Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2014

Le miroir brisé Jonathan Coe

lemiroirbriseinterieur2.jpgEn temps ordinaire, fifille ne lit pas du Jonathan Coe, en temps ordinaire, je ne lis pas les mêmes livres que fifille, fifille et moi, on n'a pas le même âge, et ce qui la fait rêver rejoint souvent ce qui me fait sourire, bêtement, je l'avoue, de la voir rêver. Sauf que là, c'est l'exception, j'ai rêvé autant qu'elle ...

Fifille a l'âge de croire à un monde qui serait meilleur, plus coloré, plus plein, plus rond, plus doux que ses propres rêves, et moi, ben, j'aimerais bien qu'elle y croit encore un peu. Ce livre est là pour cela. je soupçonne Coe d'avoir des fifilles, lui aussi.

L'histoire est belle, vous l'aurez compris, et ce n'est pas celle d'une princesse, mais celle de Claire, petite fille ordinaire d'un monde ordinaire, pas très beau et pas très coloré. Ses parents sont tristes et mornes, pas méchants, juste mornes, comme on peut être mornes quand on a une vie ordinaire avec un peu plus d'ennuis qu'on ne le voudrait. Elle habite une maison triste et morne, dans une ville triste et morne. Claire ne l'est pas, triste et morne, elle voit juste que c'est comme cela autour d'elle. Dans une décharge, elle découvre un morceau de miroir brisé, pas beau, terne, grisâtre, mais elle regarde malgré tout dedans. Y surgit alors le château de sable qu'elle a bâti avec une amie, le dernier jour des vacances sur la plage du pays de Galles où elles allaient se quitter. Mais le château de sable, c'est le même mais en mieux, en plus grand, en pierres, en vitraux, portes et fenêtres à ogives, balcon et ciel turquoise. Les coquillages y sont restés accrochés. Tout est transformé, ses parents sont le roi à fourchette-trident et la reine à bigoudis en couronne, les murs de sa chambre se recouvrent de dauphins et de sirènes et sa veille peluche lui cligne de l’œil comme un félin de compagnie, à poils doux et longs, mais où elle ne peut pas plonger les mains. La métamorphose s'arrête au miroir, la réalité reste triste et morne.

Claire grandit et le miroir ne perd pas son pouvoir pour autant, juste il s'adapte, les licornes imaginaires s'éteignent et laissent la place à un univers moins enfantin, au temps des boutons, des kilos en trop, des injustices et des parents qui ne s'aiment plus ....

Le miroir est-il une mémoire de ce qui aurait pu être ou une vision de ce qui pourrait être ? Ni vraiment l'un et ni vraiment l'autre, se voile, se rétrécit, des reflets d'un espoir pour petite fille qui voit des reflets de contes de fées dans notre monde d'en bas ...

Les illustrations de Chira Coccorese sont juste dans le même ton, (je n'en déplore que la rareté), elles sont elles aussi entre deux mondes, entre dessins et photos, flouté et précision du rêve.

(J'ai mis ma préférée en illustration, elle a un air de Magasin Zinzin)

L'avis de Jérôme qui a commenté ce petit bijou en avant première

Commentaires

Un très beau roman jeunesse, assez classique dans la forme mais tellement positif dans le propos. Coe a déclaré que c'était son roman le plus politique et je veux bien le croire même si je trouve qu'il y a plus de philosophie que de politique dans son texte.

Écrit par : jerome | 05/05/2014

Je m'y connais peu en littérature jeunesse, beaucoup moins que toi en tout cas, mais je te rejoins, il est très classique, si classique veut dire simple et bien fichu. Optimiste, aussi, féérique, surtout, politique, c'est sûr, de cette politique qui fait rêver, donc féérique ! A faire lire à toutes les petites filles et à tous ceux qui continuent à croire aux reflets du miroir, même brisé ...

Écrit par : Athalie | 06/05/2014

C'est un roman pour les enfants ?:)

Écrit par : Une Comete | 06/05/2014

Jonathan Coe l'a écrit pour les enfants ( ton fiston est encore un peu jeune, met-le lui de côté ...), mais ceux qui en ont l'âme ont le droit de rêver aussi, non mais !

Écrit par : Athalie | 06/05/2014

il y a parfois des romans jeunesse qui nous plaisent autant qu'aux jeunes , c'est un bon signe pour la qualité du livre
Luocine

Écrit par : luocine | 06/05/2014

Je te recommande vraiment celui-ci, il est bourré de rêves, de ceux qui font chaud dans le cœur des grands qui regardent les petits rêver ...

Écrit par : Athalie | 06/05/2014

Y a-t-il un âge pour lire certaines histoires ? Je ne le crois pas. Mon drame est que mes petits fils n'aiment pas lire, liront-ils un jour mes livres ?...

Écrit par : Jeanmi | 07/05/2014

Pour celle-ci, c'est sûr, c'est une histoire qui n'a pas d'âge ... mais un conte qui est bien de notre temps, par contre ...
C'est toujours un peu dommage, c'est sûr, des enfants qui n'aiment pas lire, mais parfois, ce goût se décoince plus tard, c'est ce que je leur souhaite, en tout cas !

Écrit par : Athalie | 07/05/2014

Dis, rien à voir mais peu importe, tu as vu qu'un nouveau Velibor Colic est sorti lundi ? Un orchestre Tzigane qui traverse les tragédies du 20ème siècle, des camps de concentration à la guerre d’ex-Yougoslavie. Un truc plein de musique, de beuveries et de coucheries apparemment. Du coup je suis plus que tenté, tu penses bien...

Écrit par : jerome | 07/05/2014

Vélibor Colic en avait vaguement parlé au "festival rue des livres" où j'avais été l'entendre ... Mais il n'avait évoqué que l'orchestre Tzigane, résumé comme tu le fais, évidemment, ça fait envie ! Je compte aller lui dire un petit mot au festival "Étonnants voyageurs" de Saint Malo et, bien sûr, m'en ramener un exemplaire. Ben, oui, c'est mon côté groupie de Vélibor ! Merci de l'info en tout cas !

Écrit par : Athalie | 07/05/2014

Ma grande l'a lu, et je ne relis jamais ses livres après elle. je lui avait offert après le billet de Jérôme et étrangement, elle l'a aimé mais a trouvé que c'était un livre très triste. Je suis étonnée de son ressenti car j'ai le sentiment que c'est un livre positif quand je lis vos billets à tous...

Écrit par : sous les galets | 16/05/2014

Tu devrais faire exception pour ce titre, je jure qu'il n'est pas triste ( enfin, un peu quand même, ce n'est pas un conte de fées). Ce n'est pas un texte très original, comme le dit Jérôme, mais moi, il m'a emballée. Je ne sais pas quel âge a ta grande mais ma petite fifille a adoré ( et j'adore l'entendre le raconter à mon grand fiston ... qui veut aussi le lire !) Coe est contagieux, les rêves aussi !

Écrit par : Athalie | 17/05/2014

Oh, je l'ai déjà repéré chez Jérôme mais ton avis m'encourage encore plus !

Écrit par : Praline | 27/05/2014

Je rejoins l'avis de Jérôme, c'est un texte assez classique mais tout doux comme un ours en peluche ... Et les illustrations sont justes à croquer !

Écrit par : Athalie | 27/05/2014

Les commentaires sont fermés.