Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2014

Le météorologue Olivier Rolin

le météorologue,olivier rolin,romans,romans français,dans le chaos du mondeLe météorologue est un homme banal, pris dans les rouages ordinaires de la répressive administration dans l'URSS communiste des années 30, pris aussi par le regard d'un narrateur qui se dit convaincu d'une mission, lui redonner une petite silhouette d'homme, à défaut d'une grande âme résistante. Au départ, il est bien pâlichon, effectivement, Alexis Fédossiévitch Vangengheim, un fonctionnaire zélé, rêveur de nuages. ( Je signale que par la suite, si je l'appelle Fédo, ce n'est pas que ce personnage invite à la familiarité, loin de là, mais juste par flemme)

Au départ, donc, il n'est plus qu'un corps parmi d'autres, enseveli sous la neige et l'oubli, dans on ne sait quelle fosse commune, sans doute pas très loin des îles Solovki, un Goulag du de froid polaire. Fédo n'a pas laissé beaucoup de traces, quelques publications négligeables sur le temps qu'il fait, qu'il a fait, sur des perspectives nuageuses. De ses innombrables lettres à Staline, protestations de son innocence, il ne reste que du vent. Ont-elles même été lues ? On peut en douter.

Olivier Rolin est arrivé jusqu'à lui par une autre correspondance, la seule trace de réalité de ce petit personnage : les lettres que Fédo a adressé à sa femme et à sa fille, Eléonora, durant ses années de détention anonyme. Elles ne racontent rien de vraiment extraordinaires ses lettres, sa santé, son ennui, et surtout, son incompréhension. Il y dessine oiseaux, plantes, comme des sortes d’abécédaires pour la petite. Traces infimes et pour autant singulières que l'auteur exhume et remet en situation. Olivier Rolin mêle sa voix à celle de cet homme, si têtue et si bornée dans sa répétition que sans la voix de l'auteur, on ne s'y attacherait guère. C'est toute la qualité de ce livre, profondément humaniste, l'air de rien.

Fédo n'était en effet qu'un fidèle serviteur du parti. Il adhérerait à ses idéaux chimériques, et météorologue, mettait son savoir des nuages et de leur flux au service des plans de production agricoles, les caprices des nuages, des pluies et du soleil à la gloire de champs staliniens. Cette mission aurait dû le mettre à l'abri de toute accusation de corruption ou de trahison anti-communiste ( corrompre la course d'un nuage capitaliste paraissant aussi aléatoire qu'échapper aux purges qui commencent à s'abattre sur toutes les couches de la stratosphère) Et pourtant, il va être désigné comme saboteur des chiffres des pluies (ou plutôt du manque de pluies). ironie d'autant plus cruelle et absurde, que lui, la famine, il ne l'a même pas vue sévir dans les villages des Kolkhozes. 

 Déporté dans le désert de glace des îles Solovki, Fédo y croisera l'étrange histoire d'une bibliothèque de Babel et de livres proscrits, aussi improbable en cet endroit que les infatigables espoirs du petit homme d'être lu de Staline. 

Un livre basique, sans aucune connotation péjorative, mais dans le sens où il revient à la base, au pion qui ne savait pas qu'il n'en était qu'un. La lecture peut en être prolongée par un reportage passionnant, à voir chez Dominique, où le même Olivier Rolin se penche cette fois davantage sur l'histoire des livres et des lieux.

A lire et à voir (ou l'inverse, ce que j'ai fait, et cela marche très bien aussi)

Commentaires

J'ai vu le reportage cet été et l'ai trouvé passionnant : il part à la recherche de ce qui reste d'une improbable bibliothèque dans un Russie dont on a du mal à croire qu'elle est actuelle...

Écrit par : Sandrine | 23/12/2014

Absolument passionnant, le reportage ! Je l'ai vu chez Dominique, avant de lire le livre, et je suis retournée le revoir après. L'histoire de la bibliothèque est moins au centre du livre, ce qui fait, je trouve que les deux se complètent. J'aimerais bien lire d'autres documents sur cette histoire "improbable", pour l'instant, je n'ai rien trouvé. Et je te rejoins, il y a quelque chose de surréaliste dans les images, et Olivier Rolin arrive à le restituer sans trop de mise en scène de lui-même. (sauf son penchant pour la vodka ... Mais vu les habitudes du cru, il semble modéré !)

Écrit par : Athalie | 23/12/2014

Repéré chez Dominique. Lecture sérieuse mais enthousiasmante?

Écrit par : keisha | 23/12/2014

Ni sérieuse, ni enthousiasmante .... J'ai classé ce livre dans mes préférés, sans le mettre dans les "pépites", parce qu'on le sait depuis le non challenge de galéa, que dans "Pépites", il y a l'idée de vouloir faire partager un moment rare avec tout le monde, et je ne suis pas certaine que ce livre "parle" à tous, moi, il m'a touché, sans trémolos.

Écrit par : Athalie | 23/12/2014

ce livre est dans ma liste depuis le billet de Dominique tu confirmes l'envie que j'ai de le lire . Merci et bon Noël à toi

Écrit par : luocine | 23/12/2014

Suivre les conseils de Dominique, c'est s'assurer une PAL for ever ! Vraiment lis ce titre, je suis quasi certaine qu'il plaira !
Rien à voir mais je retourne par chez toi la dernière semaine des vacances, comme d'hab à Saint Jacut de la mer, j'ai hâte de revoir les embruns, un livre à la main ( sous plastique, pour ne pas le mouiller) , et ferai sans doute un tour dans les librairies de Dinard ou à "l'odyssée" à Saint Malo;
Bises et bon noël à toi et aux tiens.

Écrit par : Athalie | 23/12/2014

Je suis ravie que tu apprécies
merci pour le lien
Hélas le film a été supprimé, je l'avais trouvé sur youtube mais ce devait être un piratage et il a été retiré
cela n'enlève rien à sa qualité mais il faut que je cherche sa référence exacte du coup

Écrit par : Dominique | 24/12/2014

Mince, je n'avais pas vu que le film avait disparu de ta note. Moi, j'ai eu le temps de le voir deux fois, mais c'est vrai que ce serait bien de pouvoir le faire découvrir, il accompagne très bien la lecture, ou la complète ...

Écrit par : Athalie | 26/12/2014

hélas je suis à Paris jusqu'au 15 janvier ,pour de joyeuses obligations familiales (naissance) si tu viens souvent en vacances sur cette côte que j'adore on pourra se donner rendez-vous à ma médiathèque préférée.. tu connais à Saint Servan la droguerie marine qui vend de très bons livres et de très bons jeux pour enfants
http://www.droguerie-de-marine.fr/
bonnes vacances

Écrit par : luocine | 25/12/2014

Oui, je viens souvent sur cette côte, que j'adore moi aussi, surtout en hiver, ou alors en fin d'été, quand les rochers et les embruns retrouvent leur place dans le paysage. Un rendez-vous, ce serait sympa, on verra à la rentrée. Passe d'agréables obligations de famille !
Je ferai sûrement un tour à saint Servan, et un passage dans une bonne librairie n'est jamais impossible. Il y a aussi "L'Odyssée", intra muros, que j'aime beaucoup, mais cela fait un moment que je n'en ai pas poussé la porte.

Écrit par : Athalie | 26/12/2014

Un bien triste destin...

Écrit par : manU | 28/12/2014

En dépit de mon commentaire peu constructif, comme souvent, ton billet a titillé ma curiosité. Je suis donc allé regarder le documentaire dont tu parles. Passionnant. Merci pour la découverte.

Écrit par : manU | 28/12/2014

Je l'ai écouté à France-Culture samedi, cet entretien et ton billet donnent envie de le découvrir :-)

Écrit par : cathe | 05/01/2015

Je croyais avoir commenté ce billet avant les fêtes, mais non...(je vais quand même vérifier que mes autres comm passent).
Je te disais justement que je le notais, d'autant que j'ai "le violoniste" dans mes projets, et je me sens très attirée par le totalitarisme soviétique en ce moment (c'est mon cité bout-en-train), plus sérieusement, j'aime ce côté à la limite de l'absurde finalement.

Écrit par : sous les galets | 09/01/2015

Les commentaires sont fermés.