Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2014

La servante écarlate Margaret Atwwod

Que celle ou celui qui n'a jamais laissé traîner un titre noté sur un blog sur son étagère en se disant : "Ce doit être bien, mais, là, je prends celui d'à côté", me jette la pierre. Moi, cela doit faire deux ans que j'avais "La servante écarlate" en réserve, et maintenant que je viens de le finir, je me demande bien pourquoi, vu que ce livre est juste magistral, ou génial, ou indispensable, ou autres  synonymes de : "Il faut le lire maintenant là, tout de suite".

Delfred est la narratrice et le personnage principal du roman, elle est aussi la servante écarlate. Dans ce monde où les femmes sont rangées par ordre d'utilité, une servante écarlate est une femme qui a été choisie, parce qu'elle a déjà produit un enfant, pour assurer la reproduction auprès de hauts dignitaires du régime qui n'ont pu concevoir encore ( à cause de leur femme au foyer, évidemment). Ainsi, on accorde à ces hommes la possibilité d'avoir une sorte de service de reproduction obligatoire à demeure. De reproduction, pas de sexe, ni de désir, ni de plaisir. Le désir n'existe plus dans la nouvelle république de Gilead. Il fut un temps, et Delfred s'en souvient, où les hommes et les femmes formaient un couple avec de l'amour dedans et se tenaient la main et se touchaient les corps avec sueur et plaisir. Les enfants, alors, ne manquaient pas. Et comme on pouvait les choisir et changer d'hommes et même aimer les femmes, ce temps là n'est plus et les relations humaines ont été reprises en main et reconstruites par la religion de la vertu (aucune religion n'étant nommée dans le livre, je la nomme ainsi, c'est une vertu déviée, évidemment, par le rigorisme de la dictature).

Une servante écarlate se signale à l'extérieur car elle doit être toute de rouge vêtue, gantée, encornetée, dissimulée. Ses jupes ne doivent être soulevées que par le maître de maison, lors de cérémonies ritualisées et sous le regard de l'épouse inféconde. La la dictature manque d'enfants et la situation de guerre en demande.

Les différentes strates de cet univers sont à l'avenant, le fanatisme religieux du régime nourrit les peurs et tue les âmes. Ainsi Defred sait qu'une autre servante l'a précédée dans la chambre aseptisée où elle est reléguée solitaire, lorsqu'elle n'est pas de courses ou de service commandé..Mais que sont les autres devenues, les amies d'avant, les mères et les filles d'avant,? Il y a des exécutions, des camps, des rumeurs et des cérémonies expiatoires ....

Le roman met en place un univers dystopique, à la fois violent et feutré et vu de l'intérieur, voilà, je crois, la singularité romanesque de ce texte. Defred n'est pas une révoltée, ni même vraiment ne se sent victime, elle regarde, subit et attend, tente de survivre sans dignité et pourtant aux aguets d'un frémissement, d'une porte, d'un regard ... Le livre commence par planter son décor, la grande maison du maître, l'épouse, le mépris, et ses frémissements d'âmes à elle, puis l'intime lève le voile sur les rouages cyniques que la dictature de la vertu a mis en place, semble-t-il pour toujours.

Que les femmes soient souvent, dans l'histoire, la vraie, la première cible des fanatismes religieux, voilà ce dont on ne peut douter, et le regard de cette femme de fiction, dans son doute, son trouble, montre aussi ce que la frustration fait à l'homme.

Je me répète, juste magistral.

Merci Ingammnic !

 

Commentaires

Merci pour la découverte.
Encore jamais lu Margaret Atwood dont La Femme comestible attend dans ma PAL.

Écrit par : manU | 17/09/2014

Il semblerait que cette auteure soit une classique, un must have de la littérature, le genre à être programmée au CAPES d'anglais ... Ce que j'ignorais complètement, honte à moi ... En tout cas, ce texte est juste génial, selon moi ... "La femme comestible", quand même, vu l'univers décrit ici, je me demande ce que cela peut cacher comme intrigue tordue ! Bonne découverte, tu me tiens au courant ?

Écrit par : Athalie | 20/09/2014

Mais de rien, merci à toi pour le lien. Je suis contente qu'il t'ait plu.
J'ai un autre titre (Lady Oracle, acheté tout à fait par hasard lors d'un déstockage de la biblio municipale) de cette auteure dans ma PAL : si une LC te tente..

Écrit par : Ingannmic | 17/09/2014

Pourquoi pas ? J'en ai une en projet avec Jérôme, les nouvelles de Boyden, je comptais te demander si tu voulais te joindre à nous, sans doute n'as-tu pas vu mon message... Je regarde si on peut se procurer le titre de Atwwod facilement, et on se cale une date (avec Jérôme, pour les nouvelles, on a fixé le 17 octobre, si cela te dit ?)

Écrit par : Athalie | 21/09/2014

Tu n'es pas la première à qualifier ce roman de magistral, il fera sans doute partie d'une commande à venir très rapidement (pourquoi pas en même temps que les nouvelles de Boyden d'ailleurs !).

Écrit par : jerome | 18/09/2014

J'ai vu peu de notes sur ce livre, seulement celle d'Ingammnic, en fait, et voilà que je découvre que c'est un classique beaucoup lu et reconnu ... De l'art d'étaler son inculture ! Je te le recommande en tout cas, je pense qu'il pourrait plus te convenir, comme "écriture féminine", qu'une certaine autre grande dame de la littérature américaine (mais pour les mardi de Stéphie, c'est loupé !)

Écrit par : Athalie | 21/09/2014

Yes! Quel bonheur que tu l'aimes aussi. Je me le suis fait dédicacer ce week-end et c'est celui-ci et pas un autre que je voulais avoir dédicacé.

Écrit par : Valérie | 18/09/2014

je viens de découvrir dans ton article sur le festival América que tu étais une admiratrice de cette auteure ... Je pense que je vais suivre tes traces ....

Écrit par : Athalie | 21/09/2014

Je note, jamais lu cette auteur ! Je ne suis pas fana d'anticipation , mais ça donne l'impression de valoir le coup

Écrit par : Mior | 20/09/2014

En fait, ce n'est pas vraiment de l'anticipation, enfin, je ne crois pas, je ne suis pas une connaisseuse du genre, loin de là, je ne l'apprécie guère. je dirais que c'est plus proche d'une dystopie, mais en réalité, je crois que c'est juste très singulier, et à découvrir !

Écrit par : Athalie | 21/09/2014

Encore un titre noté sur ma LAL depuis 10 ans et que je n'ai toujours pas lu... Mais ton billet réactualise mon envie de le lire.

Écrit par : Praline | 21/09/2014

A qui le dis-tu, depuis deux ans, il attendait sur mes étagères !!! Et voilà que maintenant, en un livre, je découvre un de ces bouquins comme je les aime, et deviens une lectrice très curieuse des autres romans de cette auteure ... Tant mieux si tu t'y lances à ton tour .....

Écrit par : Athalie | 21/09/2014

Tu m'inquiètes : lorsque tu parles du message que tu m'as laissé à propos de la LC sur Boyden, c'était sur mon blog ?
Parce que soit je suis miro, soit certains des commentaires postés sur mon blog ne s'affichent pas !
En tous cas, je vais décliner pour Boyden car j'ai déjà un titre de cet auteur dans ma PAL, et je préfère le lire avant de décider si je renouvellerai l'expérience..

Écrit par : Ingannmic | 21/09/2014

Non, c'était sur ta boite mail, j'ai dû faire une fausse manip ... Tant pis pour le Boyden, ce sera peut-être sur un autre titre ... On verra quand tu l'auras découvert, j'espère que tu vas aimer, je dois avouer que c'est un de mes "chouchous". On garde quand même l'idée de la LC sur "Lady oracle" ? Après le 17 octobre, ça te va ?

Écrit par : Athalie | 22/09/2014

Oui, ça me va. Novembre serait même parfait, du genre vers le 5 ?

Écrit par : Ingannmic | 04/10/2014

Mon Dieu, mais c'est absolument glaçant non ?
Magistral je n'en doute pas, mais hyper anxiogène aussi non ?!

Écrit par : sous les galets | 27/09/2014

Anxiogène, je ne dirais pas, parce que cet univers est aussi glaçant que feutré. C'est le côté génial du bouquin, le personnage principal n'est pas une révoltée, elle se plie aux règles imposées pour juste vivre. On dirait un univers on entendrait parler les chaussons qui glissent sur un parquet ciré, mais pas le cri des âmes.

Écrit par : Athalie | 04/10/2014

J'adore Margaret Atwood, mais je n'ai pas encore lu "La servante écarlate", ni d'ailleurs "Le tueur aveugle", que j'ai pourtant acheté en VO il y a plus de douze ans (je l'ai ouvert il y a quelques semaines, et j'ai trouvé dedans le ticket de caisse... avec le prix en francs... j'ai honte) !!

Écrit par : Miss Léo | 06/10/2014

Etais-je donc la seule sur terre à ne pas savoir que Margaret Atwood est une auteure super connue et super appréciée ??? Bon diou, aurait dit ma grand-mère mais, si cela se trouve, il y en plein d'autres comme cela ? Ce qui ne m’étonnerait guère, finalement ...
Par contre, contente de voir que je suis pas la seule à laisser traîner des bouquins géniaux sur mes étagères ! Je vais aller fouiller dedans, certains datent aussi du temps d'avant !

Écrit par : Athalie | 06/10/2014

Les commentaires sont fermés.