Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2014

Rebecca Daphné du Maurier

rebecca,daphné du maurier,romans,romans angleterre,pépites,a cup of tea timeUne relecture délectable ... Dès la première phrase, tout le suc romanesque vous remonte aux effluves de la mémoire : "J'ai rêvé l'autre nuit que je retournais à Manderley" suffit à pour remonter l'allée sombre et hantée vers le château du prince charmant renfrogné et de la vampire à double visage. Puis, quelques lignes après, (je transforme juste un peu) : "Je me sentis soudain douée de la puissance merveilleuse des (lectrices) et je glissais à travers les (pages) comme un fantôme."

Que dire de cette relecture délicieuse si ce n'est le plaisir de retrouver tout à la même place : l'affreuse snob de Mrs Van Hopper, fort judicieusement clouée au lit dans son angine, les premières promenades de la fébrile narratrice et de l'ombrageux Max, la naïveté maladroite de la jeune épousée qui croit marcher sur les bonheurs intouchables d'une première union idyllique, et se leurre dans les filets du silence. Le petit ange de porcelaine se casse toujours à la même page, le R de Rebecca se dresse toujours comme une griffe pour hanter l'amour éperdu de la narratrice, le vieux chien dresse toujours l'oreille à l'écoute d'un pas qui ne vient plus, le brouillard tombe toujours sur la baie, d'où surgit, encore une fois, la cabane des plaisirs de la morte, et un naufrage, toujours, fait remonter le cadavre de celle qui fut l'infâme ensorceleuse ...

Quel plaisir de retrouver là, l'affreuse madame Danvers, toujours aussi perverse, elle aussi, malgré le temps qui a passé depuis que je ne l'avais revue, silhouette noire qui savoure sa vengeance dans l'ombre du grand escalier, jubilant de voir sa trop docile proie descendre en robe blanche vers les regards horrifiés des invités du bal. 

Le cousin maître-chanteur est toujours là, lui aussi. Il n'a pas pris une ride et campe toujours ses fesses dans le canapé du petit salon, croyant tenir en même temps que son verre de whisky, Max, dans sa main. Et se déroule alors le canevas des peurs et des soulagements attendus.

Tout est là, immuable. Le charme se déroule jusqu'aux dernières phrases aussi pleines que les premières de ce goût nostalgique et sucré de ces phrases si souvent lues et relues : "Il n'y avait pas de lune. Le ciel au-dessus de nos têtes était d'un noir d'encre. mais le ciel à l'horizon n'était pas noir du tout. Il était éclaboussé de pourpre, comme tâché de sang. Et des cendres volaient à notre rencontre avec le vent salé de la mer."

Commentaires

Argh! Je l'ai relu aussi, en VO. Parfait.

Écrit par : keisha | 21/07/2014

Alors là, la VO, je ne suis pas prête ... Mais j'imagine les premières phrases ... C'est grâce à Ingannmic que je me suis suis mise à lire cette auteure (et à la relire). Cette littérature me semblait surannée, quelle erreur ! Tu vas publier une note sur ta relecture ?

Écrit par : Athalie | 21/07/2014

j'ai offert le DVD à une de mes filles qui collectionne les films d'Hitchcock mais j'ai gardé le livre, une relecture de temps à autre pour le plaisir

Écrit par : Dominique | 21/07/2014

Le film, je le connais par cœur, du coup, relire le le livre me paraissait superfétatoire, comme une redite. Ben en fait, pas du tout, tu mélanges les deux et c'est juste bien ...

Écrit par : Athalie | 21/07/2014

Voilà qui donne furieusement envie de le relire...

Écrit par : Ingannmic | 21/07/2014

Merci à toi pour cette redécouverte de cette auteure ... tant mieux si à mon tour, je prends le relais pour donner envie !

Écrit par : Athalie | 24/07/2014

Délectable c'est le mot! Dans mes bras Athalie !!!!

Écrit par : Une Comete | 21/07/2014

Je relis rarement .... trop de livres que je ne connais pas m'attendent. Mais là, ce fut un vrai bonheur (en fait, cela faisait si longtemps que je l'avais lu, ce titre, qu'il était comme presque pas lu)

Écrit par : Athalie | 24/07/2014

Voilà qui me donne envie de lire enfin ce livre dont je ne connais que l'adaptation du grand Hitch !

Écrit par : manU | 22/07/2014

L'adaptation est très fidèle au roman, c'est presque comme si tu lisais le film ... ou l'inverse ... Dans les deux cas, c'est un régal !

Écrit par : Athalie | 24/07/2014

Je comptais l'emmener dans mes bagages et puis j'ai changé, je préfère m'attaquer au monument de Malcolm Lowry, "Au dessous du volcan". On verra si j'ai fait le bon choix...

Écrit par : jerome | 22/07/2014

Il te tendait les bras, et tu l'as laissé ???? Dur ! Ce qui est sûr, c'est qu'avec "Au dessous du volcan", tu t'attaques à du lourd et les deux univers n'ont pas grand chose en commun, sauf la qualité des livres, évidemment ! Bonne immersion dans Malcolm Lowry ...

Écrit par : Athalie | 24/07/2014

Tu me donnes envie de le relire !

Écrit par : hélène | 23/07/2014

Tant mieux .... N'hésite pas, un roman qui s'avale tout seul ...

Écrit par : Athalie | 24/07/2014

Ah ! je garde un souvenir intense de cette lecture !!!

Écrit par : Margotte | 26/07/2014

Pour l'instant, chaque livre de cette auteure m'a beaucoup plu, donc une auteure "intense" pour moi ....

Écrit par : Athalie | 29/07/2014

Merci de m'avoir donné envie d'ouvrir ce roman, je me suis régalé ! :)

Écrit par : manU | 02/08/2014

Super, ça fait toujours plaisir quand on donne envie, et que le plaisir est partagée ... De la même auteure, je te conseille aussi "Ma cousine Rachel", tension nerveuse garantie !

Écrit par : Athalie | 07/08/2014

Superbe chronique... Merci beaucoup...

Écrit par : le livre-vie | 06/08/2014

Merci à toi du compliment et de ton passage en ces pages ... J'ai redécouvert Daphné du Maurier grâce au blog d'Ingannmic, et suis donc ravie de continuer avec elle ( et plein d'autres) la chaîne de lecture (ou de relectures). A bientôt !

Écrit par : Athalie | 07/08/2014

Aaaaah, tu donnes envie de le relire! J'ai eu horriblement peur de Mrs Danvers pendant toute une partie de mon adolescence!

Écrit par : Karine:) | 19/08/2014

Mon homme l'a lu juste après moi, et je l'ai entendu murmurer "quelle salope la Denvers" ... Il est trop grand pour avoir peur ! Mais elle fait toujours son effet ... Même à la relecture, même si, comme moi, on connait le film quasiment par coeur !

Écrit par : Athalie | 19/08/2014

Les commentaires sont fermés.