Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2016

Transumance annuelle

2153P1.jpgMon homme ayant trouvé que l'achat d'un coffre de toit était superfétatoire et disproportionné (GRRR ...), me voilà face à un choix cornélien face à ma pile, qui prendre, qui laisser, quitte à prendre le risque d'une longue attente ... Voire d'un oubli.

D'abord, je me suis dit, je vais prendre les plus anciens, les presque déjà oubliés, ceux pour lesquels l'envie s'est émoussée, à force d'être là, dans la pile. Mais justement, comme l'envie est émoussée, j'aurais eu l'impression de ne faire que mon devoir de rattrapage, alors, j'ai commencé à mixer, ce qui donne, plus ou moins par ordre d'ancienneté :

Warlock, Oakley Hall, à peu près un an et demi d'attente

Le mur invisible, à peu près un an,

Le pique nique des orphelins, Louise Erdrich, à peu près huit mois,

Puis, vient une partie de la dernière livraison d'étonnants voyageurs de cette année (oui, je sais j'en laisse sur l'étagère des livraisons antérieures, mais, je le rappelle, mon homme me refuse un coffre (une bibliothèque ?) de toit ...) :

Manuel d'exil, Velibor Colic

Souviens-toi de moi comme ça, Bret Anthony Johnston

L'authentique Pearline Portious, Kei Miller, et si vous êtes vraiment impatient de savoir de quoi il s'agit, en attendant de me lire, voici l'avis de Sandrine

Et de même pour Les bateaux ivres de Jean Pau Mari,

Et le dernier de la livraison malouine, Léonardo Padura, Passé imparfait.

L'ami prodigieuse d'Elena Ferrante, Confiteor de Jaume Cabré, et Mudwoman de Joyce Carol Oates n'attendent que depuis quinze jours, je sais, ce n'est pas juste pour les autres, mais là, j'ai trop envie (il va juste falloir que je m'empêche de commencer par eux, sinon, les plus anciens vont encore prendre un coup de vieux ...). J'ai donc rusé avec moi même en emportant deux pavés, un au début de la liste, et un autre à la fin, pour être certaine de participer au challenge de Brize.

Le pire, c'est qu'au dernier moment, je n'ai pas résisté à fourrer entre mes deux maillots de bain, Mémoire assassine de Thomas H. Cook (L'homme tournait le dos !)

 

 

 

Commentaires

Courage! On te soutient...

Écrit par : keisha | 29/07/2016

Je compatis... Personnellement je ne transige pas, j'embarque une tonne de livres et puis c'est tout. Mais comme j'en laisse une bonne partie sur place, je suis (en théorie...) plus légère au retour ;-)
(Quelle chance d'avoir encore à découvrir Confiteor...

Écrit par : Noukette | 29/07/2016

Étant célibataire, cela me laisse une place de libre dans la voiture! Je m'épargne les négociations!

Écrit par : Marie-Claude | 09/08/2016

Tu as raison ! Cet été j'ai lu les 4 livres que j'avais emportés et j'ai dit me rabattre sur un de mon mari !!! (qui lui-même a lu un des miens...). Dur dur les vacances pour les grandes lectrices ;-)

Écrit par : cathe | 09/08/2016

Pas de coffre de toit ?!!! Non mais là , c'est juste pas possible ;) !
(heureusement, tu as pris 2 pavés !)

Écrit par : Brize | 09/08/2016

J'adore le principe de ruser avec soi-même (dont je suis aussi adepte).

Écrit par : Valérie | 14/08/2016

Thomas H. Cook = bonne pioche ;-)

Écrit par : lewerentz | 15/08/2016

Les commentaires sont fermés.