Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2014

Travail soigné Pierre Lemaitre

Je me suis dit : "Sors des lectures glauques Athalie, t'as eu ton compte." Je me suis dit, "un bon polar, ça va faire la transition, faut sortir du glauque en douceur". Mais, rien sous la main, sauf le deuxième tome de la trilogie de Lemaitre, "Alex". Or, il se trouve que je n'aime pas commencer une trilogie par le milieu. (ce n'est pas comme les chaussons aux pommes). Puis, un déclic. Une de mes complices de lectures estivales a le sésame, le roman que je sens que je veux lire. Le dernier Peter May, le premier de sa seconde trilogie. Mon homme ayant zappé le bon nom, et me voilà avec le premier de la trilogie de Lemaitre. Là, je me dis, c'est un signe. ( de quoi? mystère  ... ) 

Donc, je ne sais donc toujours pas si le dernier Peter May est glauque ou pas, mais "Travail soigné", je vous le dis, c'est du lourd.

Pierre Lemaître plante son commissaire et sa brigade. Tiens, je me suis encore dit (je me cause beaucoup en ce moment), il fait dans le genre Ed Mac Bain et Fred Vargas, la concurrence va être rude, me suis-je encore gaussée, faisant la difficile qui sait tout et qui a tout vu.

Camille Verhoeven est d'abord caractérisé à grands traits caractéristiques, vu que c'est le commissaire. Camille est donc petit, mais vraiment petit, petit, Camille a une faille d'enfance, une mère adorée, peintre et distante, une mère qui fumait trop et qui n'est plus là pour le regretter, elle lui a laissé comme un goût d'artiste. Mais Camille est aussi un meneur d'homme, d'une équipe d'hommes éclectiques à souhait ; Armand est le tatillon, radin à l'excès, mais qui ne lâche jamais sa proie d'un quart de poil, Maleval, le bien nommé est le vers dans le fruit, fêtard, amateur de jeux d'argent et de femmes, il est le gros bras maillon faible, et Louis est le décalé, l'esthète, le raffiné, le fidèle second au cœur tendre, droit et sensible, tout en intuitions délicates. Et pour finir, la femme de Camille, Irène, la belle Irène, son cadeau de sa vie à lui, rien qu'à lui, fidèle et enceinte jusqu'aux yeux de leur premier fruit de l'amour.

On rentre dans le livre en plein meurtre, du genre sanguinaire délirant : deux corps, deux femmes, une mise en scène élaborée et cinglée, aucun indice, aucun suspect. L’enquête commence, un peu dans tous les sens, normal, vu la scène de crime, puis le savoir-faire de l'auteur aidant, elle prend son rythme de croisière, ainsi que la série des meurtres suivants, dont on découvre qu'ils ont des précédents, et qu'ils auront aussi des suivants, si le commissaire et son équipe ne se torturent pas rapidement les méninges. Rien de bien nouveau dans l'horizon du polar, soit.

Mais l'auteur est un roublard qui connait son polar et petit à petit, chaque scène de crime se révèle avoir un double littéraire et du coup, je me suis prise au jeu, la charpente classique tient le rythme et j'ai fini par ne plus même faire trop attention aux redondances (ben oui, Camille est petit, vraiment petit, Camille rentre tard, trop tard, Louis est gentil, vraiment gentil ...) pour foncer vers la fin, juste terrifiante. Du coup, je vais aller voir la suite, parce que j'aime bien quand les gyrophares sont en retard et que le commissaire reste planté dans son remords. Mais, bon, c'est glauque quand même ...

Commentaires

Sais pas si je le lirai, mais en tout cas, ton début est marrant (ah la théorie du chausson aux pommes...)

Écrit par : keisha | 22/09/2014

Je ne suis pas sûre de le recommander vraiment non plus ... Par contre les chaussons aux pommes de la boulangerie d'à côté de chez moi, oui (mais cela te fera un peu loin pour les savourer). Ils ne sont pas excellents mais juste pas tout à fait assez cuits, comme je les aime ... j'attaque le milieu, avec toute la compote industrielle tiédie qu'il y a dedans, après les intérieurs un peu mous, et si j'ai encore de la place, la croûte. Bref rien à voir à voir avec la lecture de ce bouquin, parce que là, si tu manges un chausson aux pommes en même temps, d'abord ça tâche le bouquin, et puis après, tu le vomis .... (le chausson)

Écrit par : Athalie | 22/09/2014

Moi je commence toujours les éclairs au chocolat par le milieu (pas les chaussons aux pommes par contre), c'est peut-être pour ça que je lis souvent les séries dans le désordre.
Je n'ai pas été emballée par ce polar-ci.

Écrit par : Valérie | 22/09/2014

Ah ! Je n'ai aucune pratique de l'éclair au chocolat, en fait, je n'aime pas les éclairs, trop compliqués à attaquer par le milieu (pas comme les chaussons aux pommes, selon moi, mais je ne suis pas sectaire, non plus). Ce qui fait que j'attaque les séries dans l'ordre ... Quant à chercher un rapport entre les deux "angles d'attaque" ? Quant au livre, je ne sais pas pourquoi mais j'ai aimé quand même ...

Écrit par : Athalie | 22/09/2014

Premier roman de Lemaitre lu pour moi et franchement malgré la " glauquitude" je suis tombée en amour de cet auteur !!!!!

Écrit par : Une Comete | 22/09/2014

Je ne suis pas certaine que si j'avais commencé ma découverte de cet auteur par ce livre, j'aurais continué, mais depuis "Au revoir là-haut", je suis sous le charme "glauque" mais efficace de cet auteur. Je ne sais pas comment il se débrouille le maître ...

Écrit par : Athalie | 22/09/2014

Euh... ben moi en ce moment, les éclairs au chocolat et les chaussons aux pommes, je les regarde seulement :-( c'est pas drôle !
Sinon, je n'ai jamais lu P. Lemaître et j'avoue ne pas être très tentée (moins que par les éclairs, c'est sûr !).

Écrit par : Margotte | 24/09/2014

Ben mince pour les trois ... Tente au moins "Au revoir là-haut" ... Bon après , c'est un peu l'addiction, pour moi en tout cas ! Et je compatis, seulement regarder un chausson aux pommes, c'est trop dur ! Bon courage ...

Écrit par : Athalie | 24/09/2014

Le meilleur reste selon moi ALEX .
PS je me souviens avoir tellement aimé Eureka Street que j'ai dû goûter la fin pour me rassurer sur le sort des personnages avant de le réattaquer par le milieu ou d'avoir dû recommencer à lire Les hirondelles de Kaboul une fois que les derniers mots m'ont explosé à la figure (comme une batterie de e-cigarette de contrebande...) afin d'en alléger la digestion !

Écrit par : Arkvador | 24/09/2014

Tu sais que j'ai lu Travail Soigné, enceinte jusqu'aux yeux, à une semaine d'accoucher, et je dois te dire que j'ai été TRAUMATISEE de cette lecture, tu comprendras pourquoi.
Même si je trouve que c'est du très très grand polar, je n'ai pas pu lire la suite.

J'aime beaucoup ton billet, car c'est vrai que c'est glauque ; et brillant aussi (pas le genre de lecture à lire entre deux trucs lourds, tu m'as bien fait rire)

Écrit par : sous les galets | 27/09/2014

Enceinte jusqu'au yeux, je comprends le traumatisme ... Franchement, j'ai fermé les yeux avant de lire les dernières phrases (je fais la même chose au cinéma, quand je crains le pire) Evidemment, là, il bien fallu que je les rouvre .... Je compte me mettre à la suite bientôt ... tente un autre titre peut-être ? "Robe de marié" est très bien, et tu peux le lire en robe blanche ... Enfin, ça saigne quand même un peu !

Écrit par : Athalie | 27/09/2014

J'ai l'exemplaire d'Une Cmète depuis minimum deux ans et je ne l'ai toujours pas lu : il va falloir que je m'y mettes. C'est le côté glauque qui me tente moyen.

Écrit par : Philisine Cave | 07/10/2014

Quoi ? Que lis-je ? Un cadeau ? Et tu ne t'es pas ruée dessus ? ! Une comète te parle encore ^-^ ? Oui, soit, il est glauque et même trash par moment, mais c'est pour du faux, dès fois, ça m'a même fait sourire (mais bon, je m'étais pas enceinte comme Galéa, là, je crois que j'aurais un peu vomi partout ...)

Écrit par : Athalie | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.