Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2014

Sale temps pour le pays Mickaël Mention

51823_leeds_leeds_en_angleterre.jpgSur fond de grisaille de villes industrielles anglaises et de turbulences politiques de fin de règne , se détache un sérial killeur et un enquêteur : tous les deux sont hors norme. Alors que les instances policières sont secouées par des relents de corruption et que Thatcher grogne à la porte du pouvoir, le très compétent Georges Knox enquête. Ou plutôt, il tente d'enquêter, il tente de faire avancer l'enquête, mais l'enquête n'avance pas, un pas en avant et deux en arrière. La faute à un peu tout et un peu tout le monde .... Le tueur reprend, s'arrête, change de lieu, et presque de victimes, le plus souvent quand même des prostituées occasionnelles, il fait évoluer son mode opératoire, s'améliore, presque ... Il y a d'abord un lieu, Leeds, puis deux, puis, il revient, s'efface, ne laisse pas de traces, ou si peu que quand on les croise, le portrait robot ne donne rien non plus ... Des fausses pistes, des riens qui ne se mettent pas bout à bout, qui glissent à côté, ne se mettent pas dans le puzzle.

D'où vient un roman policier qui piétine nous fasse si bien marcher ? Peut-être à cause de l'enquêteur qui a tout et rien du super héros solitaire (surtout les Ray ban, en fait), il s'englue et s'obsède, méprisant les flics plus ordinaires, même celui qui aurait pu être son allié, Mark, plus jeune et moins aguerri, bloqué à l'heure du ska ...

Peut-être cette atmosphère, de l'impuissance face au sordide et aux contingences de l'histoire, qui n'est pas tant celle du sérial killer, mais du moment et du pays qui a permis ce sérial killer.

Peut-être des trouvailles d'écriture, l'insertion des bruits d'une machines à écrire, des sonneries des téléphones, du silence de ces fax qui ne marchent que sur un pied ... Comme on est souvent pris par surprise, ces discordances fonctionnent pas mal du tout, on sursauterait presque !

Peut-être du rythme, car si l'enquête n'avance pas, il n'y a pas de temps morts pour les phrases, sèches et efficaces, sans empathie, qui donnent à voir les personnages et pas les victimes ( et pourtant il y en a un certain nombre ...). Les fins de chapitres claquent et ferment des portes.

Et puis me voilà sans autre hypothèses, mais j'ai fini un sacré bon bon bouquin, dans le genre ...

A lire, l'avis de Sandrine, par qui ce titre arriva chez moi . Un grand merci !

 

Commentaires

Ah, me voilà ravie qu'il t'ait plu aussi. Tu comprendras que j'aie un autre Michael Mention sous le coude pour l'été...

Écrit par : Sandrine | 19/06/2014

Quoi, il y en a un autre ? génial ! merci encore encore, je me suis régalée et Monsieur aussi ...

Écrit par : Athalie | 19/06/2014

Un roman policier avec un serial killer dedans, c'est tout ce qu'il faut pour me faire fuir.

Écrit par : jerome | 19/06/2014

Il n'y presque pas de sérial killer, mais beaucoup de noir et de social, comme tu aimes ... Souviens toi de Daphné à particules ... et regarde mes yeux de serpent tentateur ...

Écrit par : Athalie | 19/06/2014

Un sacré bon billet, on va dire, mais l'été arrive, je ne veux pas de serial killer... ^_^

Écrit par : keisha | 19/06/2014

Même pas un petit ? Bien écrit, sombre et désespéré ... ??? Sans espoir et sans lumière, même pas une petite ???? Pourtant, il en vaut la peine ...

Écrit par : Athalie | 19/06/2014

Oh miam, je sens que celui-là est pour moi... reste plus qu'à trouver le temps.... Même région, même métier, connais-tu l'inspecteur Banks, le héros récurrent des polars de Peter Robinson ?

Écrit par : Valérie B. | 19/06/2014

Oui, j'avoue, je pense que tu vas aimer ... Je te le passe si tu veux ? Et c'est qui Peter Robinson ? Tu vas encore me faire découvrir une pépite cachée des brumes anglaises ?

Écrit par : Athalie | 19/06/2014

Ah merci, volontiers! J'ai découvert Peter Robinson il y a une dizaine d'années et son héros récurrent est un flic plutôt attachant et...mélomane! Pas de la grande littérature, hein! Mais je trouve les enquêtes policières bien menées. Et tu sais quoi... j'ai acheté ses premiers polars en français....

Écrit par : Valérie B | 19/06/2014

Je te le dépose lundi où tu sais. Tu peux le garder pour l'été ... Et je viens de me rendre compte que j'ai toujours ton exemplaire de "Home" !!! (je suis en phase rangement de mes étagères, et j'erre pour savoir où ranger tout ce papier à rêve que j'aime tant ... Non, la liseuse n'est pas moi, finalement !) J'aime bien ton "tu sais quoi" quand on te connait c'est étonnant, en effet. Et je retiens, évidemment, Peter Robinson. Je commence au début de la série ? La pas grande littérature, c'est bien. Si on lisait du Flaubert tous les jours, on ne saurait plus la différence entre un thé vert et un thé bleu, non ?

Écrit par : Athalie | 20/06/2014

Moi aussi où tu sais... L'été c'est parfait pour faire du rangement! Je vais te passer les premiers oui, addictifs ou pas, tu verras. Au moins maintenant tu sais faire la différence entre un thé vert et un thé noir, n'est-ce-pas ? Bon week-end ensoleillé à tous !

Écrit par : Valérie B | 21/06/2014

Je vais donc ranger ton prêt chez moi pour l'été ... ça ira ? Pour le thé, j'ai encore des progrès à faire, tu sais !

Écrit par : Athalie | 22/06/2014

Les commentaires sont fermés.