Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2016

Le chardonneret, Donna Tartt

le chardonneret,donna tartt,romans,romans américainsLe chardonneret est un tableau minuscule, peint par un illustre inconnu, Carel Fabritius, en 1654. Le chardonneret est aussi un pavé, écrit par une auteure à succès. Comment passe-t-on de 33, 5 cm de haut et de 22.8 cm de large, à 1100 pages ?

En créant un destin à un personnage.Théo Decker se retrouve en possession du tableau lors de dramatiques circonstances, possession illicite qui le mène, quatorze ans après à tenter de combler le vide du sens de ses vicissitudes, celles d'un imposteur tombé amoureux d'un oiseau peint et d'une petite fille, Pippa, qui sans cesse lui échappe alors qu'il pensait pouvoir la toucher, comme lui échappe le mystère des plumes de l'oiseau peint.

L'histoire de Pippa et Théo commence en même temps que celle de Théo et du chardonneret, dans le moment de l'explosion d'une bombe au milieu de l'exposition à New York des "Arts du portrait et nature morte : chef d’œuvres nordiques de l'âge d'or". Juste avant, il y a eu la mère de Théo qui a voulu jeter un dernier coup d'oeil à "La leçon d'anatomie", juste avant encore, il y a eu le trajet en taxi, si chaotique qu'ils se sont retrouvés à l'entrée du musée, au lieu d'aller où ils devaient aller, avant encore, il y a eu la bêtise de Théo qui fait qu'ils auraient dû aller directement à la convocation du directeur du collège, avant encore, il y a eu la pluie, et le portier de l'immeuble, Goldie, qui a justement arrêté du bras ce taxi là ... Ce jour-là, cette pluie-là, ce taxi là, ont mené Théo à cette petite fille là, celle qui tient à la main un étui de flûte traversière. dans le musée, elle est accompagnée de son grand-père, celui qui va mourir à côté de Théo, alors que le corps de sa mère sera loin de lui. En échange, il aura le chardonnet et les quatorze ans suivant pour continuer à survivre.

Voilà, c'est juste le début, et voilà juste ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman, cette imbrication des dominos, c'est drôlement bien ajusté, sans aucun faux plis mal seyants. C'est livre drôlement bien coupé, tout morceau sert à quelque chose, même le bras levé du portier du départ est une pièce qui trouve sa place, juste agencée à sa juste mesure.

La voie de Théo, pendant quatorze ans, prend un tour chaotique, un penchant à la chute qui est tracée d'avance, comme un cordeau, pour y imbriquer les excès d'une culpabilité qui le ronge et les meurtrissures de l'amour perdu d'avance entre le premier regard de Pippa et le dernier de sa mère. Drogues, cuites, les ors factices du ciel trop bleu de Los Angeles, les amitiés délinquantes, les coups de triches, les abus de confiance, les trahisons, et j'en passe ... sont les pièces qui se suivent et s'enchainent, seul reste le chardonneret, comme une porte vers un paradis moins artificiel.

C'est donc drôlement bien fichu, mais aussi, finalement, un peu creux, un peu long aussi, pour aboutir à une conversion mystique aux mystères de l'art et la prise de conscience que la vie est brève et qu'il serait mieux de la vivre avant de la perdre.

 

 

Commentaires

Je suis d'accord avec toi, j'ai adoré le début, qui a un côté Dickens et puis, paff, le soufflé est retombé.

Écrit par : Valérie | 24/04/2016

Et pourtant, c'est une auteure encensée par la critique, ce n'est pas, d'ailleurs, un mauvais livre, loin de là. J'aime bien ta comparaison avec Dickens, il y a vraiment quelque chose de cet ordre là, une observation à la loupe de détails, j'ai bien aimé cet aspect, ça fait comme pour la peinture, on regarde les plumes, et ça fait un oiseau ... Magique ! sauf que là c'est un peu long !

Écrit par : Athalie | 25/04/2016

Un peu long, un peu creux... c'est exactement ce que j'avais ressenti à la lecture du "Maître des illusions". Aussi, je n'ai jamais renouvelé l’expérience avec cette auteure.

Écrit par : ingannmic | 26/04/2016

Oui, c'est aussi un titre dont j'avais entendu le plus grand bien, mais tu vois, je crois que je ne renterai pas l'expérience avec cette auteure. Les pavés ne me gênent pas, mais il me faut quand même un peu plus de palpitant !

Écrit par : Athalie | 29/04/2016

j'en ai beaucoup entendu parler mais souvent ses longueurs sont pointées du doigt...

Écrit par : hélène | 26/04/2016

La construction est d'enfer ! mais il y a trop de trucs dedans, ça délaye la mayonnaise !

Écrit par : Athalie | 29/04/2016

plus de mille pages! et tu n'es pas plus enthousiaste que ça , je vais lâchement laisser passer ce titre , tant pis pour les quelques bons moments que je rate.

Écrit par : luocine | 27/04/2016

Voilà, quelques bons moments, le début surtout et parfois, des épisodes qui relancent bien, ce qui fait que tu arrives au bout, mais oui, bof quand même !

Écrit par : Athalie | 29/04/2016

il y a des longueurs, et son roman le maître des illusions aussi, mais j'aime beaucoup son style... Je ne trouve pas son discours creux par rapport à d'autres romans...

Écrit par : maggie | 27/04/2016

Oui, il y a un tour de main qui est bien fait, et pour le creux final, c'est vrai, j'exagère un peu .... Mais je n'étais pas mécontente d'en avoir terminé, d'où le côté "tout cela pour ça", que j'ai ressenti.

Écrit par : Athalie | 29/04/2016

"tout cela pour ça", je l'ai ressenti aussi. J'ai terminé de peine et de misère "Le chardonneret" et "Le maître des illusions". Pour moi, son chef-d'oeuvre demeure "Le petit copain", dont on ne parle presque jamais... et pourtant!

Écrit par : Marie-Claude | 01/05/2016

J'aime beaucoup l'expression "de peine et de misère", il va falloir que je la recase quand, comme pour ce livre, l'intérêt se fait languissant. "le petit copain" vaudrait donc son effort ? Pourquoi pas alors ....

Écrit par : Athalie | 02/05/2016

Je n'ai pas aimé le maître des illusions, redondant ennuyeux et traduit avec un manche à balai... Celui-là on me l'a gentiment prêté, je n'ai pas osé dire non, il est dans le tiroir de mon bureau ...

Écrit par : Une Comète | 02/05/2016

ça fait beaucoup pour un seul livre dis donc ! je ne dirais quand même pas cela de ce titre ! Mais ce qui m'intrigue, c'est qu'il me semblait avoir beaucoup de critiques positives sur ce chardonneret, malgré tout ! Je me demande bien où. Et je comprends pour le prêt, cela m'est déjà arrivé, le pire c'est quand tu dois rendre le bouquin, sans l'avoir lu ...
1 Tu dis que tu l'as lu et tu fonces vers la sortie
2. Tu trouves un excuse qui sonne forcément bidon ....
Bonne chance à toi !

Écrit par : Athalie | 02/05/2016

Les commentaires sont fermés.