Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2014

Le manoir de Tyneford Natacha Solomons

Tyneham 2012 054.JPGC'est un livre qui a un goût de "Rebecca" (celle Hitchcock, parce que celle de Daphné, je ne l'ai pas encore relue, mais c'est prévu pour cet été), et c'est un fort bon goût, un peu sucré, mais genre caramel salé, avec un peu d'embruns fourrés dedans.

La narratrice est Elise Landeau, une jeune fille gâtée par le sort social, à priori, et culturel, aussi, tant qu'à faire. Elle est la petite dernière d'une famille d'artistes viennois, un peu fin de siècle décadent, libres d'esprit, mais pas trop, avec des principes et des valeurs morales. La mère, Anna, est une Diva d'opéra, le père, un écrivain à l'originalité reconnue, la soeur, une musicienne douée de naissance. Tous les trois sont, beaux, intelligents, doués, admirés, admirables, raffinés, aimés, aimants ... Même la bonne est parfaite. Trop beau pour être vrai et crédible ? Ben ouiiiiiais un peu quand même, mais pas trop ...

Dans cette famille de papier glacé verso people intellos, Elise est, soit, l'enfant gâtée, mais aussi un peu, le vilain petit canard ( enfin, un vilain petit canard tout relatif quand même ...), pas particulièrement douée pour la musique, pas particulièrement belle (moins que sa soeur, et surtout moins que sa mère, son parangon de l'excellence, la si aimée, si sublimée Anna)

Bon, évidemment, pas de petites histoires sans la grande, surtout quand on est une famille d'artistes, oui, mais d'artistes juifs même pas pratiquants, à Vienne juste après l'Anchluss. Le doux et précieux cocon d'Elise doit se déchirer, les tableaux commencent à disparaître des murs de l'appartement jusque là si douillet, les bijoux tendent à intégrer les doublures plutôt qu'orner les cous, et les robes de soie sont portées pour la dernière fois. Les temps pressent et Elise doit partir la première. Elle est poussée hors du nid pour être mise en sécurité, et doit joindre l'Angleterre pour être embauchée comme domestique dans un domaine dont elle ne sait rien. En attendant que l'horizon soit un peu plus ouvert et qu'elle puisse rejoindre sa famille, pour l'instant en attente des visas salvateurs pour les USA. 

Elise part, la valise lestée d'un violon alto contenant le dernier roman de son père, de quelques perles et d'une robe d'Anna, d'un livre de cuisine confié comme un sésame pour sa nouvelle vie et le coeur gros comme un chocolat viennois version Big Mac. 

Pour la petite viennoise sucrée à la praline, le choc de la domesticité est rude, son anglais rudimentaire enchaîne les gaffes, sa connaissance du service se limitant à celui que sa bonne lui prodiguait. Sauf que, elle n'est pas tombée dans n'importe quel domaine et pas dans les papattes de n'importe quel(s) maître(s) ....

La suite est assez prévisible, mais pas que .... On croise aussi de beaux paysages, une contrée presque elfique, des personnages rigides et friables à la fois, sans tomber dans la caricature sentimentale, un peu eau de rose, mais un plus soutenu et un délicieux moment de lecture, si on en accepte les codes, évidemment.

Merci à Galéa, sans son avis enthousiaste, je n'aurais jamais mis les doigts de ce pot de confiture ...

Commentaires

Lu! Et puis aussi Jack Rosenblum rêve en anglais (fais donc connaissance du cochon laineux, my dear)
http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2013/06/jack-rosenblum-reve-en-anglais-le.html

Écrit par : keisha | 28/06/2014

Allons bon, je dois prouver que je ne suis pas un robot, et mon commentaire est mangé!
Je t'orientais vers mon avis sur Jack Rosenblum rêve en anglais...
http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2013/06/jack-rosenblum-reve-en-anglais-le.html

Écrit par : keisha | 28/06/2014

Oui, ça lui prend parfois de robotiser à ce blog ... Même à moi, dès fois, il me le demande (il ne reconnait même son maître cet animal ...).
J'avais lu ton avis sur les deux titres de Natacha Solomons, et c'est sûr, je vais faire connaissance avec le cochon laineux !

Écrit par : Athalie | 29/06/2014

Je crois que c'est une confiture un peu trop sucrée pour moi, ou trop fade je n'arrive pas vraiment à me décider.

Écrit par : Valérie | 28/06/2014

Trop sucrée, trop fade, je ne crois pas, c'est bien dosé et ça ne coule pas entre les doigts !

Écrit par : Athalie | 29/06/2014

un caramel à savourer !

Écrit par : Theoma | 28/06/2014

La métaphore se file, de douceurs en douceurs, ce titre est à croquer !

Écrit par : Athalie | 29/06/2014

Un billet de plus qui pousse à lire ce livre... bon dimanche !

Écrit par : Margotte | 29/06/2014

Je ne crois pas avoir lu de commentaires vraiment négatifs, même si souvent quelques facilités et ficelles sont notés, c'est un peu la loi du genre, pas de la grande littérature, mais un plaisir de lecture qui passe tout seul. Bon dimanche à toi aussi !

Écrit par : Athalie | 29/06/2014

J'ai beaucoup aimé "Jack Rosenblum rêve en anglais" et je n'ai pas du tout aimé "La galerie des maris disparus" ... reste à lire celui-ci pour me faire une idée plus juste de l'auteur !

Écrit par : Malika | 29/06/2014

Pour ma part, je compte bien lire cet été "Jack Rosenblum rêve en anglais", et j'attendrai la sortie en poche du dernier paru. Il me semble que ces lectures agréables peuvent ponctuer plusieurs étés ....

Écrit par : Athalie | 02/07/2014

Ca sent le lecture de l'été ! Tant les avis sont unanimes !

Écrit par : hélène | 30/06/2014

Oui, c'est une lecture à lire les pieds en éventail, il faut juste rentrer dans cette parenthèse et laisser son esprit critique un peu de côté, ce qui est peut-être plus facile en été et en vacances ...

Écrit par : Athalie | 02/07/2014

comme beaucoup d'entre nous, j'ai aimé "Jack Rosenblum rêve en anglais" beaucoup moins celui-là à cause de la dernière partie , la partie de ces amours .
Vu ce que disent les blogueuses sur son dernier roman , je ne vais sûrement pas m'y lancer
Luocine

Écrit par : luocine | 30/06/2014

Je ne n'ai pas encore lu son premier titre, tu l'as préféré à celui-ci, si mes souvenirs sont bons ? Je vais faire une petite virée en librairie très bientôt, nul doute qu'il fasse partie du tas que je vais me programmer pour les vacances ...

Écrit par : Athalie | 02/07/2014

Hum, l'été et les vacances.... ça pourrait pas durer plus longtemps pour qu'on puisse avoir le temps de lire toute la pile ?

Écrit par : Valérie B | 30/06/2014

Ouaips !!!! ma pile ne risque pas de fondre au soleil en ce moment, en plus, toujours collée sur ma chaise de travail au lieu d'être bien calée dans mon fauteuil de lecture .... Je rage ! Tu as fait connaissance avec Angustus ?

Écrit par : Athalie | 02/07/2014

Ton entrée en matière a déjà retenu mon attention...
Je devrai moi aussi profiter de l'été pour lire enfin Rebecca que je ne connais que par le prisme du film d'Hitchcock.

Écrit par : manU | 01/07/2014

Manderley ................ soupirs ................. J'ai redécouvert Du Maurier l'été dernier avec "Ma cousine Rachel", un délice de perversité. "Rebecca" ne pourra que tenir ses promesses, je pense. Le seul souci, c'est je connais le film quasi par cœur, il va y avoir de la concurrence ...

Écrit par : Athalie | 02/07/2014

Hélas, pas encore fait connaissance...Le chardonneret, c'est un projet bien ambitieux. Bon courage en tout cas pour tes sessions assises.

Écrit par : Valérie B | 02/07/2014

Il me fait de plus en plus envie, je l'emmène en vacances !

Écrit par : Noukette | 03/07/2014

rhooooo Athalie, tu me combles de joie. A l'heure où tout le monde se met à critiquer ce livre, tes mots me font terriblement du bien. C'est un vrai bonheur de voir qu'on a eu la même lecture. Tu as raison, il y a de l'eau de rose là-dedans, mais pas tant que ça. Je te rejoins sur le caramel au beurre salé avec des embruns...c'est exactement ce que j'ai ressenti.
Youpi!!!!!

Écrit par : sous les galets | 04/07/2014

Oui, on voit des commentaires plus mitigés que les nôtres et l'eau de rose décourage certaines adhésions, mais même si le parcours du personnage peut agacer, le manoir et ses habitants m'ont charmée ....

Écrit par : Athalie | 05/07/2014

Oui , mais pourquoi TOUTES les blogueuses l'ont elles chroniqué ?!?
C'est un peu affolant
Bon , pis d'abord on ne peut pas mettre un alto dans une valise
Zut!

Écrit par : Mior | 11/09/2014

Je ne sais pas toutes ... C'est juste qu'il est mignon comme un nounours à la guimauve, une fraise tagada dans une tasse de thé, et si l'alto ne rentre pas dans la valise, on s'en fiche un peu, il y a bien trop d'autres choses qui ne tiennent pas debout dans ce livre, mais on peut le laisser se fondre ...

Écrit par : Athalie | 13/09/2014

Les commentaires sont fermés.