Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2016

Le ravissement des innocents, Taiye Selasi

romans,le ravissement des innocents,taiye selasi,romans angleterre" Kweku meurt pieds nus un dimanche matin avant le lever du jour, ses pantoufles tels des chiens devant la porte de sa chambre", est la première phrase du roman. Kweku tombe d'un infarctus devant l'atrium de la nouvelle maison, celle qu'il a fait bâtir pour sa deuxième vie, son retour au Ghana. Après, il l'a trouvée trop vide, il y a alors installé une nouvelle épouse, mais pas d'enfants. Il a repris sa carrière de chirurgien réputé, et puis, ce matin-là, tout s'arrête sans réponse et l'atrium est la dernière chose qu'il verra.

Une mort soudaine qui laisse ses deux vies inachevées, la première a cassé, la seconde n'a rien reconstruit. Entre les deux, il y a un trou et du silence, beaucoup de silences. Les enfants de la première vie de l'autre côté du monde se partagent le choc, le père est mort, et il va falloir se retrouver, retrouver la mère et partir ensemble enterrer Kweku au Ghana, se confronter à ce nouveau père, celui de la deuxième vie, sans avoir compris l'ancien.

La première vie de Kweku, pourtant, s'annonçait plutôt bien, tout semblait devoir réussir à ce jeune étudiant en médecine parti aux USA avec au bras, Fola, sa superbe épouse, et dans ses mains de chirurgien un avenir radieux. Est né Olu, en premier, dont le prénom annonçait le bonheur, puis les jumeaux, puis Sadie, en entier, "Folasade", "la richesse me couronne". Entre les deux prénoms, cependant, l'avenir radieux a pris un coup dans l'aile, l'exil a marqué les parents. Se transmet aux enfants leurs silences et leurs deuils, jusqu'au plus assourdissant, le départ sans un mot de Kweku pour un retour solitaire dans un pays dont ils ne connaissent rien.

Le livre retrace leur parcours depuis l'annonce de la mort subite du père, l'onde de choc, pour remonter le temps, celui qui fut celui de l'admiration, du doute, du rejet, le temps de la défection de la mère, Fola, le temps du ressentiment et des failles, puis, peut-être, celui du presque pardon, ou du moins, celui de la connaissance, celle de ses origines, c'est déjà ça. Chacun des quatre s'est construit sur l'exil soudain de l'innocence de l'enfance et les promesses non tenues, des lézardes qui les grattent, chacun à leur façon. Et chacun de tenter face au silence de trouver un bout de réponse sur le sol du début et de la fin de l'histoire.

Un thème donc assez classique finalement, auquel la construction non linéaire du roman apporte quand même un certain souffle et un intérêt certain, et pourtant, il m'a manqué, je l'avoue, un je ne sais quoi de frisson pour les personnages ...

 

Commentaires

Tu as du courage de le finir ! Ca a l'air assez ennuyeux tout ça...

Écrit par : maggie | 18/06/2016

Ma note doit alors être de guinguois, car ce n'est pas un livre ennuyeux, les différentes trajectoires et sentiments des enfants sont même plutôt bien filés, les différentes facettes du père et l'énigme de son choix construisent un certain intérêt, mais je n'ai pas été vraiment convaincue, on va dire, malgré tout cela.

Écrit par : Athalie | 18/06/2016

Je n'ai pas eu l'énergie de continuer très loin...

Écrit par : keisha | 18/06/2016

Ah bon ? A ce point ? J'avoue que parfois, j'ai manqué un peu d'attention (l'épisode de l'exil des jumeaux, un peu too much ...), mais la fin est assez belle.

Écrit par : Athalie | 19/06/2016

Moi aussi, je l'ai abandonné en mi-parcours. Dommage, car ça se présentait bien. Manque de souffle? Manque de consistance? Ou c'est moi qui manquait simplement d'intérêt?

Écrit par : Marie-Claude | 18/06/2016

Un certain manque de souffle, je crois, il manque quelque chose pour relancer l'intérêt en cours de lecture, ça s'éparpille ...

Écrit par : Athalie | 19/06/2016

Je l'ai trouvé vraiment superbe, ce roman, j'avais, de plus, assisté à une conférence avec l'auteure alors que j'étais en cours de lecture, et elle était vraiment fascinante. Je suis contente que tu l'aies apprécié.

Écrit par : Kathel | 18/06/2016

Je l'avais entendue (et vue) à étonnants voyageurs, il est vrai que cette auteure a un charme certain ! Elle est assez atypique, je me suis de mandée d'ailleurs dans quelle mesure ce livre n'était pas inspiré de son parcours ?

Écrit par : Athalie | 19/06/2016

Je me demande si ce roman qui ne me tente pas trop , n'est pas de tout simplement trop honnête , il y a dans le déracinement un malaise que rien ne comble vraiment et qui ne s'explique pas . Est ce le sujet d'un roman? de ce roman?

Écrit par : luocine | 19/06/2016

Tu touches juste, je pense. C'est bien le sujet de ce premier roman et sûrement un sujet sensible pour l'auteure, du coup, effectivement, la bonne distance ne semble pas encore vraiment ajustée. En voulant éviter l'empathie avec les personnages, la construction narrative qui nous livre (presque) tous les points de vue, fait un peu "raide", "guindée".

Écrit par : Athalie | 21/06/2016

Oui, pour répondre à ta question, ce roman est inspiré de son parcours, sans être autobiographique... Les personnages sont inspirés de personnes qu'elle connaît ou a connu.

Écrit par : Kathel | 27/06/2016

Les commentaires sont fermés.