Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2016

La dernière fuigitive, Tracy chevalier

la dernière fuigitive,tacy chevalier,romans,romans américains,romans historiques,quakersHonor Bright est quaker, elle appartient à la communauté des Amis de Bridport, en Angleterre. Et avant de partir, de traverser l'Atlantique à bord de l'Adventurer, elle fait don de tous ses quilts, et patchworks, et n'en garde qu'un, dont elle aura d'ailleurs bien besoin, mais cela elle ne le sait pas encore. D'ailleurs, elle ne sait pas grand chose, Honor, sauf qu'elle accompagne sa sœur Grace vers l'inconnu d'une maison en bois, bâtie par son futur beau-frère, Adam Cox, à Faithwello, Ohio. Une lettre est partie de l'autre côté de l'océan pour prévenir qu'elles seront deux, au lieu d'une. Avec une seule attendue par un futur mari, quaker comme il se doit.

Honor se dit qu'elle pourra toujours revenir, mais la traversée lui a fait tellement rendre tripes et boyaux que l'océan devient un espace monstrueux, qui se dresse définitivement entre elle et son passé. Lui reste sa sœur et l'inconnu, et rapidement, il n'y a plus que l'inconnu, car Grace succombe à une fièvre maligne et c'est donc seule, sans statut et sans béquille qu'Honor débarque chez Adam. Qui lui même a perdu son frère, il reste Agibail, la belle soeur, dans la fameuse maison en bois, à Faithwello, Ohio.

En chemin, la décence a fait faire une halte à Honor, dans la petite ville voisine. Elle y a rencontré Belle, une modiste qui n'a pas froid aux yeux et le whisky facile, et qui a aussi un frère, Donovan, un redouté chasseur d'esclave en fuite qui sur la route, a commencé à faire des yeux doux à l'apeurée Honor, qui n'y comprend goutte, à l'esclavage. Mais dans la maison de Belle, des bruits clandestins se font entendre derrière les cloisons de la remise, les oreilles d'Honor se deshillent petit à petit, pendant que son don pour la couture lui fait réaliser des chapeaux hauts en couleur où naissent les bouquets de fleurs en tissus, et des oiseaux aussi, alors qu'elle ne porte que le modeste bonnet qui est de mise. Silencieuse, discrète, la jeune quaker noue cependant avec la fantasque modiste des liens dont la solidité lui seront bien utiles.
Le livre raconte la maturation de l’héroïne, échouée dans un monde où tout le monde parle haut et fort, où des esclaves noirs sont en fuite, alors que d'autres choisissent les tissus les plus moirés dans le magasin d'Adam, qu'elle a fini par rejoindre pour découvrir un monde sans horizon, fermé et hostile. Car dans la maison en bois, elle doit se caser dans les coins, pièce inattendue du patchwork qu'Abigail avait commencé à coudre dans le dos d'Adam, fiancé sans fiancée, alors qu'elle est la belle sœur sans frère et Honor la troisième roue d'un autre avenir possible ... Les tensions montent, larvées, alors que Donovan ne la quitte pas des yeux ... Mais en vaillante petite héroïne, Honor se fait une des places possibles.

Finalement, un quilt bien cousu, bien serré, peut tenir aussi chaud qu'un bon vieux bouquin !

 

 

 

Commentaires

Je n'ai pas cessé de trébucher dans ce roman. Au final, il m'en reste bien peu de choses... Dommage!

Écrit par : Marie-Claude | 03/12/2016

ben en fait, j'ai aussi trébuché pas en faisant ma note, je me demandais pourquoi, je crois que c'est parce qu'il y a deux romans en un ; celui d'Horti et le nouveau monde, et celui d'Horti et la fuite des esclaves, du coup, l'histoire ne coule pas vraiment ...

Écrit par : athalie | 04/12/2016

Elle m'a déçue avec ce roman, Prodigieuses créatures reste mon roman préféré. J'en profite pour te remercier -je ne peux pas le faire sous le billet en question, les commentaires sont fermés car tu avais conseillé Nos vies désaccordées de Gaëlle Josse que je viens de finir et que j'ai énormément aimé.

Écrit par : Valérie | 03/12/2016

C'est aussi le mien ! Sans conteste un cran nettement en dessus de celui-ci. Il m'avait complètement embarquée ! "Nos vies désaccordées" aussi d'ailleurs. C'est bête ce système de fermeture de commentaires, c'est automatique sur Hautetfort, si je veux rouvrir, il faut que je le fasse note par note, et souvent j'oublie de le faire. Et puis, il est rare que les articles anciens soient lus, d'ailleurs, alors cela m'enlève de la motivation ! J'espère lire ta note rapidement ...

Écrit par : athalie | 04/12/2016

J'aime bien cet auteur mais je m'étais follement ennuyées avec celui-ci. J'étais déçue aussi car elle fini par toujours reprendre le même style et même schéma d'histoire avec toutes ces héroines...

Écrit par : maggie | 03/12/2016

Sauf dans "Prodigieuses créatures" que je te recommande, à la suite de Valérie. C'est encore une histoire de femmes, mais le schéma est moins convenu, et l'histoire vraiment passionnante !

Écrit par : athalie | 04/12/2016

Alors là, je ne sais pas ce qui se passe avec cette romancière mais je n'ai jamais pu accrocher à ses romans !

Écrit par : Margotte | 04/12/2016

J'avais adoré "la jeune fille à la perle", comme beaucoup, au moment de sa sortie, mais plus pour Vermeer que pour la jeune fille, j'adore les romans qui parlent de peinture ... Et j'adore aussi la peinture hollandaise du XVII éme siècle et le "petit pas de mur" dont Proust parle avec une telle analyse que j'en suis tombée à jamais amoureuse.

Écrit par : athalie | 04/12/2016

je ne sais toujours pas après avoir lu deux fois son billet si tu as aimé ce roman, mais tu le racontes en détails ce qui est fort agréable.

Écrit par : luocine | 04/12/2016

En général, quand je raconte un roman en détails, ce n'est pas bon signe ... c'est que je sais pas quoi en penser ... Donc, tu as raison de ne pas savoir, parce que moi non plus, en fait !

Écrit par : athalie | 04/12/2016

J'ai envie de te dire merci car j'avais noté ce titre il y a fort longtemps mais je vais le remplacer par Prodigieuses créatures. J'avais beaucoup ai mé aussi La jeune fille à la perle.

Écrit par : monpetitchapitre | 05/12/2016

A voir aussi l'avis d'Hélène, qui a préféré celui-ci, mais je trouve quand même que "Prodigieuses créatures" a ce truc historique en plus, de t'embarquer en terre quasi inconnues pour une histoire de femmes. la quaker perdue en chemin est quand même touchante.

Écrit par : athalie | 06/12/2016

Je l'ai préféré personnellement à "prodigieuses créatures" .. comme quoi ..

Écrit par : Hélène | 05/12/2016

"Prodigieuses créatures" avait été une vraie bonne surprise, qui m'avait raccrochée à cette écrivain, après l’enthousiasme de "La jeune fille à la perle", je m'étais prise une sacrée déception avec "La dame à la licorne". Pour ce titre, je dirais qu'il est pour moi, entre les deux, ce qui n'est déjà pas si mal !

Écrit par : athalie | 06/12/2016

Les commentaires sont fermés.