Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2016

Délivrance, James Dickey

délivrance,james dickey,romans,romans américains,western et cie,déceptions"Tiens toi au canapé, vieille branche," me suis je dit en commençant la lecture de ce classique du nature writing de l'angoisse, "ça va tanguer de l'adrénaline, les boyaux vont se tordre aux tripes et tu vas encore finir ce soir en te tenant les branches de lunettes devant les yeux pour ne pas finir trop en vrac au fond de ton lit."

Et finalement, ben non, pas vraiment, en fait.
Mais, et j'en suis certaine, ce n'est pas de MA faute, c'est celle de Lewis ( d'ailleurs, je respecte ici parfaitement la logique de "c'est pas moi, c'est l'autre", du personnage) !  Lewis, c'est le meneur, le gos body boodybuldé qui roule de la mécanique, en entrainant ses trois camarades dans un discours débile sur le retour au vrai sauvage, celui qui remplace la flotte des verres de bière au fond du bar en vraie adrénaline qui coure dans les rapides, et tout le folklore viril qui va avec la plouquitude de celui qui a toujours raison face à ceux qui l'écoutent. Je crois qu'il a trop causé pour moi, et quand ladite aventure commence, il m'avait déjà saoulée.

Donc, l'aventure dans laquelle Lewis entraine ses trois copains, plus ou moins déjà vaincus par la platitude de la petite vie dans une bourgade de quelque part aux Etats Unis des bouseux, est de descendre en canoë une partie de la rivière sauvage qui coule pas loin et sur laquelle des promoteurs vont mettre la main pour en civiliser les abords. Selon lui,  il s'agit de vivre un moment sauvage entre hommes avec la bière et la guitare qui vont avec. Si les autres ne viennent pas, c'est qu'ils sont des couilles molles, en gros. Ce pourquoi, ils vont le suivre.

Moi, j'ai trouvé la motivation quelque peu légère, mais bon, vu que des couilles, je n'en ai pas, elles ne peuvent donc ni être molles ou dures, d'ailleurs, ce qui fait que ce genre d'argument à qui fera pipi le plus loin, me reste étranger ... Et c'est donc avec ce sentiment de ne pas être à ma place, que je les ai suivis dans une expédition fort mal embouchée, le Lewis conduisant comme un malpropre sans même savoir où se trouve exactement l'eau sauvage pour poser le canoë dessus.

En chemin, ils rencontrent des autochtones fort peu avenants et s'arrêtent pour un duo musical d'anthologie ( dans le film) et qui fonctionne aussi très bien avec les mots et sans les images, moment entre tension et vibrato qui enchaine sur la virée sauvage tant attendue, qui tourne au cauchemar, avant de se terminer en expédition à la Rambo. Lewis entre temps a fini par se taire, ce qui ne m'a pas empêché de finalement quand même rater mon rendez-vous avec une lecture, à laquelle, moi, je m'étais bien préparée, calée entre mes coussins et ma tasse de thé ...

Commentaires

Encore un livre qui ne me tente pas. Tu semble enchaîner les déceptions !

Écrit par : maggie | 21/04/2016

En fait, les notes sont publiées avec un petit décalage temporel ... Ce qui fait que je suis sortie de cette phase, et tant mieux. J'attendais pourtant beaucoup de ce livre, tant pis

Écrit par : Athalie | 21/04/2016

Coussins et tasse de thé, voilà l'erreur !! ^^
Plus sérieusement, je garde surtout de cette lecture, que j'ai pourtant aimée, une pénible sensation d'oppression...

Écrit par : manU | 21/04/2016

J'attaque toujours ma lecture avec un entrainement intensif aux tasses de thé et aux coussins, là, j'étais encore plus prête, et plouf ! Même pas oppressée, juste agacée par le Lewis et ses gros muscles et sa grande gueule !

Écrit par : Athalie | 21/04/2016

Ce morceau de musique est un peur chef d'oeuvre de cinéma . Le reste est assez éprouvant donc je ne le lirai pas, j'ai eu assez de mal avec le film!

Écrit par : luocine | 21/04/2016

Du film, je n'avais gardé que le souvenir de ce duo musical d'une tension telle que j'ai dû oublier tout le reste. En tout cas, je ne me souvenais pas que les personnages masculins étaient si simplistes. Je sais bien que c'est voulu, mais je n'ai pas été convaincue quand même.

Écrit par : Athalie | 21/04/2016

Je ne connais ni le film ni le livre (feuilleté en librairie;..) Les trucs à qui fait pipi le plus loin, ça me laisse de marbre, remarque;

Écrit par : keisha | 21/04/2016

Remarque aussi, c'est évidemment ma vision des choses, et ma façon d'en parler, je crois qu'il y a des expressions plus "fleuries" pour exprimer une critique dite "littéraire", même si je n'ai pas cette prétention ! J'avais juste vraiment envie de lire ce livre. ça n'a pas marché. Sandrine et Ingamnic en disent le plus grand bien, et comme ce sont un peu mes fournisseuses blogueuses, avec toi et toutes les autres en liste, je me disais que j'allais marcher, je suis peu déçue, comme quand tu as un rendez vous avec un cerf et que tu trouves un lapin.

Écrit par : Athalie | 21/04/2016

Ouais... dommage cette lecture en demi-teinte. J'ai trouvé que certaines scènes sont de véritables pièces d'anthologie. Et le film ne payait pas de mine...

Écrit par : Marie-Claude | 21/04/2016

Mon souvenir du film est très très vague ... Et ma lecture ne m'a pas donné l'envie de le revoir, sauf la scène du duo musical, qui est extraordinaire, pour les autres scènes, ma foi, aucune n'a vraiment retenu mon attention.

Écrit par : Athalie | 23/04/2016

Pour une fois que nous ne sommes pas d'accord... moi j'avais bien marché dans le côté aventurier bourrin mais écolo, un peu désuet, même, et comme Manu, en avais surtout gardé cette impression d'oppression.

Écrit par : ingannmic | 21/04/2016

Et oui, pour une fois, c'est vrai que c'est assez rare ! d'ailleurs c'est ta note et celle de Sandrine qui m'avaient fait penser que je ne pouvais qu'adorer ce roman. Le côté bourrin m'a surprise en fait, car du coup, je ne suis pas rentrée dans la logique des personnages "aventuriers", presque aussi pitoyables que les "agresseurs". Tant pis, à la prochaine lecture quand même !

Écrit par : Athalie | 23/04/2016

J'ai vu le film il y a fort longtemps et il m'avait beaucoup marqué. Pas envie de lire le roman mais ton billet est un régal ;)

Écrit par : jerome | 22/04/2016

c'est livre pourtant "couillu" ^-^! Merci du compliment ....

Écrit par : Athalie | 23/04/2016

Les commentaires sont fermés.