je m'interroge aussi sur le rôle de l'empathie pour l'homme dans l'appréciation de ses écrits par ses lectrices....
Mais j'attends de lire le 4ème mur pour me faire une idée plus précise....

Écrit par : sous les galets | 03/04/2014

Merci pour la "qualité des billets", tant mieux si ils apportent un petit quelque chose, c'est quand même pour cela qu'on les écrit, toutes autant que nous sommes ... En toute modestie.
Pour la chalondomania, je ne sais pas, je ne connais pas, moi c'était l'inverse ! Et puis, je suis quand même capable de tomber amoureuse de cow-boys de papier, alors ...
Moi aussi, j'attendrai de lire "Le quatrième mur" avant de me faire une idée plus précise du texte, bien sûr ^-^

Écrit par : Athalie | 03/04/2014

Les commentaires sont fermés.