Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2016

Misery, Stephen King

misery,stenphen king,romans,romans américains,polarsQuand on attaque son premier Stephen King à mon âge, on prend un risque. Soit on devient addict et alors adieu veaux, vaches, cochons  de la rentrée littéraire, veaux, vaches, cochons et pots de lait des nouveautés à découvrir, on plante là la Pile à lire, pourtant amoureusement élevée au rang de gratte ciel depuis les années que je blogue et que je note des titres, la production pléthorique du sieur auteur défiant les années à venir. Soit c'est bof, pas si King que cela le gars, et on passe pour une vieille nouille ringarde ( et accessoirement, en ce qui concerne mon cas particulier, je perds aussi toute crédibilité auprès de fiston pour lui faire lire Zola, et auprès de fifille pour lui dire que si, la littérature jeunesse, c'est drôlement bien, cause que eux, ils lisent le King depuis plus longtemps que moi)

Cette première incursion à haut risque je l'ai donc gérée en choisissant un titre dont je connaissais déjà l'intrigue, "Misery" ayant été adapté au cinéma, et que le film, je l'ai revu il y a peu.  Cette connaissance à priori me paraissant être le gage d'un esprit critique. Je ne courrerais pas vers la fin comme un lapin, je pourrais garder l'esprit lucide pour voir les éventuelles recettes et bouts de grosses ficelles que je soupçonnais. Ben que nenni, en réalité, cette avance m'a juste permis de savourer la dilatation de l'intrigue, ses chausse trappes, et ma foi, c'est rudement bien fait.

Stephen King part en en effet de peu : un huis clos, une chambre, deux personnes, l'écrivain, Paul Sheldon et son admiratrice number one, Annie. Complétement frapadingue. Misery est le nom que Paul Sheldon a donné à son héroïne, une sorte d'aventurière victorienne un peu gothique et tombeuse sur les bords. La série a fait son succès, sa notoriété, mais à présent, il l'a liquidée pour passer à ce qu'il considère être sa véritable oeuvre, plus sérieuse et dramatique, ancrée dans le réel. Il vient de terminer "Fast car", l'épopée prolétarienne d'un jeune malfrat. Dans sa chambre du du Boulderado hotel, il sacrifie à son rituel post dernière page, boit quelques coupes, un peu trop, et décide d'aller faire une escapade vers le grand ouest plutôt que de rentrer chez lui, à New York. Il n’entend pas vraiment l'avis de tempête, et ne voit rien venir avant de se retrouver cloué dans un lit et une chambre inconnue, les jambes plus brisées que son pare brise et avec une infirmière dont malgré le brouillard qui l'engouffre, il perçoit rapidement la dangerosité. Qui s’avère d'autant plus exponentielle qu'Annie est une admiratrice inconditionnelle de Miséry.

D'idole , il est devenu otage, et se doit d'être un otage très diplomate, s'il veut boire, manger et survivre. De s'échapper, il ne peut être question. Annie a ses caprices, et tient son écrivain préféré sous sa main de fer. Le piège monte d'un cran lorsqu' Annie se procure le dernier titre paru des aventures de Misery, dont elle ne sait encore qu'à la fin, Paul enterre son héroïne d'une fin de non recevoir. Misery est morte et Annie crève de rage, et comme elle a le responsable sous la main, elle compte bien le lui faire payer. Et lui compte bien y survivre.On pourrait se dire que l'acmé est atteint mais vu le nombre de pages qui reste après, il est évident que non.Le jeu du gros chat qui va faire souffrir la souris avant de la manger, peut enfin commencer et donner libre cours à des va et vient sadiques et pervers.

Bref, un régal jusque la fin, bien plus complexe que dans le film où le rapport entre la victime et le bourreau étaient bien moins ambiguës et tarabiscoté d'avec l'alliance dans l'écriture. Où on voit qu'écrire peut vraiment être une question de survie .... Au sens propre.

Commentaires

Si je me suis régalée assez tôt d'adaptations des romans de King, je n'ai découvert son écriture que très tard et je pense, pas avec ses meilleurs livres.

Écrit par : Valérie | 10/10/2016

Je me suis longtemps dit que les adaptations devaient être meilleures que les bouquins, que le scénario était à chaque fois balèze mais que la force des histoires tenaient au suspens créé par le réalisateur, pas par l'écriture. En ce qui concerne ce livre, c'est l'inverse !

Écrit par : athalie | 11/10/2016

J'avais aimé aussi ! Sinon (je viens de vérifier en regardant sa bibliographie), je n'ai lu que "Dead Zone" et "22/11/63", que j'ai beaucoup aimé. "La ligne verte" doit être très bien, mais j'ai vu le film alors je ne l'ai toujours pas lu. Pour le reste, comme je fuis les récits horrifiques, je ne me suis pas trop aventurée dans l'œuvre du monsieur.

Écrit par : Brize | 10/10/2016

En ce qui concerne ce titre, il n'y a qu'une scène vraiment horrifique en réalité ! Enfin, c'est que j'ai trouvé parce que l'horrifique, moi, j'aime bien, alors j'ai un taux de tolérance assez élevé .... La ligne verte, pourquoi pas, en effet.

Écrit par : athalie | 11/10/2016

Même itinéraire que toi avec King ! Lu pour finir Misery et Shining au printemps dernier ; dans les deux cas relative déception, j'ai trouvé les films meilleurs , lol ! Et mon dieu que c'est bavard ...long, trop long ... Du coup pas de billets.

Écrit par : Mior | 11/10/2016

Misery, je ne l'ai pas trouvé long, mais plus distendu que le film, ce qui permet, je trouve, d'accroitre l'intérêt du jeu trouble entre le bourreau et la victime. je compte bien lire Shining, dont je connais l'adaptation par coeur, mais poursuivre l'expérience King m'interresse ! Et en plus, le livre est sur les étagères de fiston ...

Écrit par : athalie | 11/10/2016

J'ai adoré le film parce que j'aime beaucoup Kathy Bates mais le roman est plus complexe c'est sûr.
Je te conseille Dolores Claiborne, le livre et le film, toujours avec Kathy Bates...

Écrit par : manU | 11/10/2016

Même si le livre est plus complexe, le film est quand même très bien, très bien construit et haletant à souhait ! je ne connais pas la carrière de l'actrice principale, mais je note les deux références que tu me donnes, pour la découverte. J'aime bien les découvertes ....

Écrit par : athalie | 12/10/2016

Un des meilleurs King à mon avis (dans ceux que j'ai lu, et vu la productivité du monsieur, je suis loin d'avoir tout lu !), avec 3shining" et "La ligne verte" !

Écrit par : BlueGrey | 12/10/2016

Je crois que je vais me lire ces deux titres là, ils sont souvent cités, avec "Misery", comme les meilleurs, et puis, c'est une lecture prenante, sans trop d'enjeux. C'est bien aussi !

Écrit par : Athalie | 13/10/2016

Jamais lu King... C'est fou quand on y pense...!

Écrit par : Noukette | 12/10/2016

Ben, tu vois, c'était mon premier ! rien n'est perdu !

Écrit par : Athalie | 13/10/2016

Ravie de voir que tu as été conquise... Quel sera le prochain ? Il y a de quoi faire, sachant toutefois que l'oeuvre très prolifique de King ne compte pas que des pépites... avec les classiques, peu de risque de déception : Carrie, Shining, Marche ou crève, Running man... j'ai beaucoup aimé aussi, plus récemment, 22/11/1963.

Écrit par : Ingannmic | 15/10/2016

Oui, c'est cette inégalité qui m'a freinée jusqu'ici, avec Miséry, j'ai passé un bon moment de lecture en effet, mais je ne vais pas me lancer hors des sentiers battus, et m'en tiendrai aux classiques que tu mentionnes. Je se savais pas que Running man était de lui ! le cinéma l'aime vraiment beaucoup !

Écrit par : Athalie | 16/10/2016

J'en lisais beaucoup ado ! J'ai vu le film mais je ne me souviens pas si j'ai lu le livre... Le problème avec stephen King c'est qu'il a le même style dans tous ses romans...

Écrit par : maggie | 15/10/2016

Mon ado en lit pas mal lui aussi, je crois que King plait justement parce que c'st sans surprise, pour nous, c'est sans doute lassant, mais ce n'est quand même pas trop mal fichu, alors en espaçant les titres, je vais quand même continuer à en lire un peu.

Écrit par : Athalie | 16/10/2016

Alors ... j'ai beaucoup aimé la ligne verte (le film aussi , j'ai un faible pour Tom Hanks) il y a quelques petites décennies désormais. J'ai lu il y a deux ans Shining (un peu déçue / film bien meilleur peut être le meilleur de sa caté - gor- ie et la suite Docteur Sleep qui m'a beaucoup amusé comme quoi maître de l'horreur c'est très surfait comme réputation...
Je traîne la 7ème fonction du langage ( je crois que mon intérêt s'émousse plus vite encore que le tien !!!)
Que me reste-t-il ? Gaudé et son Ecoutez nos défaites de très bonne facture ! Et Miano et Céline de Faillir être flinguée ! Au fait ai acheté la griffe du chien pour n'être pas celui galeux de la bande !Au 20 : Rock and Roll !!!
!

Écrit par : agnes | 18/10/2016

Tiens, je te pensais plus fan du King que cela ! J'ai lu peu de choses aussi de la rentrée, pas beaucoup de titres ni auteurs qui me tentait ... 14 juillet de Vuillard est excellent, et Petit pays me dirait ... Pas le Gaudé pour l'instant, peut-être si je te le pique ... Tu as vu qu'un Coe est sorti ? (acheté tout de suite, évidemment ...) A demain, rock and roll for ever !

Écrit par : Athalie | 19/10/2016

Les commentaires sont fermés.