Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2015

Un membre permanent de la famille Russel Banks

un membre permanent de la famille,russel banks,nouvelles,amériqueNon seulement je lis peu de nouvelles, mais en plus, quand j'en lis, j'ai un mal de chien (et l'expression est à prendre ici quasi au sens propre, vu l'importance de cet animal dans la nouvelle qui donne son titre à ce recueil ...) à en parler.

Me voilà donc à retourner le volume en tous sens, cherchant l'unité, les points communs ... Allez (je compte sur Ingannmic pour me rectifier ou nuancer ou analyser clairement, elle fait cela très bien), je dirai "solitude" et "couple" : solitude en couple, en ex-couple, voire sans couple du tout, les personnages ont le palpitant qui flanche, même les chiens, donc, sont vieux ou morts. Ce recueil déborde de coeurs qui lâchent, ou de coeurs lâches. Pas gai ? Non, pas gai du tout. Du fond de mon plaid, j'en avais les pieds refroidis. (heureusement, j'ai aussi une bouillotte ... Le problème est que c'est fiston qui l'a confectionnée à base de pois chiches, il faut la mettre dans le micro onde pour le faire chauffer. Cela fonctionne très bien mais il faut aimer l'odeur des pois chiches ...)

Ces nouvelles de Russel Banks sont donc à vous flanquer un cafard prégnant. Elles sont très belles, ciselées comme on aime dans le quotidien un peu décalé de coeurs solitaires, mais tristes à pleurer. Ancrées dans le réel des USA actuels, on va de Miami, mais celui de l'envers du décor, ici les palmiers ne bruissent que sur le désert des parkings ou sur le fond d'écran du balcon d'un immeuble sans vue sur mer, à des villages paumés dans la neige. 

Dès la première nouvelle, on se dissout dans le basculement d'un retraité, ex-marine, qui ne veut pas finir en ex-père, et qui, voulant conserver sa dignité, va passer de l'autre côté de la légalité. Dans la suivante, un divorce plus tard, une bulle paternelle éclate. deux divorces encore plus tard, un vieux couple erre dans un camping-car, coeurs à la dérive, dans une autre un coeur qui s'arrête sur un court de tennis, et la veuve perd l'urne funéraire ("Oiseaux des neiges") ... Un coeur de jeune homme bat dans le corps d'un homme sans joie ("Transplantation", et même les blagues des perroquets battent sérieusement de l'aile ("Le perroquet invisible")... parfois, on passe si près du drame, que même si il n'a pas lieu, c'est comme si le monde avait arrêté de tourner un moment pour nous suspendre dans ce bord si mince qui vacille ( "Fête de Noël").

Tous les personnages, branlants et si ordinaires, infra-ordinaires, sont extrêmement troublants, portant le poids d'une écriture qui ne leur concède rien et les renvoient à la vacuité de leur choix ("Perdu, retrouvé", qui est sans doute la nouvelle qui m'a le plus touchée) ou de leur quête ( "A la recherche de Véronica")

Des personnages pris dans des riens, des moments écrits comme Hopper peint, avec du sombre qui envahit les lumières restées allumées, où le soleil tranche comme une arrête de glace. A lire, mais du bord des larmes....

A découvrir, la note d'Ingannmic.

Commentaires

oui alors non en fait...déjà les nouvelles, je n'accroche pas, mais en plus, là en plein hiver, les désespérances domestiques risquent d'avoir raison de moi. Non, vraiment non je passe mon tour, parce que bon on le sait que la vie est vaine, mais je vais attendre le printemps pour qu'on me le dise dans des livres.
Sinon, j'aime l'odeur de pois chiche, mais cela imprègne-t-il ton plaid aussi ?
De sbises

Écrit par : sous les galets | 28/02/2015

"désespérances domestiques" et vacuité des choix à faire, ou à ne pas faire, erreurs de parcours, hasards d'un soir .... Ce recueil les compile ... Alors oui, un brin de soleil ne nuit pas ! Une lecture très, très, très mélancolique avec ou sans pois chiches ( et oui, l'odeur de la bouillotte imprègne aussi le plaid, sans vexer fiston, je crois que je vais arrêter la bouillotte "bio" ...)

Écrit par : Athalie | 28/02/2015

Enfin un bouquin de Russell Banks qui pourrait me plaire ! J'ai essayé tant de fois déjà avec lui sans jamais y trouver mon compte. Mais là, des nouvelles bien déprimantes, c'est tout de suite beaucoup plus tentant ;)

Écrit par : jerome | 28/02/2015

Tu as tenté "De beaux lendemains" ? Un texte court, comme tu les aime, et pour moi, une lecture marquante ! Le ton de ce recueil est dans la même veine, mais avec un chouia moins de réussite, enfin, à mon humble avis ! Mais comme ce sont des nouvelles, tu pourrais aimer en effet.

Écrit par : Athalie | 28/02/2015

L'image qui illustre ton article est TRÈS bien choisie...

J'ai aimé, moi aussi, mais j'ai l'impression d'avoir été moins bouleversée que toi à cette lecture. J'en ai davantage retiré une sensation de mélancolie que de désespoir, bien que certains textes soient effectivement très sombres, mais je trouve que c'est contrebalancé par l'écriture assez sèche de Banks.
L'histoire qui je crois m'a le plus touchée est celle de cette noire qui se retrouve coincée sur le parking du concessionnaire, et qui n'ose pas appeler les secours parce qu'elle risque d'être suspectée d'un quelconque délit.. et puis la 1ère aussi, et celle avec le bébé éthiopien (par pour le bébé, pour le divorcé)..

Écrit par : Ingannmic | 28/02/2015

Hopper s'est imposé dans ma tête pratiquement dans dès le départ, en fait à la deuxième nouvelle, à cause de ce moment de rien (tu verras à quoi je fais allusion) qui fait tout basculer. Et puis, ce tableau là, pour moi, ce sont les arrêtes tranchantes de lumière de "oiseaux des neiges" et cette solitude, le visage de cette femme est presque une vanité baroque, et j'adore les Vanités baroques ... "Fête de Noël", j'ai un peu tremblé, comme toi, à cause de la figure de cet homme qui pourrait commettre l'irréparable; mais passe à côté ... On est soulagé mais on en tremble ! Presque une des meilleures ... Une lecture commune qui me marquera, parce que je me doutais bien que tu allais aimer, mais comme je savais que tu allais être plus claire que moi, je ne savais pas quoi écrire ... Etrange !

Écrit par : Athalie | 02/03/2015

J'aime lire des nouvelles de temps en temps, mais parfois, j'ai du mal à finir les recueils... Cela n'a pas été le as avec celui-ci, tellement j'ai aimé les personnages créés, et de découvrir (encore et toujours, j'adore ça !) des faces cachées des States !

Écrit par : Kathel | 28/02/2015

Je viens de relire ta note, (que j'avais survolée quand tu l'avais publiée, vu que je savais que j'allais lire ce recueil), et même si je ne partage pas tout à fait ton enthousiasme (c'est quand même assez plombant, d'où ma digression sur les pois chiches), c'est quand même du grand Russel Banks, du niveau "Des beaux lendemains", et en laissant "La réserve" de côté, le seul de ses romans que j'ai trouvé décevants pour l'instant. Un auteur à lire, nouvelles ou romans, décevants ou pas, c'est un balèze du plus profond des States ...

Écrit par : Athalie | 02/03/2015

je vois le genre, ça ne me déplait pas , un peu à la Carver, non? mais ça me rend triste aussi alors je garde ce titre en mémoire pas sûre que je m'y mette.

Écrit par : luocine | 28/02/2015

Oui, il y a du Carver ... et oui les histoires rendent triste ... Juste triste parce que c'est juste vrai, et dès fois, ce n'est pas ce que l'on aime lire ...

Écrit par : Athalie | 02/03/2015

Russell Banks est un de mes auteurs chéris ... C'est un très grand.

Écrit par : Une Comète | 28/02/2015

Je te rejoins, même si je n'ai pas tout lu encore (mais c'est un projet ... il faudrait juste que cet homme arrête d'écrire pour m'attendre), c'est un grand de la littérature américaine.

Écrit par : Athalie | 03/03/2015

Ton billet donne vraiment envie et la fin est juste très belle...
Et le coup de la bouillotte aux pois chiches, je ne connaissais pas mais j'adore !! :)

Écrit par : manU | 28/02/2015

La bouillotte aux pois chiches, il faut avoir des enfants bios pour connaître (les miens sont 100 pour 100 bios ...) Tu prends un carré de tissus, épais et pas trop grand, tu couds les bords (à la main, hein ...) en points serrés (il ne faut pas que les pois chiches s'échappent). Tu laisses un trou pour faire rentrer les pois chiches, et après tu te coltines le remplissage ... (je précise qu'en ce qui me concerne, je n'ai rien fait !) Le problème avec les pois chiches, c'est qu'ils roulent ! précision quand même, il faut des pois chiches secs ... déjà cuits, cela te fait de l'hoummous quand tu mets la bouillotte au micro onde ... ( bouillotte à usage unique, après deux passages au micro onde, elle tient toujours chaud, mais ton plaid empeste !). Bon courage !

Écrit par : Athalie | 03/03/2015

J'avais aimé de beaux lendemains et j'aimerais relire l'auteur. Un recueil de nouvelles ne serait pas pour me déplaire.

Écrit par : Aifelle | 28/02/2015

"De beaux lendemains" ... une claque de lecture pour moi ! Et pourtant, j'avais vu le film, une claque de cinéma aussi ! Un livre qui m'est très cher ... Tu as retrouveras la tonalité ici, mais avec peut-être moins de claques, celles de la surprise, (ou alors trop, une à chaque nouvelle ... ou presque ...)

Écrit par : Athalie | 03/03/2015

J'aime les nouvelles mais là, le côté plombant ne me motive pas trop. Pourtant je n'ai entendu que de bonnes critiques sur ce recueil (elles précisent toujours la réussite des nouvelles)

Écrit par : Philisine Cave | 28/02/2015

Les nouvelles sont très réussies ( c'est du Russel Banks quand même ...) mais elles sont d'autant plus plombantes ...Tu y crois à ces personnages à leur histoire, si simples, si justes, mais quelle tristesse !

Écrit par : Athalie | 03/03/2015

Alors là tu vois, bravo. Parce que je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout nouvelles. Mais tu m'as donné envie et ça, c'est une performance, crois-moi!

Écrit par : monpetitchapitre | 02/03/2015

Merci, mais je ne voudrais pas être à l'origine d'une dépression anti nouvelles ! Pour l'instant, je fuis toute lecture plombante pour m'en remettre, mais vu mes livres en stock, j'ai du mal à sortir du noir ... Il me faudrait des bons vieux fourneaux ! (sans pois chiches, je frise l'overdose)

Écrit par : Athalie | 03/03/2015

J'ai toujours un peu de mal avec les nouvelles, mais ton billet donne envie malgré tout.

Écrit par : Miss Léo | 02/03/2015

Moi aussi, j'ai du mal a en lire , un goût de trop peu ... Et encore plus à écrire dessus, alors tant mieux si cela donne envie. Les personnages en valent la peine, qu'on y trouve à les lire ...

Écrit par : Athalie | 03/03/2015

Les commentaires sont fermés.