Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

L'espoir cette tragédie Shalom Auslander

l'espoir,cette tragédie,shalom auslander,romans,romans américains,dans le chaos du mondeComment être un adulte serein, calme, équilibré et responsable quand votre mère, américaine depuis la cinquième génération, née à Brooklyn en 1945, dans une classe moyenne plutôt aisée, se met, suite au départ du mari, à se métamorphoser en survivante obsédée d'une Shoah qu'elle n'a jamais vécue ? Quand elle vous flanque sous le nez, à six ans, l'album photo des atrocités de Buchenwald en même temps que l'abat jour de votre chambre à coucher, en affirmant que la garniture est tout ce qui reste de votre grand père ?  (que l'objet soit estampillé "Made in Taïwan" n'est qu'un subterfuge commercial qui ne gêne en rien le constat de la réalité cachée. Effectivement, un "Made in Buchenwald" serait du plus mauvais aloi, est bien obligé de concéder le pauvre narrateur, submergé d'un poids qui n'est pas le sien. )

Alors grandir, à l'aube de la quarantaine, c'est ce que Salomon Kruegel tente encore de faire, malmené malgré tout par le processus de culpabilisation qui est en quelque sorte, son seul moteur, avec aussi, l'espoir. Entre autre celui de trouver, avant sa mort (prochaine, vu les angoisses qu'il se trimbale) les bonnes dernières paroles à transmettre à son fils, Jonas, trois ans pour l'instant. Donc, Salomon passe une bonne partie de ses monologues intérieurs à ressasser les épitaphes d'hommes célèbres, dans l'espoir de ne pas les répéter, d'en trouver une pareille, une bien sentie sur l'humanité, la mort, voire la mort de l'humanité ...

On le voit, l'espoir de Salomon d'atteindre un jour, un degré de névrose supportable, reste un horizon chimérique.  Pourtant, il a tenté la fuite, loin de sa mère, avec sa  femme, Bree et son fils, vu qu'à trois ans, celui-ci a déjà failli mourir d'un simple microbe et que pour un père qui marche à la culpabilité, un microbe, c'est un de trop qu'il ne peut supporter.

Ils ont donc acquis, loin de la mère, une veille ferme au prix modeste, à cause d'une histoire d'anciens propriétaires allemands et d'une puanteur énigmatique et persistante, une histoire de tuyaux bouchés, de ventilation qui couine.... Flanqué d'un emploi de vendeur émérite de recyclage écologique en tout genre, Salomon pense qu'il pouvoir s'en sortir,enfin. 

Sauf que ça couine aussi au grenier, un truc de souris qui gratte la tête de Salomon, à cause des fermes qui sont incendiées dans le coin depuis quelques temps, ce pourquoi, Salomon se lève ( premier chapitre) et tombe sur Anne Franck (deuxième chapitre). Une vieille Anne Franck, sale et caractérielle, rosse et tyrannique, qui ne compte pas sortir du grenier avant d'avoir terminé son dernier chef d'oeuvre ...  Les choses se corsent encore quand la mère , déclarée mourante, rejoint ce qui aurait dû être un début de havre de paix et tente (entre autre) de transformer le jardin en espace funéraire pour légumes sous vide. Le maestrum va engloutir le héros, en un rythme qui le suffoque ...

Dire que ce livre est drôle, c'est vrai, drôle, caustique, brillant, érudit, puis sombre et inquiétant, car il triture les méninges et pointe sous une façade de doux délire culotté, le piège de la sacralisation de la mémoire et celui du ressassement de la "catastrophe".

Bien plus fort que l’écœurant (pour moi) "Il est de retour"  depuis, je me suis laissée tentée par "Mon holocauste" recommandé par Sandrine.

Commentaires

Ah que ça me donne envie ! Noté en gras sur la liste car cet humour juif autour de la Shoah, il faut que je creuse tellement je trouve ça surprenant. Pour bientôt, donc.

Écrit par : Sandrine | 30/11/2014

Je pense que ce livre peut creuser le sillon ... je suis aussi curieuse de lire ton avis que de lire "Mon holocauste" que je me suis offert dès le lendemain de la lecture de ta note ! J'espace quand même les lectures sur le sujet, histoire de garder une distance, qui je pense est nécessaire. L'humour sur le sujet demande déjà de bien le connaitre et de dépasser le "plus jamais ça", vu que des "ça" d'après Shoah, on le sait, il y en a.

Écrit par : Athalie | 30/11/2014

Je n'ai pas encore lu cet auteur, quelque part, il me fait un peu peur.

Écrit par : Valérie | 30/11/2014

Franchement vu tes lectures, tu n'as pas a avoir peur, c'est dérangeant mais aussi cette lecture fait du bien, elle nous autorise, à nous, non juifs, non victimes, de sortir d'une remise en question permanente qui ne nous concerne pas. Je pense que ce qui nous concerne, c'est de garder les traces et de faire avec. Surtout de garder les traces et surtout de faire avec. La "shoah" a eu lieu. On n'y peut plus rien. La commercialisation et la perpétuelle repentance nuisent, à mon humble avis, à cette réalité désespérante. L'homme a tué l'homme.

Écrit par : Athalie | 30/11/2014

J'apprécie vraiment votre blog , je me permet donc de mettre un lien vers le mien , je suis serrurier paris http://serrurierparis-infos.fr/serrurier-a-paris/

Écrit par : invité | 02/12/2014

????? Je n'ai pas grand chose à voir avec les serrures ...

Écrit par : Athalie | 02/12/2014

allez hop dans ma liste , j'aime l'humour juif .. celui-là me fait un peu peur mais bon , on verra

Écrit par : luocine | 02/12/2014

Ah ! De l'humour juif, tu vas être servie, y'en a ... J'ai vu chez moi que tu avais aimé 'L'héritage" (moi aussi d'ailleurs, mais je n'ai pas encore eu le temps de faire une note dessus). Ben, là, c'est pire, sans que la grand-mère, tu as juste envie de l'étrangler !

Écrit par : Athalie | 02/12/2014

je pensais avoir mis un commentaire.... je vais lire ce lire grâce à ton billet

Écrit par : luocine | 02/12/2014

Pour une fois qu'une photo accompagne ton billet... Je ne verrai plus jamais une lampe de chevet de la même façon... ;)

De cet auteur, j'ai La Lamentation du prépuce dans ma PAL.

Écrit par : manU | 02/12/2014

Ah ? Oui, j'ai repris cette habitude de mettre une photo, que j'avais laissée de côté, je pensais que cela n'explicitait pas forcément le propos, vu que la plupart du temps, je les choisissais en décalage (sauf pour les B.D. à cause de Luocine qui râle ^-^ ...)
Pour la lampe de chevet, pas moyen de faire autrement, c'est une des "blagues" les plus racontables hors contexte du livre ... En tout cas moi, je note "la lamentation du prépuce", rien que le titre ...

Écrit par : Athalie | 02/12/2014

Je râle... ou je t'admire :arriver à faire prendre conscience d'une BD sans en montrer le dessin il faut quand même être fortiche !!!

Écrit par : luocine | 03/12/2014

J'ai lu un extrait et l'humour est présent dès le départ...il me tente vraiment, j'ai l'impression que le narrateur peut m'emmener où il veut!

Écrit par : Valérie B | 02/12/2014

@ Luocine, tu l'as bien compris, c’était évidemment un clin d'oeil ... N'empêche que c'est vrai, maintenant, je pense à toi quand je mets une illustration ... Merci pour le fortiche ! (surtout que moi en B.D., je n'y connais rien). j'espère que tu aimearas ce livre, qui est, quand même déstabilisant ...

Écrit par : Athalie | 03/12/2014

@ Valérie,
Franchement, je pense que tu vas aimer, c'est décapant et anti politiquement correct à souhait ... L'humour est constant, mais gaffe, un moment il vire au vinaigre quand même. Petit conseil entre amies, se le garder pour un moment où l'on peut lire sur la longueur !

Écrit par : Athalie | 03/12/2014

Très bon article.

Pour information je bosse chez le chauffagiste Alfortville qui est un bon dépanneur
si vous avez besoin.

Écrit par : davidben | 11/03/2015

Les commentaires sont fermés.