Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2015

Le royaume, Emmanuel Carrère

le royaume,emmanuel carrère,romans,romans français,pavésAprès l'avoir égaré sous mon lit tout l'été, je lui ai donné un coup de plumeau, et il avait à nouveau le goût de la tentation, ce royaume. Me voyant ce titre là enfin en main, mon homme, qui passait par là m'avertit, le fruit avait bon goût mais comportait des longueurs ...

Mais, si il y a une lecture dont je n'ai pas voulu démordre, c'est bien celle-là, et j'avoue, j'aurais bien voulu contredire mon homme, mais cela ne sera point, car longueurs il y a.

Il faut dire que l'entreprise est ardue, tordue et peu glamour. Effectivement, il parait au départ quand même quelque peu casse gueule d'aller se fourrer dans les origines du christianisme tout en mettant en scène à la fois sa propre tentative de conversion et son propre doute, son chemin de Damas et sa descente de foi.

Carrère se met en scène, plus que jamais dans ce que j'ai lu de lui, entre l’enquêteur septique et croyant sincère, entre fin connaisseur des textes évangéliques, de leurs glossaires et commentaires, et romancier qui recoud les morceaux manquants de la parole et des écrits des apôtres de la première génération. 

Carrére reprend ses classiques, l’évangile de Jean qu'il a annoté dans des cahiers au temps de sa conversion, puis celui de Luc dans le temps de son enquête. Il suit aussi Paul, fait résonner ses lettres et épîtres dans leur contexte, il reconstruit aussi le contexte, tant qu'il y est, sans vergogne puisqu'il nous le dit, qu'il ne sais pas, mais suppute, élague des hypothèses, tisse des liens entre Sénèque, le bouddhisme, et le Christ dans le même élan sans mysticisme, pour faire bouger les paroles figées par des siècles de polissage.

Cette entreprise de dépoussiérage, cette démarche iconoclaste de repeindre des images pieuses, j'avoue que je l'ai trouvée passionnante, moi que le fait religieux interroge peu. Comme tout le monde, j'ai une culture religieuse de surface, je connais les différents points du dogme. Mais les rares fois où mon esprit convoque une image du Christ, il a les cheveux longs et blonds, la tunique blanche des images d'Epinal. J'ai toujours eu un faible pour les bondieuseries, comme on a un faible pour les fraises tagada autres que celles à la fraise, les violettes qui piquent par exemple. Mes enfants se moquent toujours de ma propension à acheter du sirop au cactus ou de l'eau pétillante au pamplemousse, plutôt que de la grenadine ou de la menthe. Et c'est ce goût là qui m'a régalé chez Carrère, celui du type qui cherche, sous l'artifice du dogme, les aspérités qui font que l'histoire pique à nouveau, acquiert un fond de réalisme et finalement de réalité plus vraie que l'histoire brute. (si vous m'avez suivie, cela donne l'équation suivante : fraises tagada à la fraise = histoire brute versus fraises tagada violette = "Le royaume", je pense que Carrère serait fier de moi sur ce coup-là ... en toute modestie.)

Le christ selon Carrère, donc, il est plus passionnant que le vrai. Alors oui, il y a des longueurs, j'ai failli laisser tomber à certains moments, j'ai mélangé Luc et son maître, je n'ai pas toujours suivi toutes les finasseries des entourloupes entre juifs pharisiens. Par moments, même, les tensions entre la foi selon saint Jacques et celle selon le saint son frère n'ont provoqué chez moi nul émoi. J'avoue aussi, tant qu'on est dans la confession, que j'ai passé quelques pages ( au milieu, quand l'enquête se fit trop pointilleuse pour moi), mais très franchement, c'est un livre qui respire l'intelligence, à défaut d'aboutir à une vérité.

 

Commentaires

Voilà ! et Dieu sait que l'on a besoin d'intelligence, de lumières , de savoir en ce moment

PS - et je n'ai passé aucune page et ai même vu avec grand plaisir Les Revenants série dont Emmanuel fut pour sa 1ère saison le scénariste et qu'il évoque au début de son flamboyant roman. Encore une histoire de résurrection en somme !

Écrit par : A.P | 24/11/2015

Il est balèze ce livre : Impossible de le laisser, il me taraudait. Dès fois impossible à lire, il m'ennuyait. Le genre de livre avec lequel tu ne vas pas te coucher le soir en te disant "chouette sous la couette" mais qui est là, derrière, à te suivre ... Une expérience mystique ?

Écrit par : Athalie | 25/11/2015

Il ne me semble pas avoir sauté de page (j'ai juste levé les yeux au ciel quand il regarde ses photos porno, mais c'est juste un passage) et pourtant je l'attendais au tournant, l'Emmanuel (il a déjà le prénom prévu, tiens donc)(tu me comprends je l'espère, si tu as bien lu à fond)
Allez, je te salue fraisetagadaesquement tienne...

Écrit par : keisha | 25/11/2015

Je n'ai sauté que des toutes petites pages, je le jure .... l'épisode du porno m'a fait rire, je l'avoue ... je me disais "Mais comment il ose l'animal ?" Puis en le lisant attentivement, cet épisode a pris sens dans le roman, c'est dans sa logique de relooker Marie Madeleine, finalement ( et un brin de provoc, au passage ?). pour l'Emmanuel, évidemment, on ne pouvait pas passer à côté, même si je n'ai pas une culture religieuse d'anthologie. Et merci pour le salut confraternel aux fraises tagada (à quand un tag "fraises et cie" ? ou que mangez vous en lisant ?)

Écrit par : Athalie | 26/11/2015

un petit coup de plumeau dans mes souvenirs aussi car je voulais absolument lire ce livre et puis j'ai oublié ... avec ton billet je vais le chercher, il est en médiathèque bien sûr!

Écrit par : luocine | 25/11/2015

Les plumeaux de la mémoire, c'est un peu ce qu'il fait le Carrére, il dépoussière grave ! Tu devrais aimer, je pense, mais évite de lire à tes vieilles dames le passage sur le porno ! ( en même temps, ce n'est pas l'essentiel du livre, loin de là !)

Écrit par : Athalie | 26/11/2015

Sortons donc tous le plumeau ! Chez moi, ce sera pour retrouver ce livre qui reste en cours de lecture, page 300 environ, quelque part entre Corinthe et Thessalonique, mais je ne désespère pas de le finir un jour...
Je découvre l'existence des violettes tagada, ça mérite bien un petit effort !

Écrit par : Kathel | 25/11/2015

Je comprends, c'est à partir de là que j'ai commencé à coincer aussi, peut-être parce que l'on a compris la démarche et qu'on aimerait qu'il élague ... mais non, tu verras, si tu le reprends ce livre ( et il le mérite grandement), qu'il a bien pensé son truc, le Carrère, et qu'il a raison de prendre le risque d'aller lentement, quitte à nous laisser en route ( genre chemin de Damas ...)
Rien à voir mais l'ironie des fraises tagada violette est que sur le paquet, c'est marqué "pink tagada", ce qui n'enlève rien à leur délicieux goût de chimique !

Écrit par : Athalie | 26/11/2015

Lu mais serais plutôt d'accord avec ton homme.... j étais contente de l'avoir fini

Écrit par : Valérie | 25/11/2015

Moi aussi,j'étais assez contente, vu son itinéraire, oublié sous le lit pendant l'été, puis oublié dans une chambre d'hôte dans le Finistère ... J'aurais en tout mis un an et deux mois à le lire ! Mon chemin de croix à moi ... Un signe divin ? Il ne m'en reste que de bons souvenirs et une expérience de lecture assez unique, finalement.

Écrit par : Athalie | 26/11/2015

pas de longueurs pour moi à part les passages où il ne peut pas s'empêcher de parler de sexe ce qui n'avance pas beaucoup le récit !
un auteur qui m'a poussé du coup à lire autour du sujet et j'en suis très contente j'ai découvert des livres vers lesquels je ne serais pas allée spontanément et du coup j'ai relancé une lecture de la Bible que je n'ai jamais lu en entier

Écrit par : Dominique | 26/11/2015

Comme je t'envie, moi aussi, il m'a donné envie de lire autour, notamment Renan, que je prenais pour une sorte d'illuminé mystique républicain (mais bon, je ne l'ai jamais lu), mais toujours happée par de nouvelles tentations, telle une Marie Madeleine de la note bloguesque, je vais m'éloigner de ces rivages mystiques pour quelques temps. Dommage pour moi, mais je lirai tes notes sur le sujet avec beaucoup d'intérêt.

Écrit par : Athalie | 26/11/2015

Depuis quand les vieilles dames n'apprécieraient pas quelques passages (un peu) porno de temps en temps ???? le plumeau doit servir essentiellement à dépoussiérer les idées reçues j'ai l'impression ou à se le mettre où je pense ! (Désolée malgré la tonalité toujours très bon chic bon genre du blog mais je n'ai pas pu m'en empêcher ... mais comme à ceux qui ont beaucoup péché, il sera beaucoup pardonné ...)

Écrit par : A.P | 26/11/2015

Tu devrais tenter le coup avec la dame d'un certain âge que tu cotoies tous les jours ^-^ ... Tu me raconteras !!!!

Écrit par : Athalie | 28/11/2015

Ecoute, l'an dernier je m'étais méfiée à sa sortie, je craignais, trop de pointu et surtout trop d'autofiction, et ce que tu en dis me conforte dans l'idée qu'il n'est vraiment pas pour moi, même si pour toi le positif l'emporte, je ne pense pas que ce serait mon cas...
(étrange le commentaire juste avant le mien)

Écrit par : sous les galets | 28/11/2015

L'étrange commentaire est celui de mon amie pour la vie ... Il lui sera beaucoup pardonné !
Pour Carrère, je ne sais si c'est vraiment de l'autofiction, en tout cas, la sienne, elle ne me dérange pas, je trouve qu'elle ouvre sur quelque chose qui nous ressemble, en tout cas, qui, à moi, me parle. Mais je suis très positive sur cet auteur, il est vrai, depuis "L'adversaire" et surtour depuis "La classe de neige". Je pense que ce dernier titre pourrait te convaincre. Mais attention klenexxxxxx !

Écrit par : Athalie | 28/11/2015

Je ne vois pas ce que cela a d'étrange ... Je crois qu'on a beaucoup lu , beaucoup vu et à moins qu'on que ... on va beaucoup vieillir aussi ! sans pour autant devenir des grenouilles de bénitier qui n'appelleront plus un chat un ...
Et à la vieille dame que je côtoie au quotidien , je lui en ai fait lire parfois des vertes et des pas mûres et au vieux monsieur qui l'a aussi beaucoup côtoyée des bien saignants !
Mais je me retire des commentaires sans problème : je n'ai pas le bon ton !

Écrit par : A.P | 29/11/2015

Ben non alors, t'arrêtes pas de commenter, moi ça me fait rire ! voire réfléchir ... Et si les A. n'ont plus voix au chapitre sur mon blog, je fais la tronche ! Bisous ma grande !
PS : n'empêche si la vieille dame, à qui tu en as fait lire des pas mûres, lit le royaume, j'aimerais bien connaître son avis. Je compte l'offrir à un vieux monsieur très croyant de ma connaissance, en guise de pieds de nez !

Écrit par : Athalie | 01/12/2015

Je crois que la vieille dame ne pourrait plus tenir ce ''pavé'' : ses petits bras vieillissent et ses lectures s'espacent ... Mais je jure que la vieille dame que je deviendrais (peut- être) ne rougira jamais devant quelques propos licencieux énoncés par de jeunes blancs becs morveux !
N'étant pas mauriacophile ni logue mais pas phobe non plus hein ! juste ignorante et amnésique ( Thérèse me rappelle vaguement quelque chose mais j'ai peur de confondre avec celle qui répond au téléphone un soir de Noël ...), no comment sur ta nouvelle note !
Un petit tour à la librairie s'impose donc ...
PS pour ton vieux monsieur pas de conseil donc mais si c'est celui auquel je pense quand on a passé du temps à ''assister'' les bovins afin qu'ils procréent ''rentablement'' ... on peut tout encaisser non ?

Écrit par : A.P | 01/12/2015

Je n'en suis pas certaine ... pour le vieux monsieur qui est bien celui auquel tu penses, et le trou du cul des vaches "rentables" me donne le goût d'un certaine sadisme ...
Dommage pour ta vieille dame à toi ... tu as pensé aux livres audio ? elle qui qui aime tant lire, ce serait plus facile pour les pavés.
NB : où est passé ce fichu portable !?

Écrit par : Athalie | 02/12/2015

Je partage ton avis sur le livre d'Emmanuel Carrère. Malgré les longueurs et un sujet en apparence austère, l'auteur arrive à nous emmener au plus profond de l'histoire. Le fait de mêler sa vie personnelle et la période actuelle suffit à apporter la légèreté qui nous conquiert définitivement et nous amène à la fin de ce livre, que je conseille.

Écrit par : Harry | 09/12/2015

Oui, le mélange est le bienvenu, il allège les quelques longueurs. Je crois que c'est pourtant ce qui lui avait été reproché ...

Écrit par : Athalie | 13/12/2015

Les commentaires sont fermés.