Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2016

Une ardente patience, Antonio Skarmeta

une ardente patience,skarmeta,romans,romans chiliensJuste avant l'arrivée de Salvatore Allende au pouvoir, Néruda réside sur l'île noire, une île où le vent de la révolution ne souffle pas encore, où les pêcheurs sont pêcheurs de pères en fils et miséreux pareils. Le grand homme s'est retiré, drapé dans sa tranquillité, solitaire et semble-t-il, heureux de l'être. C'est sans compter sur Mario Jimenez qui va se découvrir une vocation, celle d'être son facteur. Il n'a que lui comme client et va s'y attacher au delà de ce que le poète pouvait craindre. Tous les jours, Mario amène le courrier et s’incruste de plus en plus derrière la porte. C'est qu'il a découvert la métaphore ...

Et cette quête de la métaphore le mènera droit à la découverte de son utilité. Tombé en pâmoison devant la fille de l'aubergiste, la plantureuse Béatriz, Mario peine à trouver le chemin de son cœur, jusqu'au moment où, l'usage de la métaphore ( et un petit coup de main un peu forcé, du Néruda), lui ouvre son royaume charnel ... Néruda pourrait alors retourner vaquer à une occupation plus poétique des mots, si le vent de l'histoire du Chili ne l'avait entrainé loin de son île. Mario y entretiendra toutes les flammes du souvenir en attendant le retour de son mentor involontaire, devenue idole de l'amitié fascinée du jeune homme candide. Il soigne ses trophées, une dédicace, une lettre, un post scriptum, comme d'autres briquent des trésors mythiques. Et le poète le lui rendra bien ...

Un livre si drôle, si tendre que je me demande bien comment il a pu donner lieu à un film, "Le facteur", dont le seul souvenir que je garde est celui de m' être endormie devant. Mais c'était il y a si longtemps, que j'ai pu oublier que ce même jour j'avais couru un marathon (mais comme je n'ai jamais couru de marathon, je reste à peu sûre de moi ...). Et dire qu'à cause de ce souvenir, j'aurais pu passer à côté de ce petit régal.

 

Commentaires

Ce dont je me souviens parfaitement, c'est que Philippe Noiret y est doublé en italien : atroce ! L'action est transposée dans l'Italie des années 50 et on la voit vraiment beaucoup, ça remplit...
Le livre est une réussite, l'avant dictature, la poésie, l'amitié...

Écrit par : Sandrine | 31/03/2016

Cette transposition en Italie, le doublage, maintenant cela me dit quelque chose ... Evidemment, évacuer le Chili, cela fait perdre beaucoup de sens à l'histoire ! Le livre est très touchant par contre, l'amitié pas mièvre, l'amour très sensuel et le personnage de Mario a tout d'un aussi grand que celui de Néruda, voire plus ...

Écrit par : Athalie | 02/04/2016

J'ai adoré ce bouquin ! Je ne me souviens plus du film..

Écrit par : Hélène | 01/04/2016

Je m'en souviens très peu, je le mentionne car, quand on m'a prêté ce livre, je me suis dit que je ne le lirai jamais, mais par curiosité, j'ai finalement mis le nez dedans et bien m'en a pris !

Écrit par : Athalie | 02/04/2016

le film avait un peu occulté le livre mais c'est un roman délicieux dont je garde un excellent souvenir

Écrit par : Dominique | 01/04/2016

Un roman délicieux qui aurait mérité d'occulter le film ! En tout cas, pour moi, c'est chose faite !

Écrit par : Athalie | 02/04/2016

encore une foisun livre délicieux qui a fait le bonheur de tant de lecteurs a donné lieu à un film tout à fait quelconque..

Écrit par : luocine | 03/04/2016

Un livre tout à fait délicieux, pour le film, Sandrine donne peut-être en commentaire l'explication du quelconque, enlever le Chili et son contexte politique ne pouvait qu'enlever de la force à l'histoire, je pense notamment à la fin.

Écrit par : Athalie | 05/04/2016

Les commentaires sont fermés.