Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2015

Ce n'est pas toi que j'attendais, Fabien Toulmé

extrait-p96.pngIl y a des femmes qui adorent vous faire le récit circonstancié de leur grossesse et accouchement avec détails nombrilistes et émerveillements post-péridurales (périduraux ?). Ben, dans ce roman graphique autobiographique, c'est le futur père qui s'y colle, sans émerveillements et avec beaucoup d'angoisses et de sincérité, sûrement. Un peu baroudeur, un peu touche-à-tout, il vit au Brésil, avec la future maman, Patricia et leur fille, Louise, quatre ans.

Au Brésil, la trisomie n'est pas systématiquement dépistée, mais comme il n'y a aucune raison objective que ce couple soit "à risque", que la grossesse est normale, ma foi, quand ils rentrent en France, ce n'est pas pour cette raison-là. Patricia s'émerveille de voir des arbres sans feuilles, l'auteur, moins. Ils se fixent en banlieue, et la grossesse suit son cours, d'examens normaux en examens normaux. Dans un parc, une petite fille trisomique attire l'attention de Patricia, "Elle est mignonne", prémonition maternelle ou relecture du père consterné à la naissance de sa propre fille affectée de ce chromosome en trop ?

Il se souviendra qu'au Brésil, ces enfants-là sont dits spéciaux, spéciaux au sens d'exceptionnel et qu'il faut donc considérer que l'on a de la chance d'être choisi par eux, "c'était une preuve de confiance, le signe que nous saurions nous occuper d'elle".

Cette vision "magique", Fabien Toulmé raconte le début de son chemin vers son acceptation, parce qu'après le choc de la naissance, il faut faire aussi le deuil de l'enfant normal attendu, et tous les petits deuils qui vont avec, une croissance où l'on s’émerveille des premiers pas, des premiers mots. Pour Julia,  ce sera plus long et plus compliqué, forcément.

Le titre annonce la violence de cette naissance dont le handicap transforme la joie "normale" en peur et en colère "anormales". La peur et la colère qui se plantent dans le cœur du père comme une grosse épine dans le dos, coincée définitivement dans sa vie, par le hasard d'un truc en plus.

Puis, vient le temps d'un certain apaisement et de l'amour pour Julia, un amour à construire, pas donné d'évidence. Et quand la question essentielle a trouvé sa réponse, "c'est ma fille et je l'aime", viennent toutes les autres, esquissées et en devenir dans la seconde partie du livre. L'auteur réalise petit à petit que les peurs seront infinies, à vie, pour lui, elle, et eux, la peur des autres enfants, mais aussi celles des autres parents d'enfants trisomiques, celle des "vous ne le méritiez pas", l'engagement d'une vie entière dans les méandres du handicap, le "handicap land".

Avoir la responsabilité complète et entière de son enfant, quand on pense, déjà, ça fait peur. Sauf qu'avec un enfant normal, généralement, on n'y pense pas, enfin pas tout le temps, alors que là, si. 

L'auteur ne verse pas dans le pathos, ni dans la dramatisation, et à la fin de l'album, il a même glissé des vraies photos de sa vraie Julia, des sourires jusqu'aux oreilles.

Bonne route avais-je envie de murmurer, bêtement.

 

Commentaires

Ah oui celui-là, je l’ai repéré depuis longtemps et il est enfin arrivé à la bibliothèque !

Écrit par : Valérie | 28/04/2015

Dans mon souvenir, c'est Jérôme qui m'a tenté, comme souvent. Le traitement graphique n'a rien de particulièrement original, tu verras, c'est assez classique par rapport aux romans graphiques proposés en ce moment, mais le propos, par contre, n'est pas convenu.

Écrit par : Athalie | 29/04/2015

Magnifique chronique, certainement une des plus belles que tu aies écrites, du moins une de celles qui me touchent direct au cœur. je t'embrasse et te remercie infiniment [retire l'adverbe bêtement].

Écrit par : Philisine Cave | 28/04/2015

Ben merci, bêtement .... je maintiens l'adverbe parce que, franchement, à la fin de la lecture, je suis restée sur les photos de la vraie Julia, ne sachant que dire de cette confession intime, sans trop, sans tabous, sans trop. Avec quand même le sentiment que le choc du handicap était finalement moindre chez l'auteur que celui de la prise de conscience de ce qui allait, forcément suivre.

Écrit par : Athalie | 29/04/2015

Mon énorme coup de cœur de l'an dernier. Je trouve la démarche de l'auteur incroyable de simplicité et de sincérité. Cet album a fait résonner tellement de choses en moi !

Écrit par : jerome | 29/04/2015

Je pense que comme moi, tu es allé sur le blog de l'auteur, du coup. Je ne sais pas ce que tu en as pensé ? La démarche est assez intimiste, mais peut-être est-ce nécessaire ? Vu le nombre de séances de dédicaces annoncées, il doit en entendre des "Vous ne l'avez pas mérité" ou des "Vous êtes bien courageux" ... Pas certaine que cela aide !

Écrit par : Athalie | 29/04/2015

Je viens juste de découvrir que ma bibli va l'avoir (je l'ai demandé, carrément) et suis ravie! Beau billet, dis donc, oui!

Écrit par : keisha | 29/04/2015

Je ne sais pas, j'ai juste tentée d'être juste ... Comme l'auteur tente de l'être. J'ai vu sur certains blogs que le fait de dire que l'on a pas forcément aimé son enfant handicapé dès les premiers moments était choquant, mais je trouve que c'est juste sincère.

Écrit par : Athalie | 29/04/2015

Ca y est, j'ai enfin réussi à lire un billet en entier sur ce titre. Mais je ne me sens toujours pas prête à le lire, trop à fleur de peau même si je n'ai pas été concernée par ce handicap.

Écrit par : monpetitchapitre | 29/04/2015

Ben, je suis contente que tu aies lu mon article en entier, mais n'hésite à lire aussi cette BD en entier, elle ne fait ni peur, ni mal ... Quand on est concerné directement par ce handicap, je pense que si, quand même.

Écrit par : Athalie | 30/04/2015

Magnifique ce billet... Il colle à merveille à cette pépite...!

Écrit par : Noukette | 29/04/2015

Merci Noukette, je n'ai pas fait de cette B.D une pépite, même si j'ai apprécié cette lecture, non pas à cause du propos, mais du graphisme, je sais que ce n'est pas l'essentiel, vu le projet de l'auteur .... Mais c'est juste que j'ai l'impression de ne plus voir que des romans graphiques en noir et blanc, avec des systèmes de couleurs pour marquer le temps qui passe ! Bon, tu me diras, je pourrais relire Tintin ...

Écrit par : Athalie | 30/04/2015

Je l'ai pris à la bib, je vais le lire dans les jours qui viennent... :-)

Écrit par : cathe | 30/04/2015

Je lirai ta note avec intérêt, comme d'hab' !

Écrit par : Athalie | 30/04/2015

Tu parles très bien de cette histoire touchante mais jamais larmoyante...
Une histoire très forte...

Écrit par : manU | 30/04/2015

Merci pour le compliment sur la note, par contre plus le temps passe, et plus je lis des notes sur cet ouvrage, plus je me dis que je suis en décalage avec l'admiration ambiante ... l'histoire est forte, c'est vrai, mais pas vraiment approfondie, finalement. Par exemple, le personnage de la mère semble complètement et facilement accepter la révélation du handicap, ce qui me laisse quand même dubitative ....

Écrit par : Athalie | 01/05/2015

j'ai déjà repéré cette BD , j'espère qu'elle sera à l amédiathèque.

Écrit par : luocine | 01/05/2015

Vu la qualité de ma médiathèque, cela ne devrait pas tarder ... Mais je l'ai achetée, si tu veux, je te l'envoie ? par contre, je n'ai pas ton adresse postale, tu peux me la donner sur orange si l'envoi te dit.

Écrit par : Athalie | 01/05/2015

Sujet que je fuis à tout prix ... Même si cette bd est louée par la planète entiere ... Je peux pas.

Écrit par : Une Comète | 03/05/2015

Les commentaires sont fermés.