Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2014

Le livre d'un été Tove Janson

Comme ce qui pourrait être une ritournelle ou un manège magique : une petite fille, un papa, une grand-mère, une île dans le golfe de Finlande, une île dans un archipel d'îles, plates et grises et fleuries de petites fleurs éphémères, et en fait, pas un été, mais des étés, des myriades d'étés qui n'en font qu'un, l'été, l'été pur par excellence celui de l'enfance, un concentré d'été à lui tout seul, un moment arrêté et juste, juste par fait car ponctué de ces imperfections subtiles qui suspendent le temps.

Dans ce temps de l'été, petite fille, grand-mère, et papa à la pipe vient en quasi autarcie sur leur île, il ne s'y passe presque rien. la petite fille et le grand-mère s'aventurent dans une cueillette, une excursion en barque, une baignade. elles causent, et jouent, des jeux de rien : d'une boite d'allumettes, elles construisent Venise, d'une grosse vague, la grand mère sauve le palais de doges des eaux. Des dialogues, qui l'air de rien non plus chamboulent l'endroit des âges et font grandir.

Le livre est construit sur ces minuscules saynètes, des anecdotes dans le temps qui passe doucement, jusqu'au prochain été parfait et pareil au autres où l'on rangera dans la véranda les pots, dans la chambre d'amis, les cannes et les hameçons, et autres objets éparpillés,  et où seront laissées aux éventuels naufragés les consignes pour ouvrir la trappe de la cheminée. il y a les pétards mouillés des feux de la Saint Jean, la visite d'un voisin, un vieux bonhomme qui fuit sa famille, le jour de la grande tempête où Sophie (la petite fille)  s'est prise pour dieu par ennui et l'a bien regretté ensuite, les commandes du père sur les magasines de vente de fleurs par correspondance, des tulipes pour fleurir l'île, une véritable entreprise que la sécheresse manqua de faire capoter et qui seront sauvées avant le naufrage de la grande saucisse orange en plastique ...

Sophie s'ennuie parfois dans ce temps qui s'étire, colère, injuste, veut grandir, ne pas être là dans ce temps qui ne s'écoule pas alors que d'autres passent faire la fête sur la plage  ... La grand-mère regarde et tire de quelques mensonges consolateurs une leçon pour petite fille, apaise les peines d'amour : pourquoi son chat préféré ne l'aime pas ? Pourquoi plus on aime plus on souffre ? D'autres peines s'annoncent, en attendant elle protège, en fumant en cachette sa deuxième cigarette de la matinée, pose sa canne pour un bain de mer, arrose la pâquerette sauvage d'eau douce avant que la pluie ne tombe, au cas où ...

Un roman de pleine mer qui a la saveur, si douce des eaux calmes et tendres ... Merci à toutes celles qui m'ont tentée !

Une des tentatrices : luocine mais grace à elle j'en ai retrouvé une autre Hélène

Commentaires

L'été, la mer, une île, la nature, les vacances, il a tout pour me plaire ce petit bouquin...

Écrit par : manU | 15/11/2014

C'est une île du nord quand même, l'été y est court, peut-être que c'est pour cela qu'il est magnifié dans ce livre ... C'est petit bouquin tout doux qui fait du bien à l'âme hivernale ...

Écrit par : Athalie | 16/11/2014

Je l'ai repéré, il pourrait trouver sa place à un moment opportun... pour une envie de douceur et de nature.

Écrit par : Kathel | 15/11/2014

Oui, ce livre a été pas mal commenté en début d'été, justement. Je l'avais mis dans mes bagages et comme d'autres titres emportés, il a attendu un peu. Vraiment, je te le recommande, il n'est pas mièvre, comme pourrait le laisser penser le tire et la couverture (dont on peut s'interroger sur la pertinence ...) et le quatrième de couverture. Franchement si je ne l'avais pas vu commenter sur certains blogs de confiance, je serais complètement passée à côté.

Écrit par : Athalie | 16/11/2014

Tu donnes très envie de s'y plonger. Et je crois que plus le temps passe, plus la littérature nordique devient ma préférée.

Écrit par : jerome | 16/11/2014

Quoi ? Que lis-je ? Mon grand pourvoyeur des lectures étatzuniennes ( avec keisha et Katell, entre autres) serait en train de passer de l'autre côté de la force obscure du nord ??? Si cela se trouve, tu va commencer à lire des polars ... Ceci dit, ce titre a juste la douceur qu'il faut dans un monde de brutes.

Écrit par : Athalie | 16/11/2014

Je viens de le finir : j'aurais pu faire une LC avec toi, cela m'aurait bien plu ! J'ai aimé aussi pour tout ce que tu décris. Bisous (reste à rédiger la chronique... un jour peut-être)

Écrit par : Philisine Cave | 16/11/2014

Et finalement, tu l'as rédigée très vite ... Tu me fais penser qu'il faudrait que je mette à jour ma liste de livres à lire sur la page consacrée à. Moi aussi, j'aime bien les lectures communes, c'est toujours assez étrange de se dire que quelqu'un que l'on ne connait pas est en train de lire le même livre que vous; étrange et passionnant de découvrir la note de l'autre ... A une prochaine fois ?

Écrit par : Athalie | 17/11/2014

j ai retrouvé l'ambiance du livre à la lecture de ton billet, un livre que j'ai beaucoup aimé et qui parle bien de la mort.

Écrit par : luocine | 17/11/2014

Ha, voilà une de mes tentatrices, je vais rajouter un lien vers ton billet. Ce titre parle bien de la mort, oui, mais j'ai plutôt aimé le côté "transmission" et le personnage de la grand-mère qui donne, mais accepte aussi, les leçons de vie de Sophie. La transmission des choses de rien et d'un regard sur le monde, ça compte aussi. Peut-être même surtout.

Écrit par : Athalie | 17/11/2014

Le billet de Phili était un régal, et le tien aussi. J'adore l'idée de départ, je crains néanmoins qu'il y ait des longueurs, mais je vous fais confiance et ne retiens que votre enthousiasme et puis bon "un roman de pleine mer" je ne peux passer à côté ;-)

Écrit par : sous les galets | 19/11/2014

Merci pour les compliments (je réponds aussi à la place de Phil, c'est vrai que son billet et le mien se répondent). A part cela, oui, il faut l'avouer, il y a, non pas des longueurs, le livre est trop court, mais certaines saynettes sont plus "faibles", c'est vrai. Il n'empêche, finalement l'impression d'ensemble est d'une grande douceur .... un peu bancale, juste "charming", quoi.

Écrit par : Athalie | 19/11/2014

ça me fait tout drôle de trouver ce livre sur les blogs en ce moment, c'est une bonne chose que le bouche à oreille pour ce genre de petit livre longtemps oublié et qui resurgit, une lecture qui m'avait beaucoup plu, je l'avais fait lire à mes filles ado à l'époque

Écrit par : Dominique | 19/11/2014

Je ne savais pas quand j'ai lu les notes, qui se sont suivies sur certains de mes blogs préférés, que ce titre était déjà ancien (je pensais être passée à côté d'une grande nouveauté ...). J'étais d'ailleurs persuadée que tu faisais partie des tentatrices, donc, pas complètement faux,quand même ... Tu as raison, c'est vraiment bien que les blogs servent à faire lire des livres hors de toute actualité, en dehors de toute urgence, en dehors de tout marketing. Ton blog y contribue, comme d'autres, et c'est juste bien.

Écrit par : Athalie | 19/11/2014

Les commentaires sont fermés.