Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2014

Meursault, contre enquête Kamel Daoud

meursault,contre enquête,kamel daoud,romans,romans français,déceptionsMeursault et moi, moi et Mersault, ça n'a jamais collé. Lecture obligatoire au lycée, alors que je me complaisais dans la série des "Claudine" et autres "Marquises des anges", faisant traîner encore un peu l'âge des princesses-petites filles rebelles (je sais, l'association d'une grande dame et la littérature française et de ce l'on nommerait aujourd'hui de la chick-litt peut paraître étrange, mais pour moi, c'était un peu pareil, en fait, des lectures qui ne me trimbalaient pas la réalité des boutons d’acné ...), l'intrusion dans mon monde de "Aujourd'hui, maman est morte ou peut-être hier, je ne sais pas", ne m'a révélé du tout du monde de la littérature, au contraire, le Meursault, il m'avait salement gavé.

Des années plus tard, bien obligée de le croiser par obligation estudiantine, je fais semblant de ne pas le voir, je l'ignore, le Meursault m'indiffère, voire m'agace, les discours convenus sur chef d'oeuvre sur piédestal ( d'estrade ...), je les recrache, faut bien. On me dit : "l'étranger au monde, l'absurde, la merveilleuse langue de Camus". Je la trouve aussi rêche qu'un grain de sable dans une chaussure quand on a remis ses chaussettes au retour de la plage ( chose que je ne fais jamais). Je ne dis rien mais trouve le soleil de Camus dans ses nouvelles, pas dans "L'étranger", l'humanisme dans "La peste". Je ne comprends rien à Meursault, le meurtre sur la plage et les coups qui frappent à la porte de son destin.... Le coup du poids du soleil coupable ... La météo a bon dos et la tragédie grecque aussi. Et le destin de l'arabe, il n'est pas frappé des coups du destin, peut-être ? Alors pourquoi, il n'a pas droit à sa grecque tragédie ? Moi, je suis basique, on m'a dit Camus = écrivain engagé, ben alors, pourquoi, il n'est  appelé que "l'arabe" ? (oui, je sais l'indifférence, l'absurde, la focalisation interne ...).

Donc, un livre qui dit vouloir régler ses comptes avec le Meursault, lui mettre le nez dans son indifférence absurde, je suis forcément furieusement pour. Sauf que là, c'est moi qui me suis ensablée, je n'ai rien compris à la démarche de l'auteur, parce que je l'ai sentie la démarche (à vrai dire, je n'ai même senti que cela, pas une émotion, pas un tremblement, même du bout de la chaussette sans sable dedans, vu la saison).

Le narrateur est le frère de l'arabe tué par Meursault, il lui donne un nom, à ce corps sans nom, Moussa, (Là je me suis dit que l'auteur ne connaissait pas Star Wars, parce que moi, ça a fait interférence, et alors le drame du lapin à trop grandes oreilles sur la plage en salopette, j'avais le cerveau qui zappait ... ), et déclare vouloir lui rendre une identité à ce corps disparu de la littérature, lui redonner une dignité, lui élever un monument contre le piédestal de l'étranger. Et ce pourquoi je n'ai rien compris, c'est que le frère indigné ne raconte finalement pas l'histoire du frère oublié, mais la sienne propre. Je ne suis pas férue de logique littéraire, mais comme déjà Moussa, je n'y croyais pas, ce fut le grain de sable de trop. Le narrateur, sous la coulpe du souvenir, mène vie triste et terne, mal aimé, sans père, dans l'ombre de son frère, une mère étouffante de son malheur impalpable, qui cherche une coupable vengeance assouvie par un hasard trop parallèle (une histoire de meule de foin qui prend la place du soleil, si j'ai bien compris, et je n'en suis pas certaine ....)  De Moussa, il reste une silhouette. Pas beaucoup plus que dans Camus, finalement.

"Déçue, je suis" dirait le maître ...

Plein d'avis par ailleurs : Jérôme, Noukette, Valérie ...(pas de lien, Valérie a disparu !!!!)

 

Commentaires

Je n'ai jamais été tentée mais là alors... Tu m'achèves. Autant relire " l'étranger" ...

Écrit par : Une Comete | 14/12/2014

Relire "L'étranger", non, pour ma part, ça va aller comme ça ...

Écrit par : Athalie | 16/12/2014

Je suis en train de le lire et je dois dire que chez moi aussi la lecture traine... j'attends la fin avant de donner un avis définitif...

Écrit par : cathe | 15/12/2014

J'attends ta note ... Moi aussi, la lecture a traîné, alors que franchement, le récit n'est pas long, juste un peu traînant des pieds (et des grains de sable, mais c'est une autre histoire !)

Écrit par : Athalie | 16/12/2014

J'ai été déçu moi aussi. Je m'attendais à tout autre chose en fait. Mais l'original, je le mets sur un piédestal.Bien bien haut même ;)

Écrit par : jerome | 15/12/2014

J'avais lu ta note, celle de Noukette et celle de Valérie (mais nom d'une pipe où qu'elle est passée ?) et malgré vos réticences à tous les trois, je me le suis fait offrir, parce que qu'un règlement de compte avec Meursault, j'en bavais ! Et ben non. L'original, tu l'auras compris, je lui botterais bien le piédestal (mais pas Camus, non, pas touche à Camus). ce qui fait que cela m'a aussi énervée dans le livre cette constante confusion entre l'auteur, le narrateur. Non d'une pipe, il a quand même raison le petit père Daoud, de ruer dans les brancards de la littérature française, alors pourquoi, il recule avant l'estocade finale ? Pas compris.

Écrit par : Athalie | 16/12/2014

Visiblement on est beaucoup à ne pas considérer "L'ÉTRANGER" comme un chef d'oeuvre. Personnellement, j'ai beaucoup aimé les pages de Daoud à propos de l’Algérie d'aujourd'hui.

Écrit par : luocine | 17/12/2014

Oui, c'est ce que j'ai préféré, les pages sur l'Algérie d'aujourd'hui et sur aussi me semble-t-il, ce qui aurait pu être génial dans ce roman, la remise en cause d'un regard des colonisés sur les colonisateurs via le biais de du statut du roman "l'étranger" dans la littérature française (le "chef d'oeuvre"). Comment un algérien reçoit-il ce roman ? et finalement, bien que là ne soit pas le propos de Camus, c'est sûr, une certaine forme de déni, quand même ...

Écrit par : Athalie | 18/12/2014

Ah bah mince, tu m'as bien refroidie ! Bon, en tout cas, je ne l'achèterai pas, ça fera déjà ça de gagner ! Comme toi, "L'étranger" ne m'a pas marquée plus que ça. J'ai un peu de mal avec Camus. J'ai lu La peste ( deux fois) et je suis certaine de ne pas avoir compris certaines choses ( les discours du curé notamment ). Bref, j'espérais la revanche algérienne mais ça frappe à côté apparemment ... Pauvre Moussa ...
( Et sinon moi aussi je me demande où est passée Valérie !)

Écrit par : Aaliz | 18/12/2014

La revanche, finalement, il y en quand même une, mais pas aboutie, selon moi (mais j'aime quand cela frappe dur ...). Pour Camus, "La peste", est trop scolaire pour moi, trop marqué par tout ce qu'il faut en savoir et en dire (j'ai fait des études littéraires). Du coup, il me semble que ce genre de textes, on ne peut plus les lire avec un œil émerveillé. Tu peux quand même tenter les nouvelles : dans celles qui sont dans "l'exil et le royaume", j'ai enfin trouvé ce soleil dont on me parlait tant pour "L'étranger". Et là, j'ai aimé. Profondément.

Écrit par : Athalie | 18/12/2014

Mais non, je n'ai pas disparu, me voilà!
Je l'aime immensément ce roman. L'écriture m'a conquise, ce qui est dit sur l'Algérie aussi.

Écrit par : Valérie | 18/12/2014

Si, si, je confirme, tu as disparu ... pas moyen d'accéder à ton blog, ni pas le lien ici, ni par la barre magique avec URLL et tout ... Un problème sur "canal blog" ?
Bon, tu l'auras compris, je ne l'ai pas aimé intensément, mais la qualité de l'écriture est indéniable. J'ai eu l'impression que l'auteur se retenait, ne donnait pas le coup de pied final, comme si le chef d'oeuvre initial le retenait encore dans les filets du piédestal obligatoire. J'en attendais sans doute trop.

Écrit par : Athalie | 18/12/2014

J'ai supprimé mon blog mais je ne vous oublie pas, la preuve. ;)

Écrit par : Valérie | 19/12/2014

Comme toi, j'ai lu "L'étranger" au lycée et j'avais bien aimé il me semble. Par contre, ce livre, je n'en vois pas l'intérêt, je n'ai pas l'intention de le lire et vu ton avis, je crois que je ne perds rien...

Passons aux choses sérieuses ! C'est comment de lire "Angélique marquises anges" ? C'est gnangnan ? C'est sympa ? Les films sont mieux ? Bien oui, je suppose que tu regardais les films chaque été toi aussi... :)

Écrit par : manU | 18/12/2014

Tu as raison, autant passer directement aux choses sérieuses, donc à la lecture de "la marquise" ( je suis en train de me dire qu'il va falloir que je me fende d'un billet là-dessus, sinon, mon commentaire va faire trois pages). Je vais me limiter à trois adjectifs : sirupeux, délectable, sirupeux et gnan-gnan et délectable. (ce fait à peu près trois, non ?) Quant aux films, oui, je les regardais chaque été ... Ils ne sont pas mieux, ils sont pires ! couleurs cinémascope de papa et une diction des acteurs telle que tu te dis qu'ils sont été doublés du slovène ... J'avoue, j'ai la série en DVD, à ne regarder qu'entre soi et soi (j'ai les "Sissi" aussi ^-^)

Écrit par : Athalie | 20/12/2014

Bon il est super à charge ton billet Athalie, mais punaise qu'est ce qu'il est réjouissant. J'adore ta rébellion intérieure sur les oeuvres imposées (même si moi je suis assez fan de Camus). Je le lirai quand même, mais tu n'es pas la première à noter que Moussa n'est pas plus incarné après le Daoud qu'après Camus, et ça c'est très embêtant. J'espère avoir une autre vision du roman.
Bises

Écrit par : sous les galets | 19/12/2014

Ben, je ne le voulais autant à charge que cela en fait ... Il a des qualités ce roman, une belle langue, des beaux moments d'emportements anti chef d'oeuvre, mais bon, j'attendais autre chose, je pense, un truc plus radical, Meursault descendu au lance flamme, passé à la gégène ...
Quant aux œuvres imposées, je pourrais écrire mon autobiographie politiquement pas correcte de comment mon goût de la lecture y a survécu. Et je ne parle pas seulement de celles imposées à l'école, mais aussi, et là je sais que je parle à une convaincue, de celles qui s'imposent à coup de SP (mais c'est facile pour moi, aucun éditeur ne m'a repérée ^-^)
PS : Olivier G. , c'est quand tu veux !

Écrit par : Athalie | 20/12/2014

@ Valérie : comment ! tu as supprimé ton blog ! Mais je m'insurge, revendique, pourquoi ? Et tes conseils ? Non d'une pipe, je n'avais pas pas encore tout noté ... Supprimé, comme cela , d'un coup d'un seul, c'est sans appel ?

Écrit par : Athalie | 19/12/2014

Pas déçue pour ma part, il faut dire que n'ayant pas lu L'étranger je n'en attendais pas grand chose... J'ai aimé la langue par contre, sublime...!

Écrit par : Noukette | 22/12/2014

Je te rejoins, la langue est très belle et en fait, ma déception n'est pas liée à "L'étranger", ça, c'était déjà fait, mais à ce que ce livre en fait (de ma déception du premier, je veux dire). pas sûre que ce soit clair, comme commentaire, ceci dit !

Écrit par : Athalie | 26/12/2014

Je garde un souvenir dubitatif de "L'étranger"... alors forcément, ce livre n'est pas pour moi...
Joyeux Noël !

Écrit par : Margotte | 25/12/2014

Voilà "dubitative", c'est cet adjectif là qui me convient. Ma "dubitation" suite à cette suite en reste intacte. (Je le jure, ce commentaire n'est pas écrit avec du champagne à la main, c'est vraiment moi qui cause). Un petit cassage de chef d'oeuvre bien troussé, j'aurais compris, mais là ... ?

Écrit par : Athalie | 26/12/2014

Les commentaires sont fermés.