Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2016

Cherche jeune fille à croquer, Françoise Guérin

cherche jeune fille à croquer,françoise guérin,romans,romans policiers,romans françaisLe commandant Lanester a pris un choc dans l'enquête précédente. Comme je ne l'ai pas lue, je n'étais pas au courant, ce qui n'est pas très grave. Mais le choc semble avoir été rude, psychologiquement lourd. Ce qui est quand même problématique pour qui doit diriger (normalement) une équipe de criminologie analytique. Lanester est un profileur, mais à prononcer à la française. D'ailleurs, rien que son nom lui évite tout amalgame avec une quelconque série américaine. Je le précise pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas la ville de Lanester, une banlieue dortoir ex-ouvrière jouxtant Lorient, à l'architecture stalinienne qui vous ferait vous retourner même Lénine dans son mausolée, si on l'avait baladé le long de l'avenue qui y porte son nom.

Lanester, donc, se recherche un regain d'enthousiasme pour son métier, dont il a un peu peur que les rênes lui échappent, un regain d'autorité sur son équipe qui a pris une nette tendance à l'autonomie, un regain d'envie d'histoire d'amour avec l'infirmière psy qui soigne son petit frère interné pour cause de silence obstiné dans ses scarifications. En arrière-plan, un père violent, ex-flic qui aurait mal tourné ....

Dit comme cela, on pourrait le croire glauque, ce personnage, mais non, même pas, il est même assez attachant, le profileur abimé comme il faut aux entournures de l'âme. Du coup, lorsqu'on lui colle une enquête sur d'autres abimés de la tête et du corps, cela paraît coller de source. Des jeunes filles ont disparu, toutes anorexiques, toutes soignées dans le même hôpital spécialisé, toutes de la même région, la vallée du Mont Blanc, toutes au stade quasi terminal de la maladie, toutes volatilisées sans témoins,  sans intervalles réguliers ou irréguliers, sans véritables connexions entre elles, avec pour seul fil rouge le rêve de chacune de se laisser mourir en paix.

L'équipe de Lanester s'installe, une collaboration quasi sans faille avec la police locale ne donne presque rien de nouveau, notre enquêteur piétine, profile à tâtons, se fourvoie dans ses méandres intérieurs, l'équipe se charge de mettre un peu de mouvements d'âmes dans cette enquête qui se sait pas où elle va, le temps que le lecteur soit bien ferré aux personnages, soit bien entré dans l'univers de la maladie, des soignants et des soignées ingérables, cloisonnées dans leur toute puissance suicidaire.

Et puis, une fois que vous êtes bien installé, peinard dans la multitude des pistes et des indices qui se croisent et font du surplace, l'auteure balance les grands moyens, et là faut s'accrocher dans le slalom, parce que dans le genre pistes tordues, on en avale des rouges et des noires tout schuss et sans remonte pente. On finit un peu décoiffé par l'improbable tournant pris à vitesse grand V.

A lire sans se poser trop de questions non plus ....

 

 

 

Commentaires

Je retrouve toujours avec plaisir Lanester et son équipe !

Écrit par : Kathel | 28/03/2016

Je les ai découvert avec plaisir également, ce qui fait que je les retrouverai sûrement !

Écrit par : Athalie | 30/03/2016

Oh je n'ai jamais lu cette série ! par quoi commencer ? ça vaut le coup ?

Écrit par : hélène | 28/03/2016

Ben, j'ai commencé par le deuxième de la série (je ne savais pas que c'était le deuxième ni que c'était une série), ce qui fait que j'aurais tendance à dire que ce n'est pas grave. Mais à refaire, je commencerai par le premier, dont je ne connais pas le titre, pour l'instant.
Est-ce que cela vaut le coup ? Ben, c'est une lecture sympathique, je dirais, les personnages sont bien campés, surtout le Lanester (malgré son nom que je n'arrive à lui coller à la peau !). Rien de révolutionnaire, mais un bon moment de détente polar.

Écrit par : Athalie | 30/03/2016

J'ai lu ce deux sans avoir lu le un, ce n'était pas grave!

Écrit par : keisha | 28/03/2016

C'est sans doute chez toi que je l'ai vu, alors, j'avais juste noté le titre sans la référence du blog ... Et je suis d'accord, ce n'est pas gênant. Tu as lu la suite depuis ? Cela vaut la peine de continuer ?

Écrit par : Athalie | 30/03/2016

Ahah il m'a bien fait rire ton billet. Je l'ai lu à sa sortie mais je l'ai trouvé assez honorable ce policier finalement (le roman et le personnage). ET l'auteure est très sympa en plus.

Écrit par : monpetitchapitre | 29/03/2016

Oui, c'est cela, honorable, j'aime bien le personnage de l'enquêteur, un peu bancal mais pas trop, avec un faux air d'Adamsberg, même si il n'atteint pas son degré de " Ouest attitude" ...

Écrit par : Athalie | 30/03/2016

J'ai de moins bonnes expériences avec les romans policiers français. Pas tentée...

Écrit par : maggie | 30/03/2016

Il n'est pas indispensable non plus, mais dans le polar français, il y a quelques auteurs intéressants quand même, je trouve dans le plus "noir" et le plus social que celui-ci ... Dessaint, par exemple, mais bon, il faut aimer ce genre, plus rude, c'est certain !

Écrit par : Athalie | 31/03/2016

c'est certain qu'il y a quelques petites choses improbables mais j'avais marché à sa lecture et puis c'est détendant c'est ce que j'attend d'un polar

Écrit par : Dominique | 31/03/2016

Comme celui que j'ai noté chez toi aujourd'hui ... Moi aussi j'ai marché, tranquillou, jusqu'à la fin, qui tient à peine debout, mais tant pis !

Écrit par : Athalie | 31/03/2016

Suis tout à fait d'accord avec toi concernant l'architecture de Lanester... et pas trop tentée par ce polar (j'en lis peu en ce moment...).

Écrit par : Margotte | 04/04/2016

Et je pense que nous sommes assez peu à connaître cette architecture quelque "typique", bon, il n'a pas de quoi s'en glorifier quand même .... Moi aussi, j'ai des périodes où le polar ne me tente guère, et pour celui-ci, même s'il est plutôt sympa, le gars, on n'est pas non plus dans l'indispensable !

Écrit par : Athalie | 05/04/2016

Les commentaires sont fermés.