Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2015

Une plage au pôle nord, Arnaud Dudek

une plage au pôle nord,arnaud dubek,romans,romans français,pépitesOù il n'est nullement question ni de plages, ni de pôle nord, mais plutôt de banquises oubliées qui se réchauffent les unes contre les autres, des petites, toutes petites banquises, des banquises qui n'en ont pas l'air (rien à voir avec le Titanic, en plus, c'était un iceberg), des banquises de tous les jours, des banquises invisibles, quoi, qui vont se faire un bout de chemin ensemble, et peut-être se fondre ... Allez savoir avec les banquises, c'est aléatoire, comme le hasard d'une rencontre entre un appareil photo numérique ( le numérique a son importance) perdu et d'un rendez-vous chez le podologue.

La femme d'âge bien mûr qui avait rendez-vous avec le dit podologue, Françoise Vitelli, fouille dans l'appareil trouvé par hasars avec méthode pour en retrouver le propriétaire qui s'avère être aussi anonyme que Pierre Lacaze, " scénariste et dessinateur de la série de S.F. burlesque "Les écuyers de l'espace", publiée par un micro éditeur savoyard. Trentenaire né à Lyon. Juriste en entreprise". Du lourd, quoi. De Pierre, on glisse à Jean Claude, son ami, le vrai propriétaire, en fait, esquissé en vrai loser en une phrase attendrie : " La vie est parfois sinistre, même pour les gentils garçons". 

Mais attention, Jean Claude, n'est pas un gentil bêbête, c'est un vrai gentil, au chômage, avec mariage raté et petite fille sur le coeur fondant.

Un appareil photo, un coup de sonnette, ainsi commence la tranquille Odyssée de Françoise et Jean Claude qui s'écrit dans un pavillon de banlieue, entre buffet en chêne avec santon de Provence, et coups de portos du dimanche partagés. Une histoire d'amitié entre une veuve que son Clyde de mari a laissé finir en Bonnie institutrice à la retraite, et un encore presque jeune homme ; l'histoire en pointillée de deux béquilles l'une à l'autre indispensables et fragiles.

Pourtant, rien de triste (ou plutôt, si, mais ce n'est pas écrit triste) dans ce récit (très, trop ?) court, un côté narquois au contraire, une sorte de tiré à la ligne d'Echenoz, sautillante et elliptique à la fois ... L'écriture de Dudek ressemble à ces minuscules éclipses de vie qu'on aurait croisées, un pas de côté dans la vision attendue, une acrobatie dans les lignes des phrases et des destins ; "Quelques détails, trois fois rien, l'essentiel. Faire quelques pas dans une maison, pour visiter, savoir si elle nous plait".

Attention, pépite ! 

Merci Keisha ...

Commentaires

notre billet paraît le même jour , et on se rejoint , je ne suis pas d'accord pour le mot "pépite" mai j'ai bien aimé. Au club de lecture une des lectrices qui m'énerve au plus point, n'avait que mépris pour ce roman ,"il est vide il n'y a rien dedans..." je l'ai défendu et j'ai été contente de voir que je n'étais pas la seule.

Écrit par : luocine | 08/05/2015

Ben non, il n'est pas vide, en tout cas, même si il ne s'y passe pas grand chose, il ne sonne pas creux ! Tu diras de ma part à ta lectrice du club que si tu prends "Eugénie Grandet", par exemple (avec lequel ce roman n'a rien à voir, mais bon ...), ben, les aventures, il n'y en a pas des masses non plus. Moi, c'est le style que j'ai adoré, et je n'ai pas pensé comme toi à Gavalda (quoique, sur ce coup-là, j'aurais pu) mais plutôt à Echenoz, à cause de cette douce ironie avec laquelle l'auteur caresse ces personnages !

Écrit par : Athalie | 09/05/2015

D'accord, on aurait redemandé quelques pages, mais c'est plutôt bon signe, non?
Chouette billet!

Écrit par : keisha | 08/05/2015

Je ne sais pas si j'aurais aimé quelques pages de plus ... je trouve qu'il est bien comme cela, ce livre, évasif, sans fin véritable ... Par contre quelques pages de plus avec les personnages, oui, j'aurais été preneuse, ou une suite : que vont-ils devenir le Pierre et le Jean Claude une fois la montagne quittée ? Que vont-ils faire du reste de Tsunami sentimental à hauteur des petits hommes qu'ils sont ? Je les aimais bien ces deux bras cassés là.

Écrit par : Athalie | 11/05/2015

C'est Papillon qui avait été plus que mitigée (genre travail inabouti) et l'auteur n'a pas apprécié ...
Bon , tu avances Echenoz , alors là si tu me prends par les sentiments...

Écrit par : Mior | 08/05/2015

J'ai retrouvé le blog de Papillon en fouillant par chez toi, mais pas de traces dans les commentaires de la réaction de l'auteur ... Ou alors j'ai mal vu !
Je maintiens un goût d' Echenoz, ce qui est un compliment de la mort qui tue pour moi. D'ailleurs, cela fait un moment qu'il n'a rien publié le bougre ....

Écrit par : Athalie | 11/05/2015

je vais voir si la médiathèque l'a acheté

Écrit par : Dominique | 11/05/2015

c'est vrai que l'on peut hésiter à l'acheter, il se lit vraiment très très vite.... mais c'est un régal de décalage ! Et dans les romans français contemporains, on ne peut pas dire que ce soit très fréquent (du moins à ce que j'en sais ....)

Écrit par : Athalie | 11/05/2015

Entre Luocine toi, mon avis est fait, je vais essayer de le trouver à la bibli dès que possible !

Écrit par : jerome | 11/05/2015

Luocine est plus mitigée que moi ... D'ailleurs, c'est Keisha qui a commencé (rendons à la grande lectrice qu'elle est, hommage ^-^). Je pense que ce titre peut te plaire, court, décalé, un truc d'homme, du fragile de l'homme ...

Écrit par : Athalie | 11/05/2015

J'ai déjà son premier roman et en ce moment j'ai une programmation d'enfer. Donc il attendra son tour ! Bisous

Écrit par : Philisine Cave | 11/05/2015

Mais quel billet, quelle beauté, quel enthousiasme, et bah tu vois, là comme ça le matin un dimanche, ça m'émeut ce que tu écris, surtout avec un vrai raté-gentil "2 béquilles l'une à l'autre indispensables et fragiles", je dis wahou.......Il est noté AThalie, merci beaucoup de ta participation au non-challenge.

Écrit par : sous les galets | 28/06/2015

Merci pour le compliment ... Oui, j'étais ( et suis toujours ...) très enthousiaste pour ce titre. Je le fais circuler autour de moi, c'est donc une vraie pépite ! La seule hélas, pour l'instant ....

Écrit par : Athalie | 01/07/2015

Les commentaires sont fermés.