Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2015

Dans le jardin de la bête, Erik Larson

dans le jardin de la bête,erik larson,documentaires,documentaires historiques,docufictions,dans le chaos du monde" Dans le jardin de la bête" est un texte passionnant, qui m'a passionnée et dans lequel je me suis quand même passablement ennuyée.

Je dis texte parce que c'est une sorte de docu fiction, entre documentaire très documenté (archives à l'appui) et reconstitution romanesque pointilliste. Il retrace l'itinéraire de monsieur Dodd, un déjà vieil historien, passionné par l'histoire du sud des Etats Unis, qui se retrouve propulsé, par les hasards d'une morne carrière et d'une vacation des professionnels de la diplomatie, au poste d'ambassadeur dans le Berlin de l'année 1933. Armé de sa famille et de ses convictions, il s'embarque avec voiture hors d'âge et directives diplomatiques floues, vers le jardin de la bête en construction, et  se retrouve coincé dans un rôle qui ne semble pas, de l'avis de tous et de lui-même, taillé à sa mesure. 

La haine est déjà bien mise en oeuvre dans la ville gangrenée, mais la façade est encore séduisante et propre, alors que commencent à se déchaîner les rancoeurs, les violences anti sémites et la volonté de revanche. Dans une sorte d'impuissance vague, Dodd n'en prend la mesure que par ricochets. Par contre, sa fille, la belle Martha, frivole, volage, est piquée par la beauté de cette nouvelle force qui va, droite et fière comme la jeunesse blonde. Elle va y puiser amants, fêtes, promenades en voitures décapotables, pique nique bucoliques, jusqu'au moment où, elle réalisera la véritable nature du régime nazi et tournera casaque.

 Mon résumé est très schématique et incomplet. Ce qui m'a passionnée dans cette lecture est le décorticage de l'impuissance de Dodd, une impuissance qui n'est pas vraiment de son fait mais qui prend racine dans l'incapacité intellectuelle de comprendre ce qui est en train de se mettre en place. Comme beaucoup, il ne peut pas penser ce qui est proprement impensable, et comme beaucoup, il regarde s'agiter Hitler avec le scepticisme d'un vieil humaniste : le régime nazi ne pourra se maintenir avec de tels olibrius à sa tête ...  Quand Dodd a des éclairs de lucidité, ils sont contrariés par les mécanismes des démocraties européennes, l'administration américaine, entre autres, qui se focalise sur le remboursement de la dette de l'Allemagne ... Un petit pas de Dodd, vers une expression libre lors d'un discours, lui vaut des remontrances de l'appareil, qui, cependant, lui aussi, est faillible et ne fait guère preuve d'un dynamisme anti-anti-sémite à toute épreuve, préoccupé surtout par les agressions commises par les S.A sur les américains ignorant le salut nazi. 

L’ascension était résistible a dit Brecht, on voit à travers ce livre que la résistance était aveuglée par bien des filtres, et que l'histoire ne se réécrit pas.

Ce qui m'a ennuyée, quand même, car ennui il y a eu, ce sont les répétitions, le recours constant aux archives diplomatiques et archives personnelles de Dod et de sa fille, journal intimes, lettres, rapports diplomatiques ... le rythme de lecture en est ralenti car l'écriture s'auto valide sans cesse. Le mélange entre les deux genres, document historique emballé dans la serviette de la fiction, m'a gênée, ce qui ne remets pas en cause la qualité du propos, évidemment !

 

Commentaires

C'est tout toi ça :) etre ennuyée par un livre qui t'a passionnée ;))))) c'est Athalie

Écrit par : Une Comète | 06/06/2015

Parce je crois que je suis romanesque ... je ne devrais pas lire autre chose, en fait ! C'est un bon bouquin, un petit peu trop documenté pour moi, mais ce n'est pas sa faute !

Écrit par : Athalie | 06/06/2015

Comme c'est documenté, évidemment cela peut être longuet, mais quand même c'est un bon bouquin sur la période.

Écrit par : keisha | 06/06/2015

Et la documentation est légitime en plus, on ne peut pas dire n'importe quoi sur cette période (sur n'importe quelle période, tu me diras, mais bon une inexactitude sur la bataille des Thermophiles ... ça passe quand même plus inaperçu !). Un bon bouquin, c'est certain, où j'ai quand même appris plein de détails qui éclairent ma petite lanterne.

Écrit par : Athalie | 06/06/2015

un livre que j'ai chroniqué il y a plusieurs mois et qui m'avait beaucoup plu, j'ai aimé et le fond et la forme très intéressante

Écrit par : Dominique | 07/06/2015

J'ai relu ta note, tu avais fait partie de celles qui m'avait tentée, comme souvent, mais même si je suis parfaitement d'accord avec ce que tu dis de ce titre, le fond m'a plu, mais la forme moins. Je suis une indécrottable romanesque, faut croire !

Écrit par : Athalie | 07/06/2015

je fais partie de celles qui ont beaucoup aimé ce livre, je le trouve criant de vérité , un an après j'ai encore beaucoup d'épisodes en mémoire, il a su, pour moi, refaire vivre le nazisme dans toute son horreur et ses quelques contradictions.

Écrit par : luocine | 10/06/2015

Je te comprends, c'est effectivement un livre "criant de vérité", et le personnage de Dodd prend de la densité au fur et à mesure. C'est juste que .... c'est pas du roman .... Quoique la scène de la réception chez Himmler pour "l'enterrement" de sa femme, elle est surréaliste ! Mais réelle, évidemment. Elle fait froid dans le dos !

Écrit par : Athalie | 10/06/2015

Les commentaires sont fermés.