Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2015

Esprit d'hiver, Laura Kasischke

esprit d'hiver,laura kasischke,romans,romans américainsUn titre de Kasischke qui, dans mon souvenir, avait divisé ses lectrices, un petit goût de too much. J'avais hésité, et il aura fallu la boule avec neige de la couverture pour me décider à tenter de renouer avec l'auteure. Loupé. En refermant ce livre, une seule phrase me cogne à la tête, "tout cela pour ça ..."

Cela :  un huis-clos neigeux et morbide. Une matinée de Noël, Holly se lève plus tard que d'habitude (pour ma part, je ne vois pas trop la gravité du truc, mais bon, j'admets pour les besoins de la tension narrative, je suis bon public), un abus de lait de poule la veille au soir l'a conduite vers cet écart. Le mari lui aussi, jette les couvertures, il file chercher ses vieux parents à l'aéroport. Et voilà Holly seule avec sa fille, qui dort encore, elle.

Le drame commence : les rituels habituels de Noël sont en danger, les cadeaux n'ont pas été ouverts, le repas risque de ne pas être prêt (alors que tout a été acheté la veille tout préparé, c'est Holly même qui le dit dans sa pourtant panique, elle n'a plus qu'à mettre le rôti dans le four et à le laisser cuire ...). Cette cuisson, qui dans la vraie vie n'a strictement aucun intérêt, devient alors l'objet d'une narration à rebondissement. Comme quoi, chez Kadischke, même un rôti peut devenir spectral et support d'un suspens finalement assez surréaliste.

D'ailleurs, rapidement, tout devient spectral dans cette maison, où Holly se démène avec le rôti (je sais, je me répète, mais je ne suis pas la seule, l'auteure aussi), et une phrase qui lui cogne à la tête : "Quelque chose les avait suivi depuis la Russie". Il se trouve, qu'en effet, sa fille adoptive, Tatiana, ancienne Sally (un nom de poule blessée), vient d'un orphelinat sibérien où des enfants sont "offerts" à des couples d'américains, comme Holly et son mari. Cet orphelinat devient l'objet de toutes les suspicions de cette mère qui, au fil de la journée, et de son combat avec le rôti, reconstruit ses souvenirs, tout en essayant de faire obéir ce bébé Tatie, devenue adolescente agressive.

Tatiana se dérobe sans cesse, enfermant sa mère à l'extérieur de sa chambre, cette chambre où elle passe son temps à changer de robe de Noël ; la noire, la rouge, la rouge, la noire. Pendant ce temps là, la guirlande clignote quand ça lui prend, les invités se désistent entre deux coups de téléphone d'un inconnu injoignable. (donc, en plus du rôti, se méfier des portables aussi, ils peuvent cacher des fantômes qui les transforment en plaque électrique ou en tapis volant trucideurs de verres à eau).

Huis clos, tension du passé, objets à la limite du malveillant, point de vue qui vacille et tangue vers la folie, délire d'interprétation ménager qui vous fait douter de toute conclusion logique possible, on a tous les ingrédients habituels de l'auteure. Et pourtant, ce que je retiendrai principalement de cette lecture ( qui en plus, m'a fait reposer sur le présentoir de ma librairie habituelle, le "Mudwoman" de Oates, que l'amie A. m'a dit être excellent ...), c'est que, la prochaine fois que je mets un rôti à cuire, je l'enferme à double tour dans le four pour éviter qu'il ne me saute à la gorge.

 

Commentaires

Un roman qui nous a divisées dans le Prix Elle 2014. J'étais du côté des agacées.

Écrit par : Valérie | 06/10/2015

Bonsoir Valérie, je me disais bien que j'avais vu cette division des lectrices quelque part ... Ce devait donc être dans ton ancien chez toi. Et quand je lis les commentaires qui suivent le tien ici, je me dis que la discussion est encore âpre. A se demander ce qu'a ce livre pour diviser autant ? Ceci dit, c'est aussi pour cela que je l'ai lu. "Agacée", oui, parce que j'aime bien cette auteure, mais que là, le truc qui revient de Russie, il m'a fait sourire dès le début. Et puis après le rôti, je ne pouvais plus ...

Écrit par : Athalie | 07/10/2015

moi également !!

Écrit par : Mior | 06/10/2015

Bon, j'avais dû suivre chez toi (anciennement chez toi ...) cette discussion aussi ! c'est quand même étonnant cette division autour de ce roman, parce que quand on en a lu d'autres de la même auteure, il est fait tout pareil. Et pourtant, il énerve plus. (en tout cas, ça m'a fait ça). Une saturation ?

Écrit par : Athalie | 07/10/2015

Eh bien, j'ai aimé ce roman... mais ne me demandez pas d'expliquer pourquoi, là, tout de suite ! Je n'ai pas été agacée par ce que tu soulignes, en tout cas.

Écrit par : Kathel | 07/10/2015

La division continue ... ce qui m'a agacée en fait, c'est le sentiment d'être manipulée pour avoir peur et que la fin soit finalement si explicite. Encore un livre qui m'ait venu à l'esprit en lisant celui-ci, c'est "la classe de neige" de Carrère où je trouve que le trouble est bien plus fort. L'histoire n'a rien à voir, ceci dit, alors comment j'en suis arrivée à faire le lien entre deux ? Mystère ... Un truc autour de la dissimulation au lecteur des éléments essentiels, je pense. Du coup, tu focalises sur le rôti, alors que non. En même temps, tu comprends bien que le rôti, ce n'est pas le problème ... (et j'arrête de focaliser sur le rôti)

Écrit par : Athalie | 07/10/2015

Quelle horreur ce roman, j'en ai encore des frissons dans le dos brrr...

Écrit par : Hélène | 07/10/2015

Horreur ? En général, cela ne me dérange pas, mais là, il y a quelque chose de gratuit, qui ne mène pas à grand chose ...

Écrit par : Athalie | 07/10/2015

Pas lu, La couronne verte de K. m'a bien suffi , elle fait monter la tension pour rien (au point que je me disais, bon, elle se fait bientôt agresser, là, qu'on en finisse vite? oui c'est vraiment mes réactions quand j'en ai marre qu'un auteur tire sur la ficelle)
Donc adios Mrs K, mais ton billet me donnerait presque envie;..
Et figure toi (tadam!) que j'ai la même impression maintenant avec JCO, dans Mudwoman (que j'ai lu et terminé!) il y a aussi des passages où l'héroïne se tanne les nerfs (et ceux du lecteur), et flop! On passe à autre chose.Bon, tu verras bien.

Écrit par : keisha | 07/10/2015

"la couronne verte" m'avait laissée mitigée, pas autant que toi quand même, mais en fait quand j'y pense, je me dis que cela fait quelques titres que K. ne me donne plus de grands frissons de lectrices, et c'est un peu la même sensation avec JCO, en fait. Je crois que je vais laisser passer du temps avant d'y revenir, parce que ce sont deux auteures qui jouent toujours un peu sur les mêmes ficelles, et dès fois, ça casse !

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

J'ai pas discuté de ce roman dernièrement avec des stagiaires, enfin elles m'en ont parlé parce que je ne l'ai pas encore lu : elles étaient très enthousiastes, m'ont dit avoir adoré la fin qui remettait tout en cause... J'ai encore "Les revenants" sous le coude, de la même Kasischke que pour ma part j'apprécie.

Écrit par : Sandrine | 07/10/2015

Je crois que l'intérêt de cette lecture dépend aussi de la connaissance, ou non, des "ficelles" de l'auteure. Je crois que si j'avais découvert K. avec ce livre, j'aurais été scotchée, parce que dans son genre, elle sait y faire. C'est peut-être le cas de tes stagiaires. Pour "Les revenants", j'y reviendrai sans doute, malgré cette dernière déception. Maso serais-je ?

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

Moi, j'aime Kasiscke ! :)
Et même si oui, je suis d'accord avec toutes les réserves que tu as émises, pour moi le récit a quand même fonctionné.
Et, pour Sandrine, "Les revenants" est un de ses meilleurs romans ! ;)

Écrit par : BlueGrey | 07/10/2015

Ben, j'avoue, par moments, j'ai vraiment plongé, mais le coup du rôti, un moment, j'ai saturé ... Tu sais, le moment où on lève le nez de son bouquin et qu'on réalise que l'on est en train de se faire avoir par un truc qui tourne en boucle depuis un moment ... Et hop, l'esprit rationnel reprend le dessus, et c'est fichu pour y recroire à nouveau.

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

Pour moi tout est à jeter dans ce roman, une vraie purge !

Écrit par : jerome | 07/10/2015

Un jugement radical ! Si je compte bien ça fait trois contre, deux pour ...

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

Moi, j'ai beaucoup aimé !

Écrit par : manU | 07/10/2015

Tu remets les commentaires à égalité trois contre, trois pour ... ce qui est drôle, c'est à quel point les avis sont tranchés !

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

Excellent billet, comme toujours. J'aime vraiment te lire. Ton style apporte un vent de fraîcheur dans la blogosphère littéraire.
Moi, j'ai un problème avec Kasischke! Je sors toujours perplexe de ses romans. Et pourtant, je ne peux m'empêcher de tout lire d'elle! Allons savoir pourquoi!

Écrit par : Marie-Claude | 08/10/2015

Merci beaucoup Marie Claude, çela me fait plaisir, vraiment ^-^, même si je ne suis pas certaines d'être très fraîche ^-^. Et tu vois, j'ai un peu le même problème que toi avec cette auteure, même si elle me déçoit parfois, j'y reviens régulièrement.... Sans être addict, quand même. Du coup, je me dis que je souffre seulement d'un masochisme modéré.

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

que ça fait du bien! un blog qui n'est pas consensuel, une blogueuse qui s'exprime bien et sans détour, et enfin quelqu’un qui partage mes détestations. je déteste cette auteure et je ne suis pas prête à m'y re-frotter. Merci, merci, merci merci... (ça suffit?)

Écrit par : luocine | 09/10/2015

Merci à toi Luocine, c'est gentil ! (mais tu sais, le pire est que je ne déteste pas lire cette auteure ... que je m'y refrotterai sans doute ... Comme Marie-Claude, allons savoir pourquoi !)

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

J ai aimé Esprit d'hiver ! j'ai trouvé l'atmosphère troublante voire angoissante comme celle qui règne au motel des Bates. C'était le précédent (Revenants je crois) qui m'avait déçue...
Je viens de finir la carte et le territoire de Houellbecq: j'ai adoré ! Là, je me suis amusée et quoique on pense du bonhomme , il écrit plutôt bien le bougre ...
d'ailleurs je viens de rentrer avec le DVD: l'enlèvement de Michel Houellebecq , histoire de prolonger notre toute nouvelle intimité ....

Écrit par : Agnès | 10/10/2015

Là, cela ne va pas le faire du coup, tu aimes Angot, puis Houellebecq ... Mes deux bêtes noires ! je crois que dans le motel du pirate, je vais te laisser le lit du bas. Histoire de te remettre les idées à l'endroit ... (Non mais, tu as vu comme il est devenu moche le bougre)

Écrit par : Athalie | 10/10/2015

Je viens de regarder l'enlèvement De M H !!! OVNI impayable ... dingue . Mais Céline n'était pas terrible non plus, il me semble ...

Écrit par : Agnès | 11/10/2015

Je suis preneuse pour le DVD ! Mais tu commences à comparer MH et Céline, tu m’inquiètes, pas pour le côté OVNI, je me souviens de reportages sur Céline qui était complètement frapadingue ( genre, il s'extasiait sur la régularité des pinces à linge, dans mon souvenir, un obscur pavillon de banlieue, le pardessus et la chemise improbable .... Mais parce que je crois que Céline avait encore ses dents ...

Écrit par : Athalie | 12/10/2015

Ce roman m'a très énervée : les répétitions (voulues) et le style m'ont exaspérée. C'est comme cela. Bises

Écrit par : Philisine Cave | 12/10/2015

Toi les répétitions, moi le rôti, mais le résultat est le même, agaçant ....

Écrit par : Athalie | 12/10/2015

Je suis une fan inconditionnelle de Laura Kassischke, et aussi de Joyce Carol Oates (même si ses romans des années 70 sont assez pénibles à lire). Mais il en faut pour tous les goûts !

Écrit par : Sunalee | 14/10/2015

Les commentaires sont fermés.