Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2015

La condition pavillonaire, Sophie Divry, ou le livre qu'il ne faut pas lire si vous avez des bouffées de chaleur, mais j'avais prévenu.

la condition pavillionaire,sophie divry,romans,romans françaisEn plus, de tout ce que j'ai dit précédemment, j'avoue que j'ai sursauté lorsque j'ai lu la première scène : une vieille femme dans sa cuisine, se tient les mains posées sur une nappe cirée et écoute le ronronnement de son frigidaire. Le regard s'y promène sur les magnets moches qui tiennent des cartes postales ringardes. Du coup, j'ai regardé mon frigidaire, à moi, avec mes magnets nulles, à moi. Coup de bol, il n'y a pas de cartes postales. En plus, l'auteure me tutoyant, je me suis sentie coupable de crime de banalité. Après un sursaut de fierté, je me suis résignée, d'abord, je n'ai pas de toile cirée, ensuite mes magnets, ce sont des œuvres d'art du kitsch ... C'est EXPRES qu'ils sont moches !

Deuxième sursaut, la vieille dame est désignée par deux initiales, M.A. Me dire que j'allais voir mon  Emma que j'aime d'amour pour toujours, reconvertie en une sorte de Marie Laure, j'en ai fermé le bouquin. Les magnets passent encore, mais qu'on me vautre Emma dans une cuisine en formica, pas question.

Et puis, j'y suis revenue. Et l'ai entamé ( et terminé !) le récit de cette vie plate comme les discussions de Charles et les trottoirs de Flaubert. Le récit d'un circuit ordinaire d'une vie qui commence entre papa, garagiste, et maman, qui met une blouse pour équeuter les haricots. C'est dire le côté bandant du truc. M.A. est leur espoir, ils la dorlotent, ils n'en ont fait qu'une ( c'est dire aussi le côté bandant du truc, Jérôme, tu arrêtes les "mardi c'est permis" avec ce bouquin, je te le jure, ou alors faut être pervers .... ) pour pouvoir lui "donner de quoi", de quoi faire des études, de quoi monter un peu plus haut qu'eux.. M.A. les aime, puis adolescente, se rebelle,  tout en suivant le chemin tracé et en rêvant d'un avenir moins confiné, en cinémascope, avec prince charmant et cocotiers. M.A a des rêves en kit préfabriqué dans le pavillon étroit de sa condition.

Étudiante, elle "profite" de cette parenthèse, l'aboutissement de ses rêves, se donne à un amant espagnol, puis, tombe amoureuse d'un comme elle, finalement, et se marie avec lui, ils vont réaliser leurs ambitions, faire des enfants et les élever dans une maison à eux, lassitude, routine, les repas entre amis, le mari qui rentre de son travail, tard, fatigué ...M.A. prend un amant, tente le yoga à la place quand il l'a laissée tomber pour sa femme et son plan de carrière, se tape une dépression puis vieillie, abandonne, et la voilà dans sa cuisine, avec sa toile cirée et son frigidaire. Toujours sa vie aura eu le goût du vécu par avance, toujours un passage pour un après qui serait meilleur que le présent, et puis, l'après, ben c'est pareil et puis après, y'en a plus d'après. C'est trop tard.

Déprimant ? oui, un peu quand même si on se laisse prendre au je du "Tu" et de l'identification qu'il permet, Caricatural ? oui, un peu quand même, tant est droite cette ligne droite qui se mord la queue en un cycle final. M.A. est un poil trop lisse, un poil trop programmée pour une démonstration critique taillée à sa mesure. Les scènes se succèdent comme le temps passe, à la vitesse des appareils électro ménager qui se substituent les uns aux autres, de la première T.V. couleur à l'écran plasma plat.

Un roman fort bien écrit par ailleurs, que j'ai eu fort peu de plaisir à lire, il colle un peu au fond de la casserole et peut même coller le bourdon.

PS : Jérôme ? T'es toujours là ?

 

Commentaires

C'est EXPRES qu'ils sont moches.... J'adore! Eclats de rires garantis...

Écrit par : Valérie | 16/12/2015

Ben ouais, c'est EXPRES ! Ceci dit, ils sont vraiment moches ! Ce qui qui fait que je les ai regardé d'un œil torve au début du bouquin, parce que je me disais, mis à part moi, qui sait que sait exprès ? Un abîme s'est ouvert devant moi ! Tu me diras, il n'y a aussi que moi qui les voit, finalement ... Mes magnets.
Pour le livre, c'est une autre histoire !

Écrit par : Athalie | 18/12/2015

Ce roman a suscité beaucoup de commentaires enthousiastes à sa sortie... ça ne me tentait pas plus que ça, j'ai attendu le roman suivant de Sophie Divry, et je l'ai trouvé plutôt sympa (Quand le diable sortit de la salle de bains)... Bref, toujours pas tentée par cette M.A. des pavillons...

Écrit par : Kathel | 17/12/2015

En fait, je voulais acheter le dernier, dont j'ai lu le plus grand bien, et puis comme je suis versatile comme fille, j'ai acheté celui-là à la place. Je ne suis du coup pas certaine de poursuivre, parce que si la Sophie, elle me fait sortir Emma de la salle bain en peignoir effiloché rose bonbon, je suis contre. DEFINITEMENT.

Écrit par : Athalie | 18/12/2015

De quoi flanquer le bourdon, oui. On attend l'avis de Jérôme.

Écrit par : keisha | 17/12/2015

On l'attend, si cela se trouve, il va fuir le bougre ! Moi qui ai retroussé ma note pour lui ! Quelle ingratitude !
En plus d'un bourdon, en voilà deux, Jérôme ne s’intéresse pas à mes lectures PFOUFFF

Écrit par : Athalie | 18/12/2015

Pas sûre que je lise ce roman mais je me suis bidonnée à lire ton billet, fort bien troussé d'ailleurs. Bravo ! ;-)

Écrit par : Noukette | 17/12/2015

Merci pour le compliment ! Pour le roman, franchement, je n'insiste pas, le lire a quand même un petit côté maso ...

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

En plus de bien écrire, tu me fais rire !
Mais que reste-t-il donc aux autres ?... ;)

Écrit par : manU | 17/12/2015

Merci, c'est gentil ! Je ne vois pas trop qui sont les "autres" dont tu parles, mais je prends même le compliment ....

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

alors il vaut le coup? J'avoue que j'hésitais...

Écrit par : Une Comète | 17/12/2015

Ben à vrai dire, j'hésite aussi à le recommander, il est très bien écrit, avec des pages sur la routine qui sont vraiment justes, le problème est sans doute là, pour moi, en tout cas, on n'a pas toujours envie de retrouver son quotidien, en pire, dans un roman. A voir si tu a envie de t'immerger dans cette ambiance ...

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

Mouais ... Déjà que j'étais dubitative, le "que j'ai eu fort peu de plaisir à lire" me conforte dans mon a priori négatif. En plus, maintenant que tu m'en as fait un résumé, je n'ai même plus besoin de le lire :) !

Écrit par : Brize | 17/12/2015

Euh, mon résumé est très résumé, quand même, il a y beaucoup d'autres éléments mais le but de l'auteur étant, je pense, de nous faire partager une sorte de routine désespérante et vaine, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle y arrive très (trop ?) bien ....

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

Mer... on me l'a prêté la semaine dernière !

Écrit par : ingannmic | 17/12/2015

A voir si tu remplis ou pas les conditions de "non-lecture", ci avant publiées ... Maintenant, je peux me gourer complètement, le tutoiement invitant à l'identification de sa lectrice, à mon humble avis, faut être balèze pour se détacher du personnage. En même temps, M.A. n'est pas très attachante, pas comme la vraie.

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

Le voilà rhabillé pour l'hiver, ce roman. Son dernier me tente bien, à voir.

Écrit par : Paméla Gourde | 17/12/2015

Oui, le dernier a l'air beaucoup plus drôle, il y a des avis positifs, notamment chez Jérôme. L'auteure, visiblement, a plusieurs facettes !

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

je souriais et puis j'ai carrément pouffé à cette phrase
"Le récit d'un circuit ordinaire d'une vie qui commence entre papa, garagiste, et maman, qui met une blouse pour équeuter les haricots. C'est dire le côté bandant du truc"
c'est la blouse qui m'a fait rire

je garde souvent tes billets pour les lire tranquillement tellement je les aime tes billets....

Écrit par : luocine | 18/12/2015

Oh !!!! que c'est gentil de me dire cela !!!! Vraiment merci ! Comme je suis lente du billet, me dire qu'ils sont parfois relus me fait super chaud au cœur !
Pour la blouse, moi aussi, ça m'a fait rire dans le bouquin, mais je pense que n'est pas l'effet recherché ! C'est une lecture qui m'a mise en porte à faux, ainsi, à plusieurs reprises, tu te retrouves à rigoler d'un détail qui vise l'effet inverse, sans doute ...

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

Je suis là, oui, tu ne m'as même pas perdu en route. J'ai aimé son dernier mais ce n'est pas pour autant que je lirai celui-là. Et puis j'ai pas envie d'arrêter "Les mardis c'est permis" moi !

Écrit par : jerome | 19/12/2015

Ouf ! Je me disais que j'aurais vraiment l'air tarte si tu ne passais pas mettre ton grain de sel ... Comme tu avais l'air tenté par mon avertissement précédent, je voulais quand même te mettre en garde !
J'ai lu ton article sur le dernier livre de cette auteure, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai acheté celui-ci, parce qu'il était en poche, tout simplement. Les deux textes semblant être d'une tonalité complètement différentes, je me laisserai sans doute aller à la curiosité, dans quelques temps ....

Écrit par : Athalie | 19/12/2015

...mais qu'est ce que tu as contre les MarieLaure au juste ?!? En serais tu une TOI AUSSI ? Re mdr !

Écrit par : Mior | 03/01/2016

On a tous quelque chose de Marie Laure en nous, non ? Moi, c'est les magnets !

Écrit par : Athalie | 03/01/2016

...mais qu'est ce que tu as contre les MarieLaure au juste ?!? En serais tu une TOI AUSSI ? Re mdr !

Écrit par : Mior | 03/01/2016

En plus, je me rends compte que j'ai écrit Marie Laure alors que l'héroîne, se prénomme M.A.; ce qui devrait donner plutôt Marie Agnès ? Marie Anne ? Je me suis encore embrouillée quelque part !

Écrit par : Athalie | 03/01/2016

...mais qu'est ce que tu as contre les MarieLaure au juste ?!? En serais tu une TOI AUSSI ? Re mdr !

Écrit par : Mior | 03/01/2016

Et je n'ai rien contre les prénoms composés, sauf que celui-ci, il touche à Emma, et là, j'aime pas qu'on me la réduise (même si, aveu confidentiel (mais personne ne lit les réponses sur ce blog)), je rêverai d'un magnet avec la tête d'Emma dessus, j'ai déjà la Joconde ...

Écrit par : Athalie | 03/01/2016

Oups

Écrit par : Mior | 03/01/2016

Pas grave, ça fait peut-être monter les statistiques ?

Écrit par : Athalie | 03/01/2016

Je l'ai lu et j'ai aimé ( pourtant je ne suis pas maso) car elle décrit très bien les femmes passives et surtout cette sorte de formatage qui peut exister dan la vie de certaines femmes.

Écrit par : claraclara | 08/01/2016

Je n'ai pas retrouvé ton billet sur ton blog ... Peut-être que tu n'en pas rédigé ? Quand tu aimes un titre, en général, ça se diffuse rapidement ... Là oui je suis d'accord avec toi, c'est qu'elle décrit très bien cette passivité et ce formatage, peut-être trop bien, d'ailleurs. Je veux dire que du coup, cette route trop bien tracée a quelque chose d'artificiel et de construit. Tout va dans le même sens, ce qui montre la cohérence du projet de l'auteur, tu me diras ... J'ai quand même eu un peu envie de lui tordre le cou à M.A., qui n'a pas un Flaubert pour le faire, sur ce coup là ... J'ai manqué de distance, voilà !

Écrit par : Athalie | 09/01/2016

Si, il est là : http://claraetlesmots.blogspot.fr/2014/10/sophie-divry-la-condition-pavillonnaire.html.

Je comprends ton avis et dans la vraie vie, j'ai tenté de secouer une personnes ( en vain) qui reproduisait ce que sa mère avait connu ( d'où le terme de formatage). Et c'est terriblement horripilant pour l'entourage de subir la passivité ( surtout quand c'est ta propre mère!) .

Écrit par : claraclara | 09/01/2016

Heureusement, dans la vraie vie, on n'est pas autant contraint au silence, on peut secouer ! Dommage quand cela ne marche pas, quand même ....

Écrit par : Athalie | 10/01/2016

Les commentaires sont fermés.