Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2014

Des noeuds d'acier Sandrine Collette

des noeuds d'acier,sandrine collette,romans,romans français,romans policiersLe noir dans les livres, (seulement, hein ...) J'aime bien, peu me chaut le chaos du monde, je ne déteste point m'y plonger du fin fond de mon canapé.

Et bien là, dubitative et refroidie, je suis, les pieds dans le plaid, je me demande de quoi ça cause, ce que je viens de lire ... Ce que je sais, c'est que je n'y ai point cru à cette histoire qui s'annonçait des plus barbares. 

Un préambule parle de "l'affaire Théo Béranger" en précisant que ce que l'on va ensuite lire est le journal de Théo, écrit après "L'affaire" qui aurait fait la une des journaux, une affaire suante d'horrible. Du coup, j'ai cru que c'était Théo, le tueur, faut dire qu'il en a l'air ... Il s'annonce comme un gros, gros, gros méchant sans remords aucun et encore plein de hargne après 18 mois de prison. Il en sort sans repentir, 18 mois enfermé avec des gros, gros durs, bien pires que lui, qui lui ont cherché des noises, et surtout un qui l'a attaqué à coups de tronçonneuse. Ben oui, Théo faisait partie d'une équipe chargée d'entretenir des espaces verts (je passe ma dubitative moue face à la possibilité que l'administration carcérale confie des tronçonneuses à des condamnés pour leur réhabilitation, d'ailleurs, il le dit lui-même, que c'est une drôle d'idée, (passons, c'est un roman, pas un traité de formation des matons dans les prisons françaises ...). Théo sort de l'enfer.

Il y a survécu, et il est bien décidé à ne rien lâcher. Sa première envie est d'aller rendre visite à sa victime qui s'avère être son propre frère qu'il a balancé par jalousie, par accident, et qui n'est plus qu'un légume bavant que Théo va lorgner et terroriser avec plaisir. Mais la vengeance tourne court et l'ex-taulard doit s'enfuir dans une cavale qui le mène à une fermette qui fait chambre d'hôte et une hôtesse à bigoudis et potager qui lui fait des grosses tartines pour ses casse croûtes de randonneur. Marcher pour tenter de retrouver un nouveau souffle. Soit. J'attends toujours le drame .... qui arrive sous la forme inattendue d'un pépé tout cassé et de son frère pas mieux, qui vont réussir à séquestrer le Théo dans leur cave pour en faire leur chien, leur esclave à tout faire dans la ferme, par ailleurs fort délabrée.

Le chien d'avant, Luc, est toujours enfermé dans la cave, dans un sale état faut dire, il a l'os du tibia qui lui sort du tibia.Huit ans qu'il est réduit à satisfaire les vieux pour survivre et il donne le mode d'emploi à Théo ; il faut obéir, travailler, sans espoir, plaire aux tortionnaires. Soit. Cela aurait pu être un huis clos fébrile et tendu, mais, voilà, je n'y ai pas cru. C'est bête cette rengaine prosaïque qui nuisait à mon adhésion : comment deux vieux pas en forme peuvent arriver à tenir en laisse un homme depuis huit ans sans que rien ne se voit, puis un autre, arrivé là dans la pleine force de l'âge ( sans compter la métamorphose de l’hôtesse en bigoudis en Messaline incestueuse ...)? Bon, d'accord, Luc et Théo ont des chaines aux pieds et les vieux pointent un fusil ... Mais c'est quoi le but ? d'enchaîner les sévices et les explications de l'impuissance ? A force répéter que la situation est incroyable, le récit pointe le mal du doigt, si même le narrateur peine à croire à la crédibilité de sa situation fictive, comment moi, pauvre lectrice, puis je y adhérer ?

Un nouveau genre annonce le quatrième de couverture, le "captivity thriller", pas convaincue par ce cauchemar  ...

Commentaires

Je suis d'accord avec toi. J'ai préféré le suivant.

Écrit par : Valérie | 08/05/2014

J'ai oublié de le mettre dans ma note, mais malgré ma déception sur ce titre, je compte lire les deuxième, va-t-en savoir pourquoi ... Si tu dis qu'il est mieux, tant mieux !

Écrit par : Athalie | 08/05/2014

Je déteste ce genre d'histoires, si en plus ce n'est pas trop crédible...(au fait, elle a mis des somnifères dans le sandwich, pour réussir à le maitriser, ou quoi?)

Écrit par : keisha | 08/05/2014

Je ne savais pas trop de quoi il était question, j'avais envie d'un peu de polar frétillant ... je suis restée sur ma faim ... Et non, la Messaline en bigoudis n'a même pas eu besoin de somnifères, pire, elle va lui faire des "choses" infâmes sur son corps .... armée de sa seule cellulite ! Balèze la gazelle !

Écrit par : Athalie | 08/05/2014

Ah moi j'avais aimé ce livre, j'avais trouvé que l'atmosphère était bien rendue. MAis quand on n'y croit pas, on n'y croit pas.

Écrit par : monpetitchapitre | 09/05/2014

Oui, y'a un truc, on accroche quand même, d'ailleurs, je lirai le deuxième, quand il sera sorti en poche ... Mais dès fois, je reste bloquée sur un truc bassement prosaïque, genre la tronçonneuse, et puis après, ce type plein de rage et de vigueur retenu par deux vieux et une pétoire, plus la vieille qui se jette sur lui.... Et du coup, il n'a pas retenu mon attention, sauf sur la fin, que j'ai trouvé très belle. Et juste bien.

Écrit par : Athalie | 09/05/2014

J'ai failli l'acheter l'autre jour, constatant sa sortie en poche...
Je ne regrette pas de l'avoir reposé, d'autant plus que j'ai décidé de ne plus acheter de livres avant d'avoir fait baissé ma PAL de manière significative (bon, c'est vrai, il me reste une ou deux commandes à recevoir... mais après, promis, j'arrête !!)

Écrit par : Ingannmic | 09/05/2014

PFFFFFFFFFFFFFFFFFFF ! A qui le dis-tu, pauvre de nous, lectrices compulsives ! Je suis passée dans ma librairie cet après-midi pour acheter "La classe de neige" .... Je suis ressortie avec "So long Louise" de Minard, "le manoir de de Tynefort" de N. Solomons ( à cause de Galéa), "Dans l'ombre des Tudor" de Hilary Mantel (un truc énorme ... dont il est dit beaucoup de bien !) "Sale temps pour le pays" ( à cause de Sandrine, un polar français super bien ficelé dont je viens de dévorer la première moitié ...). Et devine quoi ? Ben ouais, j'ai oublié "La classe de neige" ... heureusement sur ma route, il y avait un Super U. Dès fois, ça sert les Super U !
"Les proies" restent introuvables pour l'instant ... mais j'ai toujours "La servante écarlate" sous le coude. Plus quelques autres ... Pour le Sandrine Collette, peut-être que tu aimerais, je ne suis pas sûre parce qu'il a un côté un peu "fabriqué" pour faire peur.

Écrit par : Athalie | 09/05/2014

merci de l'avoir lu pour moi..
Luocine

Écrit par : luocine | 10/05/2014

Là, je suis certaine que tu n'aimerais pas du tout, tu peux lire autre chose sur tes deux oreilles !

Écrit par : Athalie | 10/05/2014

Ben moi, avec l'âge, je deviens une âme sensible ! Ce livre m'a fait froid dans le dos... Il faut croire que j'y suis rentrée (que trop) dans cette histoire, au point que je n'ai pas acheté le 2e opus : trop de violence pour ma petite santé fragile.
Je crois qu'il faut que je me cantonne à Colette, la vraie ;-)

Écrit par : Margotte | 11/05/2014

Entre rentrer trop dedans (toi) et pas assez (moi, mais il faut croire que j'ai un cœur de pierre) : un polar qui divise ... Mais je comprends bien que si on arrive à y croire, il est frissonnant, voire pire. On doit s'y sentir comme enfermé, oppressé, c'est l'effet recherché.

Écrit par : Athalie | 12/05/2014

Bonsoir Athalie, c'est sûr que ce n'est pas un polar "frétillant" mais j'avoue avoir "marché" à fond. Mme Collette a réussi à me "scotcher" pendant 4 heures. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | 11/05/2014

Ah non, ça ne frétille pas, c'est sûr ! Sauf comme peut frétiller un poisson frais sur un barbecue chauffé à vif, encore vivant et avec les arrêtes ...

Écrit par : Athalie | 12/05/2014

Je pensais que Sandrine Colette faisait l'unanimité, je vois qu'il n'en est rien. Les goûts et les couleurs...

Écrit par : manU | 12/05/2014

Ben, moi aussi, je croyais que j'allais être unanime ... Et puis non, peut-être sur le deuxième ?

Écrit par : Athalie | 12/05/2014

de ce que j'en ai lu sur les blogs (même les plus enthousiastes) ne m'a pas convaincu du tout, et là, après ton billet, je le suis encore moins.

Écrit par : sous les galets | 16/05/2014

Heuuuu ! vu ce que tu dis sur ton blog des polars .... Tu peux passer, je pense ....

Écrit par : Athalie | 17/05/2014

J'ai été complètement embarquée par cette histoire, sans même me poser la question de la crédibilité finalement.

Écrit par : Praline | 27/05/2014

Tout à fait ! je crois que c'est un livre qui fonctionne bien quand on ne se la pose pas, cette fichue question de la crédibilité. Et moi, j'ai bloqué là-dessus et suis passée à côté, du coup. Pourtant, il y a plus de fois où je m'en fiche, surtout dans les polars. Vaut mieux.

Écrit par : Athalie | 27/05/2014

Les commentaires sont fermés.