Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2017

Marcher droit, tourner en rond, Emmanuel Venet

asperger.jpgOui, je sais, ce n'est pas le jour, mais avant d'arrêter de se marrer (si tant est que l'on se marrait avant d'ailleurs !), prenez dans ce livre un bol d'air d'amour ...

Le narrateur de ce court roman jubilatoire est un autiste Alzperger, ce qui réduit considérablement son champ de sociabilité. Le récit se limite donc à son champ d'analyse familial, mais il y a de quoi faire, et de quoi dire. Le temps de l'enterrement de son grand mère marguerite, il en tire le portrait de tous les membres qui la compose, incluant trois membres déjà morts, deux absents et ceux qui l'ont fui. Le narrateur voit et dit la vérité droite que lui permet son angle de vue de côté. 

 Sa passion du scrabble et des catastrophes aériennes, doublés d'une redoutable efficacité au jeu du petit bac, l'éloigne du commun de sa famille. Mais pas que ... Grand mère, tantes, cousines, cousins sont loin de lui qui voit clair sous leur masque et les mensonges débités à la gloire de la morte. La singularité de sa voix et de son regard lui fait croquer des portraits moraux qui se révèlent pitoyables de bêtise et d'égoïsmes, derrière les discours de façade de l'enterrement de la grand mère.

Son grand sujet à notre narrateur, c'est la vérité, mais aussi l'amour. Pas ceux que vivent ses proches : amours matérialistes et mesquins, qui intègrent dès le départ l'idée de leur fin, l'idée de la dissolution inévitable des sentiments dans le quotidien, ses amours toujours sexués d'un sexe triste que les siens évoquent en des termes vulgaires et crus, ces amours qui peuvent se succéder en mariages ratés et enfants enfantés. Non. Le sien est pur, éternel et à sens unique, aussi ... Son objet s'incarne en Sophie Sylvestre, sa star du lycée, intouchée et désormais inapprochable pour lui (il faut dire qu'il a un sens de la communication qui peut-être quelque peu radical). Elle est son idéal et si Sophie, qui se voulait comédienne, n'a pas fait une bien grande carrière, les traces de ses figurations, ses quelques secondes de présence en arrière plan sur la pellicule, font le bonheur du narrateur. Alors il s'en régale. Et aussi, il la rêve. Il rêve leur vie à deux, une vie où Sophie aimerait le scrabble et le jeu du bac ... une vie aussi puérilement sentimentale que les amours familiales sont minablement réelles.

Drôle et triste, Emmanuel Venet a une plume juste et singulière, un regard affûté des petits riens de la bêtise sociale, des vues basses et lasses, à la visée courte, autant que son narrateur, qui pense droit, même si c'est pour lui aussi, tourner en rond ... 

Découvert par ici et j'en profite pour dire qu'une autre pépite dénichée chez keisha est sortie en poche, "Une plage au pôle nord" ; c'est ici pour elle et là pour moi !

 Des antidotes dont on va peut-être avoir besoin !

Commentaires

Jubilatoire, oui, rien de moins! Ce que j'ai pu apprécié ce roman...

Écrit par : Marie-Claude | 23/04/2017

Je le recommande sans arrêt autour de moi ! Et à chaque fois avec un grand plaisir et un grand succès ! Tente "Une plage au pôle nord", une autre excellente recommandation de Keisha (bon, elle en a plain d'autres encore ...)

Écrit par : athalie | 24/04/2017

Je vais tenter!

Écrit par : Marie-Claude | 29/04/2017

jubilatoire, tu l'as dit
(hum, tu as remis les caractères gras das les billets? j'aimais mieux dans les deux billets précédents)

Écrit par : keisha | 24/04/2017

ah non j'ai vérifié, tu sais, c'est mieux pour mes yeux fatigués quand les caractères ne sont pas trop épais, mais, bon ,tu es chez toi)

Écrit par : keisha | 24/04/2017

Un vrai plaisir ce roman, merci de l'avoir partagé ! Sinon, je voudrais bien changer le look vieillot de ce blog mais pour l'instant, je n'en trouve ni le temps ni le courage ....

Écrit par : athalie | 24/04/2017

J'ai découvert grâce à Keisha également et si tu peux lis aussi son "petit précis de maladie imaginaire" c'est excellent. Un auteur qui fait partie de ceux qui m'ont enchantée cette année.

Écrit par : luocine | 24/04/2017

Elle en fait découvrir des beaux romans cette Keisha ... je note le titre que tu indiques car je compte bien tout lire maintenant de cet auteur !

Écrit par : athalie | 24/04/2017

un auteur que je lis depuis ses débuts et que j'apprécie

Écrit par : Dominique | 24/04/2017

Je ne dirais pas tu as de la chance ... parce que finalement, je me dis que c'est moi qui en ai à avoir à tout lire ! Je viens d'ailleurs de m'offrir un petit opus "plaise au tribunal", une toute petite bouchée ...

Écrit par : athalie | 24/04/2017

Je l'avais noté chez Keisha, petite piqûre de rappel nécessaire. Merci.

Écrit par : krol | 24/04/2017

FONCE !!!! C'est que du bonheur, surtout les dernières pages, je les ai relues trois fois. C'est trop beau l'amour ....

Écrit par : athalie | 26/04/2017

@ Marie Claude,
J'espère que tu aimeras autant que moi, même les deux titres sont deux recommandations de Keisha, ils sont très différents dans le ton, "une plage au pôle nord" tire du côté d'Echenoz, un humour plus froid quoi !

Écrit par : athalie | 30/04/2017

Les commentaires sont fermés.