Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

Les impliqués, Zygmunt Miloszewski

les impliqués,romans,romans policiers,romans pologneVarsovie, 2005, et c'est presque un autre monde qui s'ouvre avec ce polar où c'est un procureur qui mène l'enquête. Ce procureur , Teodore Szacki, a bien des soucis. Sa vie l'ennuie. Incolore, elle tend à se confondre avec la banalité déteinte des tee-shirt que porte sa femme, Wéronica, quand il rentre le soir dans son appartement étriqué où elle a déjà couché sa fille, Héla, alors que lui, il a encore oublié d'acheter le beurre, ou autre bouquet de fleurs qui pourrait ranimer un peu la flamme. En lassitude, il se concentre sur l'écran de son jeu vidéo. Ce qui, évidemment, en terme de réanimation, ne fait pas progresser les élans affectueux. Bref, Szacki a besoin de changement.

Henry Telak aussi, sans doute, voulait changer quelque chose dans sa vie, sortir d'une dépression que l'on apprendra être chronique, ce pourquoi il s'était inscrit à un séminaire en vase clos de cinq patients du docteur Rudzki, spécialiste d'une nouvelle méthode de psychothérapie de groupe, "la constellation familiale". La singularité de cette immersion est de permettre de mettre en place un système de jeu de rôle où les patients, à tour de rôle, incarnent une figure de de l'histoire personnelle de chacun. ça secoue l’inconscient et Henryk a été le premier à passer à la moulinette. Au matin, ses partenaires le retrouvent embroché de l’œil droit par une incontestable broche à rôtir.

L'arme du crime est d'ailleurs a peu près le seul élément incontestable de l'enquête. Un huis clos parfait, aucun lien ne semble exister entre les différents patients, Barbara Jarcky, Kwiatkowska, Kaim, mis à part leur nom imprononçables en français, mais cela ne compte pas pour un procureur polonais. Szacki fouille dans leur passé, tire des fils un peu dans tous les sens;  le fil du passé trouble, puis, le passé politico économique, l'arrière fond du Varsovie de 2005 qui transpire toujours un peu du dessous, enfin, le fil plus intime d'une famille marquée par les pertes et une infinie tristesse du manque d'amour ... L'enquête balbutie en butte aux méandres d'une administration qui n'en finit pas de lanterner et de compliquer les tâches policières les plus simples.

Pendant que les pistes s'étiolent et que sont décrits longuement les conséquences et présupposés de la "constellation familiale" , notre procureur tergiverse, englué dans les affres du désir d'un renouveau amoureux. Cèdera-t-il, ou pas, aux sirènes érotiques de la jeune et séduisante journaliste, Monika, qui lui fait sacrément envie, une sorte de chou à la crème versus la tarte du quotidien.

Des inserts informatifs s'intercalent dans la narration, énumérant les actualités banales du pays; défaites de l'équipe de foot, activités culturelles, manifestations diverses, qui sont censées faire contrepoids et ramener à la surface une forme de déni politique du passé, là aussi, refoulé et mis sous cape, comme l'inconscient des patients de la "constellation familiale", mais à la dimension de la constellation du pays. En prime, on a droit au bulletin météo du jour.

Une lecture qui m'a un peu perdue en route, malgré mon intérêt croissant pour la libido du procureur. Mais je pense que ce n'était pas le but ....

 

 

Commentaires

le second opus est plus intéressant et moins confus que celui-là ! Mais son titre m'échappe ... en tout cas c'est vers les heures les plus sombres de la Pologne (donc l'histoire des juifs et des pogroms et des superstitions et de la haine ...) que nous entraine ce sympathique auteur (intervention très fraîche et drôle à Étonnants voyageurs)
Je recommande Le chant de la Tammassee pour les afficionados de Ron Rash, chant funèbre et inquiétant évidemment mais pas seulement !

Écrit par : A.P | 13/02/2016

Confus est le mot juste, ma belle ! décidément, c'est toi qui devrait écrire en ces pages ^-^. mais pourquoi n'y ai-je pas pensé au lieu d'en écrire des tonnes ! Aucun souvenir de cet auteur à étonnants voyageurs en plus ... j'étais où ? Pourquoi on ne m'a rien dit ? Il ne manquerait plus que tu ne me garde pas au chaud le dernier Ron Rash ... Bonne soirée !

Écrit par : Athalie | 14/02/2016

Même commentaire : le second de l'auteur (avec le même procureur) est vraiment excellent !!

Oui, à Etonnants voyageurs, on lui a demandé si les Polonais n'étaient pas mécontents de la manière très sombre dont il décrivait la vie là-bas. Et il a répondu que non, ils étaient habitués à cette vie et que pour eux la description correspondait bien :-)

Écrit par : cathe | 13/02/2016

Et voilà, encore un truc que j'ai loupé à Étonnants voyageurs ! Cette année, je serai beaucoup plus vigilante, mais comme d'hab, toujours pas assez pour ne rien louper !
ceci dit, j'ai fait un vague tour en Pologne, il y a quelques années, et le peu, très peu que j'en ai vu m'a suffit pour comprendre, sentir, je ne ne sais pas trop, que la tristesse était de ce monde là, mais pas la résilience, ni la reconnaissance de la culpabilité. Je me répète, mais j'ai vu, de mes yeux vu une famille polonaise qui habitait la maison de Hesse, sur le camp de Auschwitz I et faisait pousser des fleurs dans le jardin !

Écrit par : Athalie | 14/02/2016

Un peu zarbi en effet la constellation familiale, mais lis le second si l'histoire de la Pologne t'intéresse, et même si pas !

Écrit par : Sandrine | 13/02/2016

Ce n'est pas l'histoire de la Pologne qui m’intéresse vraiment, mais comme je le disais précédemment l'histoire d'un oubli collectif et voulu, et insupportable. A Cracovie, sur la place de l'ancien ghetto, il y a des chaises vides ... Une dizaine de chaises vides ... Rien qui mentionne la responsabilité du peuple polonais, rien qui ne demande, en tant soit peu, pardon ... je lirai donc ce deuxième tome, en espérant que les fantômes du repentir chatouillent encore un peu les remords des vivants !

Écrit par : Athalie | 14/02/2016

Ta conclusion m'a fait rire !

Écrit par : Brize | 13/02/2016

Le pire, c'est que c'est vrai !

Écrit par : Athalie | 15/02/2016

Je me souviens surtout de la constellation familiale, pas du tout de la résolution de l'enquête... Je lirai le second si l'occasion se présente, mais ce n'est pas une priorité ! ;-)

Écrit par : Kathel | 14/02/2016

A vrai dire, je ne me souviens plus très bien non plus de comment on arrive au coupable ... Juste que ça va hyper vite sur la fin, alors que les explications sur la fameuse constellation familiale sont redondantes. Je note aussi le second, vu les commentaires précédents, mais, comme toi, à l'occasion ...

Écrit par : Athalie | 15/02/2016

Juste pour te dire que j'ai emprunté Envoyée spéciale de notre Echenoz national, que je suis en train de le lire et je me régale et que si une LC avec moi te dit (parce que j n'ai pas vu de publi de billet chez toi sur ce roman), alors j'en serai ravie ! Bises

Écrit par : Philisine Cave | 14/02/2016

Non, je n'ai rien publié encore car je me le garde sous le coude pour me régaler tranquillou. Lecture prévue cette semaine, vu que je pars quelques jours loin de mes obligations quotidiennes et donc avec l'Echenoz dans le sac. On peut voir pour une date de publication commune, ce serait avec grand plaisir !

Écrit par : Athalie | 15/02/2016

je l'avais aimé mais j'ai de loin préféré le second : un fond de vérité

Écrit par : Dominique | 14/02/2016

Le second semble avoir beaucoup plu effectivement, alors sans doute que j'y reviendrais à ce procureur polonais !

Écrit par : Athalie | 15/02/2016

une fois n'est pas coutume je réserve ma découverte de cet auteur pour son deuxième tome en suivant les réactions des commentaires.

Écrit par : luocine | 14/02/2016

Oui, visiblement, ce premier ne parait pas indispensable ... Mais tu ne mets au romans policiers, on dirait !

Écrit par : Athalie | 15/02/2016

Coucou, comme je n'ai pas ton email, je poste sur ton blog !!! Donc je te propose comme Echenoz-date le 27 février ? Pourquoi le 27 : parce que c'est la date d'anniversaire de deux personnes proches de mon cœur !!!! Dis-moi ce que tu en penses en répondant à ce message : si tu préfères une autre date, je te suis les yeux fermés !!!! (enfin, ouverts pour la lecture, quand même). Bises

Écrit par : Philisine Cave | 15/02/2016

Tu fais bien de mettre sur le blog, l'adresse mail qui y est rattachée, je la fréquente assez peu, en fait ! Le 27, c'est bon pour moi à-priori, je pars demain avec mon Echenoz ( et quelques autres) sous le bras jusque samedi, il sera largement lu d'ici là ! Contente faire une LC avec toi ! je crois que ce sera notre première, non ?

Écrit par : Athalie | 15/02/2016

oui, la prem's et forcément la meilleure !!!!!!

Écrit par : Philisine Cave | 15/02/2016

Bernhard se joint à nous :voici le lien vers son blog pour la LC échenozienne !
https://lorenztradfin.wordpress.com/ bisous

Écrit par : Philisine Cave | 18/02/2016

Parfait ! Ce qui en plus me permet de découvrir un blog que je ne connaissais pas !

Écrit par : Athalie | 19/02/2016

Je n'avais pas vraiment accroché non plus et je ne me souviens même pas de la libido du procureur.

Écrit par : Valérie | 21/02/2016

Bonjour Athalie, je me sens moins seule après avoir lu tant de louanges sur ce roman que j'ai lu et qui m'a passablement ennuyée et en effet, je l'ai trouvé confus. Je note éventuellement le suivant mais pas pour tout de suite. Bonne après-midi.

Écrit par : dasola | 23/02/2016

Les commentaires sont fermés.