Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2014

Dans l'ombre des Tudors, le conseiller, Hilary Mantel

Après un premier chapitre qui laisse présager un bon gros roman historique plein de sang, de sueur et de larmes ( je rejoins Sandrine sur ce point), je dois l’avouer, j’ai bien failli laisser tomber ce pavé.

Cromwell, cette ombre du pouvoir plutôt méconnue ( de moi, en tout cas …), obscur fils d’un simple forgeron aux accès de violence incontrôlables, on le prend au départ de son ascension (  et l’ascension est longue). Après sa fuite de sa ville natale et ses périples en Europe qui ont fait de lui, simple soldat mercenaire à la solde française, un fin connaisseur de la finance et des banquiers italiens, et aussi de l’art de la politique à la Machiavel, Cromwell est petit à petit devenu le conseiller favori du conseiller favori du roi Henri VIII, le cardinal Wolsey.

Un cardinal qui fait office de premier ministre et tire les ficelles, espionne , manigance, dilapide et remplit les caisses du royaume. On est bien dans l’ombre, dans les coulisses, dans les souterrains du suzerain, déjà quelque peu atrabilaire … Et là dedans, c’est plein de traquenards et d’ennemis qui n’attendent qu’un faux pas pour vous achever, les ragots acérés font souvent mouche.

Le déclin du cardinal s’amorce quand il échoue à faire se réaliser la suprême volonté royale ( à croire qu’il n’a que cela à faire, le Henri VIII) : obtenir l’annulation de son mariage d’avec Cathrine d’Aragon, après 18 années de bons et loyaux accouchements, elle n’a pas donné de fils, et qu’il puisse enfin convoler avec Anne Boleyn, vierge douteuse, mais devant laquelle le roi tire une langue genre « loup de Tex Avery ». Le pape Clément se fait lui très longuement tiré la sienne pour accorder la permission  qui fera que Anne se retrouve enceinte en étant reine et non catin du roi. Le cardinal va échouer mais Cromwell y réussira (enfin, à sa façon …)

Le portrait des temps et des hommes gagne peu à peu en intensité et en intérêt, on croise des mœurs et des personnages qui épaississent l’attente du consentement papal et le récit biographique. Thomas More, par exemple, se révèle moins humaniste qu’obtus, le grand ami d’Erasme et son utopie prennent un bon coup dans l’aile. Anne Boylen est assez épaisse aussi, portraitisée en perfide harpie à laquelle on se met à préférer sa sœur Mary, dont la cuisse légère fut la première dans le lit du roi, et qui lui sert de remplaçante autorisée lors de la première grossesse de celle qui est enfin devenue reine … Mœurs exotiques …

 

Les longueurs, il y en a, mais elles se dépassent finalement. Et comme ce tome se termine avant la chute d’Anne, et que Cromwell résiste encore à trois mariages royaux, si mes souvenirs sont exacts, il reste donc quelques exécutions et  quelques tractations amoureuses à venir, et comme les deux s’accélèrent, on peut supposer que par la suite (il reste deux tome aussi pavés que celui-ci), le rythme se fasse un peu plus trépidant.

Commentaires

Trois tomes? Sans moi...

Écrit par : keisha | 18/08/2014

Et ce sont des gros tomes .... C'est intéressant et tout et tout, bien écrit, même si le style est un peu singulier au départ, pas très classique pour le genre, mais c'est un peu long quand même ....

Écrit par : Athalie | 18/08/2014

pas forcément très facile à lire mais vraiment bien documenté et bien écrit

Écrit par : Dominique | 18/08/2014

Oui, je suis d'accord avec toi, complètement ! D'ailleurs, je n'ai pas abandonné ... Alors franchement, j'en avais diablement envie au bout de trois chapitres !

Écrit par : Athalie | 18/08/2014

J'admire ton abnégation... J'avoue que je ne suis même pas allée jusqu'au bout de l'extrait sur ma liseuse...

Écrit par : Valérie B | 18/08/2014

Il était long l'extrait ? Parce qu'il y a quand même de bons moments (on les attend, soit), mais le rythme se met en place, quand même ... Ceci dit, je ne défendrai pas becs et ongles ce livre.

Écrit par : Athalie | 18/08/2014

Non, pas long l'extrait....

Écrit par : Valérie B | 18/08/2014

Si tu aimes la période, je ne peux que te conseiller la série télé. J'ai beaucoup aimé (mais bon, c'est pareil, cette histoire de divorce prend un temps fois... comme dans la réalité en fait !), les acteurs sont superbes. Mais à la fin, tu pleures quasi à la mort de Thomas More, alors qu'ici, ça n'est qu'un sale type intransigeant qui semble plaisir à brûler le plus de monde possible. Ne jamais oublier donc qu'un roman historique est une vision des choses...

Écrit par : Sandrine | 18/08/2014

Oui c'est vrai, je trouve d'ailleurs que c'est la meilleure partie de la série, après je m'en suis un peu lassée.

Écrit par : Valérie B | 19/08/2014

Je ne savais pas que la série TV, dont j'ai seulement entendu parler, était inspirée de ce livre, j'aimerai bien la voir ... Pas sûre que la mort de More me fera pleurer vu ce que je viens d'en lire ! C'est une vision, d'accord, mais vu comment l'auteure semble documentée, il y a sûrement du vrai dans ce More là, bien peu humaniste !

Écrit par : Athalie | 19/08/2014

Trois. Tomes????? D'accord, le personnage est intéressant (j'ai lu à son sujet avec maman avant mon premier voyage en Angleterre) mais 3 tomes?

Écrit par : Karine:) | 19/08/2014

Je connaissais peu de choses sur le personnage avant de lire cette biographie-roman, et sur la période, juste la succession des mariages et le contexte religieux, vaguement. J'en ressors avec plus d'intérêt encore, mais oui, trois tomes, c'est un peu une course d'endurance !

Écrit par : Athalie | 19/08/2014

Rho zut, j'étais très motivée par cette saga, et tu n'es pas la première à relever des longueurs. En plus j'ai quand même des principes concernant le roman historique, depuis les 7 tomes des rois maudits, je considère qu'il est possible de raconter une période obscure sans ennuyer le lecteur. Pourtant j'aime ce que tu dis sur l'humaniste écorché, sur le portrait de la nouvelle reine...et le personnage de cromwell me fascine.
Je vais continuer de tergiverser donc

Écrit par : sous les galets | 19/08/2014

Je n'ai jamais lu les sept tomes des rois maudits, tu me donnes une idée, là .... Même si on s'y ennuie un peu aussi, et pour ce livre, je ne dirais pas saga, dans saga, il y a actions, or ici, il y en a assez peu finalement ... On est plutôt plongé dans le flot des pensées intérieures du personnage, c'est cette écriture qui est un peu déroutante au départ, mais Sandrine en parle plus précisément que moi.

Écrit par : Athalie | 19/08/2014

Les Rois Maudits ? ah encore un manque dans ma culture littéraire, c'est pourtant pas l'envie qui manque, plutôt le temps...

Écrit par : Valérie B | 19/08/2014

Tu n'as jamais vu la série ? "Vintage", on dirait aujourd'hui ... J' !adore

Écrit par : Athalie | 20/08/2014

pas trop roman historique , mais l’Angleterre de cette époque se prête bien aux épopées cruelles
sans moi , pas envie de lire de trop gros pavés
Luocine

Écrit par : luocine | 20/08/2014

Et celui-là, il est très très pavé ! Et très très historique ! Donc, deux raisons pour aller voir ailleurs, et il y en a plein des ailleurs !

Écrit par : Athalie | 20/08/2014

Les commentaires sont fermés.