Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2016

14 juillet, Eric Vuillard

Monet-montorgueil.JPGLe 14 juillet, tout le monde connait, ou, du moins, tout le monde reconnait les quelques traits que l'histoire en a gardé en esquisse, un peu comme un chromo que l'on ne regarde plus parce qu'il a été trop souvent vu sous le même angle ; la colère du petit peuple parisien, la prison royale comme un défi au cœur de l'enceinte de la capitale, Camille Desmoulin au Palais Royal , Versailles au loin qui n'y comprend rien ... etc ....

Or, dans ce très court récit, Eric Vuillard change la focale et se met à la hauteur des hommes qui y étaient, du moins, du peu que l'on sait de ces anonymes qui ont fait la multitude de ce jour singulier, dans sa chaleur et leur sueur. Il dit aussi l'oubli, le tri de l'oubli, et que finalement, on achoppe avec la reconstitution d'une vérité vraie.

Quelques jours auparavant, une foule disparate, menée par la misère a découvert l'ultime luxe de la Folie Triton. En ces temps où elle crevait de faim, monsieur le propriétaire de la manufacture et ses dames s'y roulaient dans la soie. Ce jour de la Folie, la foule semble avoir découvert la vengeance, comme un excès de trop à crever, quitte à crever. Les morts de ce jour n'étaient pas des voleurs, et ne deviendront pas des martyrs, ils resteront les anonymes qui ont contribué, peut-être, à mettre le feu aux poudres du 14.

Le texte de Vuillard ne tente pas de reconstituer, mais livre le hasard comme moteur de l'histoire. Hasard qui a réuni les hommes sur la place, devant cette Bastille qui les narguait; commerçants, artisans, vagabonds, laissés pour compte du royaume, dont le point commun fut la misère, la colère, la rage et la faim. L'auteur joue de ce hasard en listant les noms, dont on ne sait pas vraiment grand chose, parfois juste rien, le métier, l'origine provinciale, pour trois ou quatre, on connait les circonstance de leur mort, pour trois ou quatre, un bout de passé ou d'avenir révolutionnaire. Si l'histoire est écrite par les vainqueurs, ceux de la Bastille n'auront pas cet honneur.

L'auteur donne à cette litanie d'anonymes un souffle quasi épique. En quelques scènes, sporadiques et confuses, comme le furent sûrement les décisions de ce jour, il montre les bouts de ficelles et les improvisations ; bouts de ficelle des armes prises la veille dans la garde meuble de la couronne, lances des preux chevaliers du temps de Philippe Auguste, canons de parade offerts par le roi de Siam, armes de pacotilles ; bouclier de Dardanus, flambeau de Zoroastre, pillés dans les théâtres.

Cette image de la révolte est haletante, elle laisse le souffle court, mais ardent.

 

Commentaires

et encore une blogueuse conquise ... nous sommes nombreuses mais j'ai eu quelques réserves pas toi?

Écrit par : luocine | 30/10/2016

Non, assez peu en fait, de réserves ... Ce drôle d'appel final dans les deux trois derniers paragraphes, que tu avais mentionné, je crois. Mais, j'ai décidé de l' oublier !

Écrit par : athalie | 31/10/2016

Je ne comptais pas le lire vu le sujet... Mais je vois passer tellement de beaux avis sur ce roman que je suis en passe de changer d'avis !

Écrit par : Noukette | 31/10/2016

Comme l'auteur change complètement de point de vue, c'est un récit qui revisite ce jour, donc le sujet, on le redécouvre. Et c'est court et passionnant !

Écrit par : athalie | 31/10/2016

Je viens de lire un billet moins enthousiaste, mais continue à penser que ce roman est très fort!

Écrit par : keisha | 31/10/2016

Je crois que c'est Brize non ? Mais dans les billets que j'ai lus, même moins conquis que nous, la qualité de ce livres est toujours mentionnée. Moi, la force du style m'a embarquée.

Écrit par : athalie | 31/10/2016

Ah ! il y a Electra aussi qui n'a pas aimé, je viens de voir sa note. Ce qui est drôle, est que justement, est que l'omniprésence de ce style particulier est justement ce qui l'a dérangée ! Les mêmes effets sans le même effet ...

Écrit par : athalie | 31/10/2016

Oui Athalie, tout ce qui plaît chez lui ne marche pas sur moi ! J'ai un gros problème avec les romans dont le style domine l'histoire - je n'ai pas pu m'attacher à un seul personnage, je suis restée "en dehors" et son style flamboyant a fini par me lasser .. enfin, c'était ma deuxième et dernière tentative avec cet auteur ;-)

Écrit par : Electra | 31/10/2016

tu as succombé aussi ! Je verrai...

Écrit par : maggie | 01/11/2016

Oui, j'ai été entraînée par Ys, luocine et Keisha a craquer pour un livre de la rentrée littéraire, le seul pour l'instant, et aucun regret !

Écrit par : athalie | 01/11/2016

Tiens, drôle de coïncidence, mon dernier billet est sur Tristesse de la terre, du même Vuillard. On dirait qu'il a adopté pour ces deux titres le même style de narration, en succession d'épisodes.
As-tu reçu mon message où je t'informe que ma note sur Cartel est prête, on peut publier quand tu veux ?

Écrit par : Ingannmic | 01/11/2016

@ Electra,
Le même constat ne mène donc pas au même plaisir, parce que bien sûr, je vais te répondre que, pour moi, dans ce livre, le style fait l'histoire, qui se résume d'ailleurs à très peu de choses : quelques éléments d'une journée dont finalement on ne connait que quelques traces, fort incertaines. C'est ce coup de force que j'ai aimé, faire du souffle sur du hasard. ce doit être mon côté Pérec !

Écrit par : athalie | 01/11/2016

Je n'ai pas accroché du tout.

Écrit par : Hélène | 02/11/2016

C'est pour cela que tu n'as pas fait de note ?

Écrit par : athalie | 02/11/2016

Bonsoir Athalie, il faut que je relise les derniers paragraphes qui ont perturbé Luocine. Ils ne m'ont pas frappé. J'ai aimé ce livre d'un bloc et j'ai beaucoup apprécié l'écriture. Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : dasola | 03/11/2016

Bonsoir Athalie, il faut que je relise les derniers paragraphes qui ont perturbé Luocine. Ils ne m'ont pas frappé. J'ai aimé ce livre d'un bloc et j'ai beaucoup apprécié l'écriture. Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : dasola | 03/11/2016

Bonsoir Athalie, il faut que je relise les derniers paragraphes qui ont perturbé Luocine. Ils ne m'ont pas frappé. J'ai aimé ce livre d'un bloc et j'ai beaucoup apprécié l'écriture. Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : dasola | 03/11/2016

Les commentaires sont fermés.